Première ES 2015-2016
Kartable
Première ES 2015-2016

Les figures de style

I

Les figures par analogie

A

La comparaison et la métaphore

1

La comparaison

Comparaison

Une comparaison met en relation deux éléments de façon à les rendre similaires sur un ou plusieurs points déterminés.

Ces fleurs sont comme des bijoux : elles sont précieuses.
Dans l'exemple précédent, le mot de comparaison "comme" permet d'établir une relation analogique entre deux objets.

La comparaison utilise un outil de comparaison. L'outil de comparaison peut être :

  • Le(s) même(s) / La même
  • Pareil(les)
  • Comme
  • Différent(es)
  • Tandis que
  • Contrairement à
  • Autant ... que
  • Moins ... que
  • Plus que
  • Le plus
  • Le moins

La terre est bleue comme une orange

Paul Éluard

L'Amour la Poésie

1929

La terre et l'orange sont toutes les deux rondes. La rondeur est donc le point de comparaison. L'outil de comparaison est l'adverbe "comme".

2

La métaphore

Métaphore

La métaphore met en comparaison deux éléments mais aucun outil de comparaison n'est explicite.

Ces bijoux des jardins s'appellent des roses.
Dans l'exemple précédent, il n'y a pas d'outil de comparaison pour lier "roses" et "bijoux", c'est donc une métaphore.

Le plus souvent, seul le comparant est explicite. En effet, il n'est pas toujours nécessaire d'exprimer le comparé (c'est-à-dire l'élément réel, dénoté) pour comprendre la métaphore. Le contexte suffit.

B

La personnification et l'allégorie

1

La personnification

Personnification

La personnification est une figure de style qui consiste à attribuer des caractéristiques humaines à ce qui n'est pas humain.

Le Chien dit : "Je veux sortir !"
Dans l'exemple précédent, il y a une personnification notable par la majuscule au mot "chien" et le fait que le chien parle (attribution à un animal d'une qualité humaine).

La Déroute, géante à la face effarée (...),
La Déroute apparut au soldat qui s'émeut,
Et, se tordant les bras, cria : Sauve qui peut !

Victor Hugo

"L'Expiation"

1853

La déroute ressemble à un personnage humain, puisqu'elle s'exprime. De plus, le poète choisit de l'écrire avec un "d" majuscule. Il s'agit donc d'une personnification.

2

L'allégorie

Allégorie

L'allégorie rapproche une idée abstraite d'un élément concret du monde (objet, animal, personne, etc.).

La paix est souvent représentée par l'allégorie d'une colombe ou d'un rameau d'olivier.

Si la personnification ou l'allégorie est un personnage qui tient un discours, celle-ci s'appelle une prosopopée. La prosopopée est le fait de faire parler ce qui ne peut pas parler.

La Mort se leva et, d'une voix tonitruante, elle déclara : "Ton heure est arrivée."
Dans l'exemple précédent, la mort est un personnage qui parle. On parle de prosopopée.

C

La métonymie et la synecdoque

1

La métonymie

Métonymie

Une métonymie est une figure de substitution qui remplace un élément par un autre qui lui est relié : la partie pour le tout, le contenant pour le contenu, le bâtiment pour la fonction, etc.

Le mot "poubelle" est une métonymie. En effet, cet objet a pris le nom de son concepteur, Eugène Poubelle.

Rodrigue as-tu du cœur ?

Corneille

Le Cid

1637

Dans la citation précédente, la qualité "empathie" est désignée par la partie du corps "cœur".

2

La synecdoque

Synecdoque

Une synecdoque est une figure de substitution qui remplace le tout par la partie ou l'objet par la matière avec laquelle il est fait.

Des voiles s'éloignent au loin.
Dans l'exemple précédent, les "voiles" symbolisent les bateaux. Une partie des bateaux est donc utilisée pour parler du tout.

La synecdoque est donc un cas particulier de la métonymie.

D

L'hypallage et la périphrase

1

L'hypallage

Hypallage

Une hypallage est une figure de substitution qui inverse les compléments et les noms dans une phrase.

"Ce marchand accoudé sur son comptoir avide." (Victor Hugo).
"Comptoir" et "avide" ne sont pas liés, en vérité c'est le "marchand" qui est "avide".

Cette figure de style, assez rare, est surtout employée dans des textes poétiques.

2

La périphrase

Périphrase

Une périphrase est une figure de substitution qui remplace un mot par un groupe de mots de sens similaire.

"L'astre du jour" désigne le soleil.

L'emploi de la périphrase n'est pas anodin. Il manifeste une démarche chez le locuteur : atténuer, préciser son propos, lui donner une tonalité comique ou ironique, etc.

II

Les figures d'exagération et les figures d'atténuation

Elles sont aussi appelées figures d'amplification.

A

Les figures d'exagération

1

L'hyperbole

Hyperbole

Une hyperbole est une figure d'exagération (ou amplification) qui intensifie un propos.

Mourir de rire.
Dans l'exemple précédent, on exagère le propos.

Ses moindres actions lui semblent des miracles.

Molière

Tartuffe

1664

Dans l'exemple précédent, il y a une hyperbole car une "action" devient un "miracle".

Il existe divers moyens de construire une hyperbole :

  • En choisissant un mot de vocabulaire plus fort que le mot attendu
  • En employant le superlatif (le plus, le moins)
  • En employant des adverbes d'intensité (très, trop, etc.)
  • En faisant des comparaisons avec des éléments démesurés

Il est beau comme un dieu.
Dans l'exemple précédent, la comparaison est démesurée.

2

L'énumération et la gradation

Énumération

L'énumération (ou accumulation) est une figure d'amplification qui consiste à faire une liste de mots de la même classe grammaticale, qui ont un thème commun. Ils sont séparés par des virgules. Le but est d'insister sur la même idée.

Adieu veau, vache, cochon, couvée

Jean de La Fontaine

"La Laitière et le Pot au lait"

1678

L'énumération manifeste un pluriel qui a une valeur d'exagération.

Gradation

Une gradation est une énumération dans laquelle chaque terme énuméré est plus fort que le terme précédent.

Va, cours, vole et nous venge.

Pierre Corneille

Le Cid

1637

La gradation est donc un cas particulier de l'énumération.

3

L'anaphore

Anaphore

Une anaphore est une figure par amplification qui fonctionne par la répétition d'un mot ou d'un groupe de mots en début de phrase ou de vers.

Marcher à jeun, marcher vaincu, marcher malade.

Victor Hugo

La Légende des siècles, "Le Petit Roi de Galice"

1859

CAMILLE :
Rome
, l'unique objet de mon ressentiment !
Rome, à qui vient ton bras d'immoler mon amant !
Rome, qui t'a vu naître, et que ton cœur adore !
Rome enfin que je hais parce qu'elle t'honore !

Pierre Corneille

Horace

1640

Camille manifeste ici la montée de sa colère contre la ville de Rome en répétant son nom au début de chacun de ses vers.

B

Les figures d'atténuation

1

L'euphémisme

Euphémisme

Un euphémisme est une figure d'atténuation qui consiste à remplacer le mot par un autre mot ou un groupe de mots qui amoindrit le sens attendu.

Il nous a quittés.
Dans l'exemple précédent, le propos est atténué, car ce que signifie vraiment l'expression est : "Il est mort."

Cette figure d'atténuation est souvent utilisée dans le discours argumentatif, afin de ménager la susceptibilité du destinataire.

2

La litote

La litote appartient aux figures par atténuation, mais l'effet produit est une amplification.

Litote

Une litote est une figure qui exprime par la négation ou l'atténuation feinte une idée qui s'en voit renforcée.

Ce n'est pas peu dire.
Dans l'exemple précédent, la négation est utilisée pour renforcer le propos. Ce que signifie vraiment l'expression est : "C'est vraiment dire !"

On reconnaît souvent la litote à la présence d'une double négation (parfois implicite).

C

Les figures d'opposition

1

L'antiphrase

Antiphrase

Une antiphrase est une figure par opposition qui formule une idée mais exprime implicitement l'idée contraire.

C'est du beau travail !
Dans l'exemple précédent, l'antiphrase est utilisée pour exprimer le contraire : "C'est une catastrophe !"

Cette figure de style est souvent employée pour exprimer le registre ironique.

2

L'antithèse

Antithèse

Une antithèse est une figure d'opposition qui juxtapose deux idées ou deux phrases contraires.

Ver de terre amoureux d'une étoile

Victor Hugo

Ruy Blas

1838

3

L'oxymore

Oxymore

Un oxymore est une figure d'opposition qui associe deux mots de sens contraires dans une construction grammaticale (sujet/verbe, nom/adjectif qualificatif, verbe/adverbe, etc.).

Je serai ton cercueil, aimable pestilence.

Baudelaire

"Le Flacon", Les Fleurs du Mal

1857

L'oxymore est donc un cas particulier de l'antithèse.

III

Les figures par construction

A

Le parallélisme

Parallélisme

Le parallélisme est une figure par construction qui présente la répétition d'une même construction grammaticale dans deux groupes de mots.

"Craintive je te sers, aveugle je te suis." (Voltaire, Le Fanatisme, 1741
Dans l'exemple précédent, Voltaire utilise un parallélisme syntaxique, cela donne un rythme poétique à la phrase.

On retrouve souvent cette figure dans les descriptions romanesques et dans le genre poétique.
Le parallélisme donne du rythme et peut servir à exprimer une amplification.

B

Le chiasme

Chiasme

Un chiasme est un parallélisme dont les termes sont inversés dans le second groupe de mots.

Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera.

Racine

Les Plaideurs

1668

Cette figure de style peut souligner un paradoxe, une opposition.

C

L'anacoluthe

Anacoluthe

L'anacoluthe est une figure par construction qui se caractérise par une rupture dans la construction grammaticale de la phrase.

"Lui qui aimait tant ses aises, une veste n'importe comment, un vieux pantalon, il n'aimait que ça, les vieux vêtements." (Nathalie Sarraute, Le Planétarium, 1959)
Dans l'exemple précédent, Nathalie Sarraute crée une rupture grammaticale pour renforcer son idée.

L'anacoluthe sert très souvent à exprimer la surprise.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.