Première ES 2015-2016
Kartable
Première ES 2015-2016

Dom Juan, Dom Juan courtise Charlotte 'II, 2)

DOM JUAN :
Nous avons manqué notre coup, Sganarelle, et cette bourrasque imprévue a renversé avec notre barque le projet que nous avions fait ; mais, à te dire vrai, la paysanne que je viens de quitter répare ce malheur, et je lui ai trouvé des charmes qui effacent de mon esprit tout le chagrin que me donnait le mauvais succès de notre entreprise. Il ne faut pas que ce cœur m'échappe, et j'y ai déjà jeté des dispositions à ne pas me souffrir longtemps de pousser des soupirs.

SGANARELLE :
Monsieur, j'avoue que vous m'étonnez. à peine sommes-nous échappés d'un péril de mort, qu'au lieu de rendre grâce au Ciel de la pitié qu'il a daigné prendre de nous, vous travaillez tout de nouveau à attirer sa colère par vos fantaisies accoutumées et vos amours. Paix ! coquin que vous êtes ; vous ne savez ce que vous dites, et Monsieur sait ce qu'il fait. Allons.

DOM JUAN (apercevant Charlotte) :
Ah ! ah ! d'où sort cette autre paysanne, Sganarelle ? As-tu rien vu de plus joli ? et ne trouves-tu pas, dis-moi, que celle-ci vaut bien l'autre ?

SGANARELLE :
Assurément. Autre pièce nouvelle.

DOM JUAN :
D'où me vient, la belle, une rencontre si agréable ? Quoi ? dans ces lieux champêtres, parmi ces arbres et ces rochers, on trouve des personnes faites comme vous êtes ?

CHARLOTTE :
Vous voyez, Monsieur.

DOM JUAN :
Êtes-vous de ce village ?

CHARLOTTE :
Oui, Monsieur.

DOM JUAN :
Et vous y demeurez ?

CHARLOTTE :
Oui, Monsieur.

DOM JUAN :
Vous vous appelez ?

CHARLOTTE :
Charlotte, pour vous servir.

DOM JUAN :
Ah! la belle personne, et que ses yeux sont pénétrants !

CHARLOTTE :
Monsieur, vous me rendez toute honteuse.

DOM JUAN :
Ah! n'ayez point de honte d'entendre dire vos vérités. Sganarelle, qu'en dis-tu ? Peut-on rien voir de plus agréable ? Tournez-vous un peu, s'il vous plaît. Ah ! que cette taille est jolie! Haussez un peu la tête, de grâce. Ah ! que ce visage est mignon ! Ouvrez vos yeux entièrement. Ah ! qu'ils sont beaux ! Que je voie un peu vos dents, je vous prie. Ah ! qu'elles sont amoureuses, et ces lèvres appétissantes ! Pour moi, je suis ravi, et je n'ai jamais vu une si charmante personne.

CHARLOTTE :
Monsieur, cela vous plaît à dire, et je ne sais pas si c'est pour vous railler de moi.

DOM JUAN :
Moi, me railler de vous ? Dieu m'en garde ! je vous aime trop pour cela, et c'est du fond du cœur que je vous parle.

CHARLOTTE :
Je vous suis bien obligée, si ça est.

DOM JUAN :
Point du tout ; vous ne m'êtes point obligée de tout ce que je dis, et ce n'est qu'à votre beauté que vous en êtes redevable.

CHARLOTTE :
Monsieur, tout ça est trop bien dit pour moi, et je n'ai pas d'esprit pour vous répondre.

DOM JUAN :
Sganarelle, regarde un peu ses mains.

CHARLOTTE :
Fi ! Monsieur, elles sont noires comme je ne sais quoi.

DOM JUAN :
Ha ! que dites-vous là ? Elles sont les plus belles du monde ; souffrez que je les baise, je vous prie.

CHARLOTTE :
Monsieur, c'est trop d'honneur que vous me faites, et si j'avais su ça tantôt, je n'aurais pas manqué de les laver avec du son.

DOM JUAN :
Et dites-moi un peu, belle Charlotte, vous n'êtes pas mariée, sans doute ?

CHARLOTTE :
Non, Monsieur ; mais je dois bientôt l'être avec Pierrot, le fils de la voisine Simonette.

DOM JUAN :
Quoi ? une personne comme vous serait la femme d'un simple paysan ! Non, non : c'est profaner tant de beautés, et vous n'êtes pas née pour demeurer dans un village. Vous méritez sans doute une meilleure fortune, et le Ciel, qui le connaît bien, m'a conduit ici tout exprès pour empêcher ce mariage, et rendre justice à vos charmes ; car enfin, belle Charlotte, je vous aime de tout mon cœur, et il ne tiendra qu'à vous que je vous arrache de ce misérable lieu, et ne vous mette dans l'état où vous méritez d'être. Cet amour est bien prompt sans doute ; mais quoi ? c'est un effet, Charlotte, de votre grande beauté, et l'on vous aime autant en un quart d'heure, qu'on ferait une autre en six mois.

CHARLOTTE :
Aussi vrai, Monsieur, je ne sais comment faire quand vous parlez. Ce que vous dites me fait aise, et j'aurais toutes les envies du monde de vous croire ; mais on m'a toujours dit qu'il ne faut jamais croire les Monsieurs, et que vous autres courtisans êtes des enjôleurs, qui ne songez qu'à abuser les filles.

DOM JUAN :
Je ne suis pas de ces gens-là.

SGANARELLE :
Il n'a garde.

CHARLOTTE :
Voyez-vous, Monsieur, il n'y a pas plaisir à se laisser abuser. Je suis une pauvre paysanne ; mais j'ai l'honneur en recommandation, et j'aimerais mieux me voir morte, que de me voir déshonorée.

DOM JUAN :
Moi, j'aurais l'âme assez méchante pour abuser une personne comme vous ? Je serais assez lâche pour vous déshonorer ? Non, non : j'ai trop de conscience pour cela. Je vous aime, Charlotte, en tout bien et en tout honneur ; et pour vous montrer que je vous dis vrai, sachez que je n'ai point d'autre dessein que de vous épouser : en voulez-vous un plus grand témoignage ? M'y voilà prêt quand vous voudrez ; et je prends à témoin l'homme que voilà de la parole que je vous donne.

SGANARELLE :
Non, non, ne craignez point : il se mariera avec vous tant que vous voudrez.

DOM JUAN :
Ah ! Charlotte, je vois bien que vous ne me connaissez pas encore. Vous me faites grand tort de juger de moi par les autres ; et s'il y a des fourbes dans le monde, des gens qui ne cherchent qu'à abuser des filles, vous devez me tirer du nombre, et ne pas mettre en doute la sincérité de ma foi. Et puis votre beauté vous assure de tout. Quand on est faite comme vous, on doit être à couvert de toutes ces sortes de crainte ; vous n'avez point l'air, croyez-moi, d'une personne qu'on abuse ; et pour moi, je l'avoue, je me percerais le cœur de mille coups, si j'avais eu la moindre pensée de vous trahir.

CHARLOTTE :
Mon Dieu ! je ne sais si vous dites vrai, ou non ; mais vous faites que l'on vous croit.

DOM JUAN :
Lorsque vous me croirez, vous me rendrez justice assurément, et je vous réitère encore la promesse que je vous ai faite. Ne l'acceptez-vous pas, et ne voulez-vous pas consentir à être ma femme ?

CHARLOTTE :
Oui, pourvu que ma tante le veuille.

DOM JUAN :
Touchez donc là, Charlotte, puisque vous le voulez bien de votre part.

CHARLOTTE :
Mais au moins, Monsieur, ne m'allez pas tromper, je vous prie : il y aurait de la conscience à vous, et vous voyez comme j'y vais à la bonne foi.

DOM JUAN :
Comment ? Il semble que vous doutiez encore de ma sincérité ! Voulez-vous que je fasse des serments épouvantables ? Que le Ciel.

CHARLOTTE :
Mon Dieu, ne jurez point, je vous crois.

DOM JUAN :
Donnez-moi donc un petit baiser pour gage de votre parole.

CHARLOTTE :
Oh ! Monsieur, attendez que je soyons mariés, je vous prie ; après ça, je vous baiserai tant que vous voudrez.

DOM JUAN :
Eh bien ! belle Charlotte, je veux tout ce que vous voulez ; abandonnez-moi seulement votre main, et souffrez que, par mille baisers, je lui exprime le ravissement où je suis.

Molière

Dom Juan

1665

I

La stratégie de séduction de Dom Juan

  • Dom Juan flatte la beauté de Charlotte. Le champ lexical de la beauté est employé : "beau", "joli", "mignon", "la belle", "belle personne", "yeux pénétrants", "agréable", "jolie taille", "appétissantes", "charmante personne".
  • Il fait un geste galant : il baise la main de Charlotte comme si elle était une grande dame.
  • Il fait une déclaration d'amour.
  • Il la demande en mariage et utilise le champ lexical de l'honneur : "bonne foi", "honneur", "loyauté", "morale". Proposer le mariage lui permet de faire croire qu'il est sincère, puisque c'est un véritable engagement.
  • Il l'embrasse : "un petit baiser".
  • Il vouvoie Charlotte : "vous". Il lui fait comprendre qu'elle n'est pas à sa place en tant que paysanne : "une femme comme vous serait la femme d'un simple paysan ? Non, non".
II

Dom Juan, un acteur

  • Dom Juan montre ses qualités d'acteur dans cette scène.
  • Les compliments de Dom Juan sont finalement peu recherchés.
    Il utilise des clichés sur la beauté, sur le fait que Charlotte mérite mieux, etc. C'est une séduction caricaturale.
  • Il joue beaucoup avec ses mains.
  • Il fait une fausse demande en mariage, qui est soutenue par Sganarelle : "il vous épousera tant que vous voudrez..."
  • Il joue à l'homme honnête.
  • Il cache son vrai visage avec des questions rhétoriques ironiques : "moi, j'aurais l'âme assez méchante pour abuser une personne comme vous ?", "moi, me railler de vous ?"
  • Il ment et fait de fausses déclarations : "je vous aime", "je vous dis vrai", "ne pas mettre en doute la sincérité de ma foi".
III

La volonté de domination

  • Dom Juan a besoin de plaire. Il veut prendre une femme à un autre. Il avait pris Elvire à Dieu, il prend ici Charlotte à Pierrot.
    Il aime que la femme soit inaccessible.
  • Cependant, Dom Juan se montre décevant ici, Charlotte est très facile à séduire, ses compliments sont ainsi faciles aussi. Il a choisi une jeune femme qui n'est pas éduquée, jeune, influençable. Il est forcément supérieur à elle,et peut aisément la manipuler.
  • La domination de Dom Juan passe aussi par son besoin de Sganarelle. Ce dernier est un miroir ridicule de lui-même, un valet qui le flatte, car il est fasciné par son maître.
IV

Provoquer Dieu

  • Un des thèmes de la pièce est la provocation continuelle de Dom Juan envers le Ciel. On retrouve cette idée dans cette scène.
  • Plusieurs références à Dieu : "le Ciel".
  • Il se moque de la morale chrétienne : "un épouseur à toutes mains".
  • Il jure.
  • Il séduit la fiancée d'un autre.
V

Sganarelle, un complice

  • Sganarelle est ici le témoin et le complice de Dom Juan. Il l'aide à séduire Charlotte en mentant.
  • Il fait croire que Dom Juan est honnête, qu'il veut vraiment épouser Charlotte : "ne craignez point, il se mariera avec vous tant que vous le voudrez".
  • Sganarelle intervient peu, mais il laisse Dom Juan dire.
    On se doute qu'il est fasciné par lui.
  • Alors qu'il s'est montré choqué des dires de Dom Juan sur Dieu, il le laisse ici parjurer.
VI

La réaction de Charlotte

  • La stratégie séductrice de Dom Juan marche, Charlotte est charmée.
  • Au début, Charlotte se montre méfiante, elle prend ses distances.
    Ses réponses sont courtes : "vous voyez, monsieur", "oui monsieur".
  • Puis elle l'interroge directement : "je ne sais pas si c'est pour vous railler de moi".
  • Elle répète les leçons qu'on lui a données sur les hommes : "on m'a toujours dit de ne pas croire les Monsieurs", "vous autres courtisans êtes des enjôleurs, qui ne songez qu'à abuser des filles", "j'aimerais mieux me voir morte, que de me voir déshonorée".
  • Mais elle est naïve. Elle finit par le croire : "Je ne sais si vous dites vrai, ou non ; mais vous faites que l'on vous croit".
  • Elle finit par remettre en cause les sentiments de son fiancé : "oui, pourvu que ma tante le veuille".
  • Elle finit par croire Dom Juan et accepte le mariage.

Quelle est la stratégie de séduction de Dom Juan ?

I. Les compliments sur la beauté
II. Un discours galant et respectueux
III. Une demande en mariage

En quoi la stratégie de Dom Juan est-elle décevante ?

I. Une victime facile
II. Une stratégie banale
III. Le besoin de supériorité de Dom Juan

Quel portrait est fait de Dom Juan dans cette scène ?

I. Un beau parleur
II. Un acteur
III. Un impie

Quels sont les rôles des différents personnages dans cette scène ?

I. Dom Juan, le séducteur
II. Sganarelle, une aide précieuse
III. Charlotte, une victime naïve

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.