Première ES 2016-2017
Kartable
Première ES 2016-2017

Candide, Le Nègre de Surinam (chapitre 19)

La première journée de nos deux voyageurs fut assez agréable. Ils étaient encouragés par l'idée de se voir possesseur de plus de trésors que l'Asie, l'Europe et l'Afrique n'en pouvaient rassembler. Candide, transporté, écrivit le nom de Cunégonde sur les arbres. À la seconde journée deux de leurs moutons s'enfoncèrent dans des marais, et y furent abîmés avec leurs charges ; deux autres moutons moururent de fatigue quelques jours après ; sept ou huit périrent ensuite de faim dans un désert ; d'autres tombèrent au bout de quelques jours dans des précipices. Enfin, après cent jours de marche, il ne leur resta que deux moutons. Candide dit à Cacambo : "Mon ami, vous voyez comme les richesses de ce monde sont périssables ; il n'y a rien de solide que la vertu et le bonheur de revoir Mlle Cunégonde. − Je l'avoue, dit Cacambo ; mais il nous reste encore deux moutons avec plus de trésors que n'en aura jamais le roi d'Espagne, et je vois de loin une ville que je soupçonne être Surinam, appartenant aux Hollandais. Nous sommes au bout de nos peines et au commencement de notre félicité."
En approchant de la ville, ils rencontrèrent un nègre étendu par terre, n'ayant plus que la moitié de son habit, c'est-à-dire d'un caleçon de toile bleue ; il manquait à ce pauvre homme la jambe gauche et la main droite. "Eh, mon Dieu ! lui dit Candide en hollandais, que fais-tu là, mon ami, dans l'état horrible où je te vois ? − J'attends mon maître, M. Vanderdendur, le fameux négociant, répondit le nègre. − Est-ce M. Vanderdendur, dit Candide, qui t'a traité ainsi ? − Oui, monsieur, dit le nègre, c'est l'usage. On nous donne un caleçon de toile pour tout vêtement deux fois l'année. Quand nous travaillons aux sucreries, et que la meule nous attrape le doigt, on nous coupe la main ; quand nous voulons nous enfuir, on nous coupe la jambe : je me suis trouvé dans les deux cas. C'est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe. Cependant, lorsque ma mère me vendit dix écus patagons sur la côte de Guinée, elle me disait : "Mon cher enfant, bénis nos fétiches, adore-les toujours, ils te feront vivre heureux, tu as l'honneur d'être esclave de nos seigneurs les blancs, et tu fais par là la fortune de ton père et de ta mère." Hélas ! je ne sais pas si j'ai fait leur fortune, mais ils n'ont pas fait la mienne. Les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous. Les fétiches hollandais qui m'ont converti me disent tous les dimanches que nous sommes tous enfants d'Adam, blancs et noirs. Je ne suis pas généalogiste ; mais si ces prêcheurs disent vrai, nous sommes tous cousins issus de germains. Or vous m'avouerez qu'on ne peut pas en user avec ses parents d'une manière plus horrible.

- Ô Pangloss ! s'écria Candide, tu n'avais pas deviné cette abomination ; c'en est fait, il faudra qu'à la fin je renonce à ton optimisme.
- Qu'est-ce qu'optimisme ? disait Cacambo.
- Hélas ! dit Candide, c'est la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal".
Et il versait des larmes en regardant son nègre ; et en pleurant, il entra dans Surinam.

Voltaire

Candide

1759

I

L'ironie

  • On perçoit de l'ironie dans le décalage entre la façon objective de raconter la situation, et l'horreur de cette situation.
  • L'expression "la moitié de son habit" est ironique. Voltaire insiste sur la situation de l'esclave.
  • Certains termes sont à double sens : "fameux" par exemple signifie célèbre, mais ici il est dépréciatif, car Vandedendur est célèbre pour sa cruauté. Ironie jusque dans son nom qui rime avec "Vendeur à la dent dure".
  • Le ton adopté dans cet extrait est faussement détaché, presque administratif : "je me suis trouvé dans les deux cas". L'horreur est cachée derrière.
  • Voltaire insiste sur la condition des esclaves et le rapport avec le sucre. Il y a un décalage entre le plaisir des Européens à manger du sucre et l'horreur de la situation des esclaves : "c'est à ce prix que vous mangez du sucre en Europe". C'est un euphémisme.
  • On trouve le champ lexical de l'Église : "mon dieu", "bénit", "seigneur", "Adam", "fétiches".
  • On peut remarquer des paradoxes : "ils te feront vivre heureux", "attrape le doigt", "coupe la main", "enfuir", "coupe la jambe".
II

La vision de l'homme noir

  • Voltaire peint un portrait négatif des hommes noirs. Il le fait ironiquement. Cela signifie qu'il pense le contraire de ce qu'il écrit. Il dénonce en vérité la vision que les esclavagistes ont des Noirs.
  • On peut relever des expressions péjoratives : "moitié habit", "pauvre homme", "caleçon de toile", "état horrible".
  • On trouve plusieurs références implicites à la traite des Noirs : "n'ayant plus", "ma mère me vendit dix écus patagons", "un caleçon de toile".
  • On peut noter l'énumération suivante : "les singes, les chiens, les perroquets".
  • On peut remarquer cette litote : "sont mille fois plus heureux que nous". Les hommes noirs sont en vérité traités moins bien que des animaux.
  • L'homme noir n'est pas considéré comme un Homme : "Or vous m'avouerez qu'on ne peut pas en user d'une manière plus horrible avec ses parents".
  • On peut relever le parallélisme suivant : "quand la meule nous attrape le doigt on nous coupe la main, quand nous voulons nous enfuir on nous coupe la jambe", qui rappelle le Code noir de 1685 qui définit la traite des Noirs.
  • On peut remarquer la répétition du terme "nègre".
III

Un constat de la cruauté

  • Cet extrait contient une dénonciation de la cruauté. L'esclave semble accepter son sort.
  • Les paroles de l'esclave ont cette même tonalité d'acceptation de son sort en fonction d'une même réglementation.
  • Le texte se veut un constat de la cruauté. Le style que Voltaire choisit pour ce passage le souligne bien. Ainsi, Candide et Cacambo sont désignés par le pronom personnel "ils", très formel. Ils sont opposés à l'homme noir. Cette opposition est celle entre les hommes libres et les hommes esclaves.
  • L'esclave est présenté par le biais de ses vêtements : "la moitié de son habit" puis par le biais de sa mutilation. Son accoutrement et sa mutilation sont mis sur le même plan.
  • On perçoit l'idée de constat également dans le discours de l'esclave. Il accepte la soumission : "j'attends mon maître".
  • Ensuite, la parole est rendue vivante par le discours direct. Il y a une opposition entre le constat terrible et fataliste et la parole vivante, émotionnelle, qui dénonce.
IV

L'énonciation

  • Voltaire convainc d'abord en utilisant l'ironie et en imitant un constat.
  • La démonstration de Voltaire permet ensuite d'émouvoir. Pour cela, il utilise le style direct.
  • Le récit passe alors à la première personne.
  • On peut remarquer l'utilisation du registre pathétique.
  • Un dialogue succède au récit. Le dialogue permet surtout de donner la parole à l'esclave, donc à la victime.
  • L'homme noir dit souvent "nous". Cela permet de généraliser son propos. Sa situation n'est pas seulement la sienne, c'est celle de tous les esclaves.
  • Le dialogue est matérialisé par la présence de tirets et de guillemets.
V

L'éveil de Candide

  • Ce passage correspond à l'éveil de Candide. Pour la première fois, il réfléchit vraiment par lui-même.
  • D'abord, Candide est surpris. Curieux, il pose des questions à l'esclave.
  • Candide traite l'homme noir en égal. Il l'appelle "mon ami".
  • Candide a de l'empathie pour le personnage de l'esclave. Il lui dit ainsi : "l'état horrible où je te vois".
  • Candide continue de se tourner vers son maître à penser : "Ô Pangloss ! s'écria Candide, tu n'avais pas deviné cette abomination".
  • Cependant, il n'attend pas la réaction de Pangloss pour dénoncer la situation : "la rage de soutenir que tout est bien quand on est mal".
  • Candide finit même par renoncer à la philosophie optimiste de Pangloss : "il faudra qu'à la fin je renonce à ton optimisme".

Comment Voltaire dénonce-t-il l'esclavage ?

I. L'ironie voltairienne
II. Le style direct pour éveiller la compassion
III. La réaction de Candide

En quoi cette scène marque-t-elle un tournant pour Candide ?

I. L'énonciation
II. La dénonciation de l'esclavage
III. L'éveil de Candide

Que dénonce Voltaire dans cette scène ?

I. Une vision négative des Noirs : l'ironie de Voltaire
II. La situation d'énonciation : émouvoir le lecteur
III. Une dénonciation de l'esclavage

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.