Première ES 2016-2017
Kartable
Première ES 2016-2017

La guerre froide

-

Wikimédia

Joseph Vissarionovitch Djougachvili − Joseph Staline

18 décembre 1878 − 5 Mars 1953

Géorgien, puis Russe

Staline, qui a signé le pacte germano-soviétique de non-agression avec Hitler en 1939, change de camp en 1941, quand le Führer attaque l'URSS. Le dictateur communiste devient l'allié des démocraties occidentales contre le dictateur nazi. A la Conférence de Yalta, en février 1945, avant même la défaite allemande, Staline, Churchill et Roosevelt travaillent à organiser la paix. En 1945, le monde sort bouleversé du conflit mondial et deux super puissances émergent : les États-Unis et l'URSS.

Dès le lendemain de la guerre, Staline manifeste sa volonté d'imposer le modèle soviétique en Europe de l'Est, dans les Balkans (Grèce et Turquie) et en Orient. Rapidement de graves tensions apparaissent entre les anciens Alliés. Les communistes prennent le pouvoir dans les États européens de l'Est, occupés par l'armée rouge. Dès 1946, Churchill et Harry Truman se méfient face à l'expansion du communisme. En 1947, Staline refuse l'aide matérielle des États-Unis (le Plan Marshall) et annonce son intention de lutter contre "l'impérialisme américain". La Tchécoslovaquie et la Pologne suivent Staline. Le Kominform est ensuite créé. Cette nouvelle organisation communiste internationale place l'ensemble des partis communistes sous l'autorité de Moscou. Le monde est désormais coupé en deux camps et l'année 1947 marque le début de la guerre froide. En réponse au plan Marshall, Staline crée le Comecon et place sous l'autorité de Moscou les économies des pays d'Europe de l'Est. Au début des années 1950, Staline tient d'une main ferme le bloc socialiste. Sa mort en 1953, entraîne un assouplissement du régime, mais des liens étroits sont maintenus entre les démocraties populaires (pacte de Varsovie en 1955).

-

Wikimédia

Harry S. Truman

8 mai 1884 − 26 décembre 1972

Américain

Harry Truman, élu vice-président en 1944, devient président des États-Unis en succession de Roosevelt, décédé le 12 avril 1945. L'Allemagne capitule quelques semaines après et Truman ordonne les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'alliance avec l'URSS se transforme en rivalité. Truman s'inquiète de l'expansion du communisme et sous son impulsion, la politique étrangère américaine devient interventionniste aux côtés des alliés européens ou des pays menacés par le communisme. L'année 1947 marque le début de la guerre froide entre les États-Unis et l'URSS. En effet, Truman met en place la doctrine du "containment" (endiguement) ou doctrine Truman qui consiste à faire barrage à l'ambition de Staline et à soutenir financièrement les régions menacées par l'expansion communiste.

Quelques mois plus tard est mis en place le Plan Marshall, un plan d'aide économique et financière massive pour la reconstruction de l'Europe. Staline refuse le Plan Marshall, dénonce l'impérialisme américain et riposte par la mise en place du Kominform en septembre 1947 et le Comecon en 1949. Le Pacte Atlantique ou OTAN est signé à Washington en 1949, regroupant les puissances occidentales (États-Unis, Canada et dix pays européens) dans un but de défense commune.

Truman mène les États-Unis dans la guerre de Corée en 1950, pour contrer l'agression de la Corée du Sud par la Corée du Nord communiste. Le Président des États-Unis fait du Japon son principal partenaire en Asie dès 1951 et se rapproche des Philippines. Sous son deuxième mandat présidentiel, il fait voter la loi qui interdit au président de briguer un troisième mandat. En 1952, c'est Eisenhower qui est élu Président des États-Unis.

-

Wikimédia

John Fitzgerald Kennedy

29 mai 1917 − 22 novembre 1963

Américain

Issu d'une riche famille catholique et diplômé de Harvard, il est officier de marine dans le Pacifique pendant la Seconde Guerre mondiale, puis entre en politique et devient sénateur démocrate. Il est élu Président des États-Unis le 20 janvier 1961 et succède à Eisenhower. Sous son mandat présidentiel les tensions renaissent entre les États-Unis et l'URSS, d'abord à propos du mur de Berlin, construit par la RDA, pour isoler les quartiers Est de la ville et empêcher l'exode des populations de la RDA vers la RFA (Allemagne de l'Ouest). En 1962, Kennedy se montre très ferme face à Khrouchtchev, le numéro un de l'URSS, lors de la crise des missiles de Cuba. Il contraint finalement l'URSS à désarmer ses missiles nucléaires. Kennedy apporte son aide au gouvernement sud-vietnamien pour lutter contre les communistes. C'est le début de l'escalade au Viêt-Nam. Il est assassiné le 23 novembre 1963 à Dallas, dans des circonstances toujours non résolues.

-

Wikimédia

Fidel Castro

13 août 1926 − Néant

Cubain

Fils d'une famille aisée, Fidel Castro suit des études de droit et devient avocat. Il se fait rapidement connaître pour son opposition au régime dictatorial du Président Batista. En 1953, à la tête d'un petit groupe armé, il tente de renverser Batista, mais échoue. En exil au Mexique, il affine un nouveau projet de coup d'État. En 1956, Castro et ses hommes débarquent à Cuba où il organise la guerilla pendant deux ans et oblige Batista à fuir en 1958. Fidel Castro mène une série de réformes économiques (nationalisation, collectivisation agraire) mais doit faire face à l'opposition grandissante des États-Unis qui mettent en place un embargo. Castro se rapproche rapidement de l'URSS, en proclamant son appartenance au camp socialiste et en 1962 éclate la crise des fusées de Cuba, au cours de laquelle Kennedy et Khrouchtchev s'opposent. Fidel Castro dirige Cuba à travers les divers épisodes de la guerre froide. Il se présente comme un des porte-paroles des pays du Tiers-monde, face aux deux blocs. Il a joué et a fait joué à son petit pays un rôle important dans les relations internationales de la deuxième moitié du XXe siècle. Il se retire en février 2008 et son frère Raúl lui succède à la tête du gouvernement.

-

Wikimédia

Nikita Khrouchtchev

15 avril 1894 − 11 septembre 1971

Russe

À la mort de Staline en 1953, un de ses fidèles, Khrouchtchev parvient rapidement à s'imposer à la tête de l'URSS. Le nouveau chef du Kremlin souhaite un relâchement des tensions dans les relations internationales. Sous Khrouchtchev l'activité diplomatique est intense et il entame des discussions avec Eisenhower. Khrouchtchev est finalement invité aux États-Unis et devient le premier dirigeant soviétique à venir aux Etats-Unis en 1959. Mais les tensions reviennent quand une nouvelle crise éclate à Berlin en 1961 et que les Allemands de la RDA construisent un mur qui sépare Berlin Est et Berlin Ouest de façon étanche. En 1962, des avions espions américains découvrent sur l'île de Cuba des rampes de lancement de missiles nucléaires soviétiques dirigés vers les États-Unis, c'est le début d'une grave crise. Le président des États-Unis, Kennedy adopte une attitude ferme face à Khrouchtchev. Finalement, après une montée des tensions, un accord est passé et les Soviétiques démantèlent les installations de missiles. La résolution de cette crise ouvre la période dite de détente, qui dure jusqu'en 1979. Mais dès 1964, Khrouchtchev est écarté du pouvoir par le comité central de Moscou. Il accepte de prendre sa retraite pendant laquelle il est continuellement sous la surveillance du KGB. Il rédige ses mémoires, Souvenirs, et fait parvenir clandestinement des copies en Occident. Elles sont alors publiées en 1970.

-

Wikimédia

Willy Brandt

18 décembre 1913 − 8 octobre 1992

Allemand

Né dans une famille modeste, Karl Herbert Frahm est militant socialiste en 1931. Recherché par la Gestapo dès 1933, il fuit l'Allemagne et se réfugie en Norvège. Il est naturalisé norvégien sous le nom de Willy Brandt et devient journaliste. Il va en Espagne et écrit des articles sur la guerre civile. Quand l'Allemagne occupe la Norvège, il fuit à Stokholm. À la fin de la guerre, il revient en Norvège. Reprenant son métier de journaliste, il suit le procès de Nuremberg. À la fin de l'année 1947, Willy Brandt revient en Allemagne et entre en politique. Il devient membre du SPD, le parti social démocrate et rapidement un des leaders politiques du parti puis il est élu président du SPD pour la RFA en 1964, 1968 et 1970.

Influencé par son expérience scandinave, il révolutionne les idées au sein du SPD qui rompt avec la rigueur marxiste et accepte l'économie de marché. Homme politique de premier plan à Berlin-Ouest entre 1950 et 1966, comme député de Berlin puis comme Bourgmestre, Willy Brandt révèle ses qualités diplomatiques et son charisme, qui lui donnent une dimension internationale, lors de la crise diplomatique autour du sort de Berlin. Mais la construction du mur de Berlin en 1961 par la RDA, vécue par Willy Brandt comme un échec est aussi le point de départ d'une nouvelle politique étrangère : la RFA doit améliorer ses relations diplomatiques avec l'Union soviétique et la RDA. Il s'y emploie dans les années 1960.

En 1969, le SPD remporte les élections et Willy Brandt, élu chancelier, forme à Bonn un gouvernement de coalition et lance l'Ostpolitik (politique de rapprochement avec l'Est). Les actes marquants de cette politique sont un rapprochement de la RFA et de la RDA qui entrent toutes les deux à l'ONU en 1973, la reconnaissance par Bonn de la ligne Oder-Neisse, comme frontière de la Pologne et l'hommage du chancelier en 1970 devant le monument commémoratif du ghetto de Varsovie. Prix Nobel de la paix en 1971 et réélu chancelier en 1972, Willy Brandt doit démissionner en 1974, éclaboussé dans une affaire d'espionnage. Mais il reste président du SPD jusqu'en 1987 et est député européen jusqu'en 1983. Il est le témoin heureux de la chute du mur de Berlin entre le 9 et le 10 novembre 1989, puis s'éteint en 1992.

-

Wikimédia

Mikhaïl Sergueïevitch Gorbatchev

2 Mars 1931 − Néant

Russe

Mikhail Gorbatchev fait des études de droit à Moscou et complète sa formation par des études d'agronomie. Il entre au Comité Central en 1978 et au bureau politique en 1980. il est secrétaire du PC en 1985 et chef de l'Etat à partir de 1988.

Il tente de réformer profondément l'URSS, à travers ses politiques de "glasnost" (transparence) ainsi que la "perestroïka" (restructuration). Il s'agit d'apporter à l'URSS une libéralisation économique, culturelle et politique, ainsi qu'une ouverture dans les relations internationales. En politique étrangère, Gorbatchev décide de normaliser les relations avec les États-Unis et ouvre le dialogue avec le Président des États-Unis, Ronald Reagan, concernant le désarmement. Les négociations aboutissent, en décembre 1987, à un traité qui prévoit une réduction des forces nucléaires à portée intermédiaire. En 1988, Gorbatchev décide de retirer les forces soviétiques d'Afghanistan. L'année 1989 est marquée par la chute du mur de Berlin en novembre, sans réaction de la part des Soviétiques et par la déclaration commune du Président Busch et de Gorbatchev qui proclament officiellement la fin de la guerre froide. En juillet 1991, Gorbatchev et Busch signent START I, un traité sur la réduction des armes stratégiques nucléaires, entré en vigueur en 1994. En 1990, Gorbatchev reçoit le Prix Nobel de la Paix.

Mais les réformes et les libertés nouvelles en URSS provoquent des tensions et des problèmes (montée des nationalismes et des tensions ethniques, pénuries de consommation, inégalités sociales). Gorbatchev devient impopulaire, critiqué par les conservateurs qui lui reprochent les réformes, critiqué par les réformateurs qui le trouvent trop modéré. En 1989 − 1990 Gorbatchev impose l'élection des députés au suffrage universel, formant le Congrès des députés du peuple et un Président de l'URSS, lui aussi élu. Tandis que les députés réformateurs gagnent les élections, Boris Eltsine est élu Président (10 juillet 1991). Après la tentative de putsch des conservateurs en août 1991, Gorbatchev précipite l'implosion de l'URSS qui est dissoute le 26 décembre 1991. Tous les États de l'ancienne URSS deviennent ou redeviennent des États indépendants. Quant à Gorbatchev, il démissionne de ses fonctions et laisse la direction du pays au Président de la Fédération de Russie, Boris Eltsine.

-

Wikimédia

Joseph McCarthy

14 novembre 1908 − 2 mai 1957

Américain

Joseph McCarthy, républicain du Wisconsin, est élu sénateur en 1947. Il occupe ce poste jusqu'en 1957. En pleine guerre froide, il lance une vaste campagne anticommuniste aux États-Unis à partir de 1949. Entre 1950 et 1954, il préside la commission sénatoriale d'investigations qui mène des enquêtes sur toutes les personnes soupçonnées d'être communistes et donc d'espionner pour le compte des Soviétiques. Les époux Rosenberg, techniciens dans le nucléaire, accusés d'être des espions et de transmettre des informations atomiques aux Soviétiques, sont condamnés à mort en 1951 et exécutés en 1953. Dans tous les milieux des gens sont surveillés, soupçonnés, interrogés, que ce soit dans l'industrie, dans la presse, dans les universités et même à Hollywood et dans l'administration. On parle de "chasse aux sorcières" ou de "maccarthysme". Finalement McCarthy est désavoué et le sénat met fin à la "chasse aux sorcières".

-

Wikimédia

Winston Churchill

30 novembre 1874 − 24 janvier 1965

Anglais

Issu d'une famille aristocratique, Churchill entre en politique au début des années 1900, il occupe différents postes ministériels jusqu'en 1929. Écarté du pouvoir politique pendant les années 1930, il est appelé à la tête du gouvernement en 1940, après la démission de Chamberlain. Il prononce alors son fameux discours promettant aux anglais "du sang, de la peine, des larmes et de la sueur". En 1942, Churchill lance avec Roosevelt la stratégie alliée de bombardement des villes d'Europe. Malgré son anticommunisme, il aide l'URSS dans sa lutte contre l'Allemagne et se rend aux différentes conférences interalliées. Il est présent à Yalta et à Potsdam en 1945. Infatigable, il exhorte les Anglais à tenir bon et à continuer la guerre jusqu'à la victoire. Pendant cinq ans, il a incarné le combat inflexible du Royaume-Uni contre l'Allemagne hitlérienne. Battu aux élections en 1945, il continue de s'occuper de politique étrangère et dès 1946, dans son discours à Fulton, il dénonce le "rideau de fer" que les communistes construisent en Europe et invite les démocraties occidentales à être solidaires. Il revient au pouvoir de 1951 à 1955. Après cette date, Churchill se retire mais il continue de s'intéresser à la politique étrangère. Sa mise en garde à propos du "rideau de fer" prend tout son sens quand le mur de Berlin est construit en 1961. Churchill meurt en 1965.

-

Wikimédia

Ronald Reagan

6 février 1911 − 5 juin 2004

Américain

Ancien acteur à Hollywood, entré en politique en 1962 au parti républicain, Ronald Reagan devient gouverneur de Californie (1967−1974), puis est élu président des États-Unis en 1980 et réélu en 1984. Ses huit années de présidence sont marquées par une politique antisandiniste en Amérique centrale et une politique interventionniste (la Grenade en 1983 et la Libye en 1986). Après une période de tensions dans les relations avec l'URSS et ses alliés, Reagan renoue des relations diplomatiques plus cordiales avec l'URSS pendant son deuxième mandat. A la fin de l'année 1986, la réputation de Reagan est éclaboussée par le scandale de "l'Irangate" (vente d'armes par les États-Unis à l'Iran). En 1989, son vice-président George Bush lui succède.

-

Wikimédia

Boris Eltsine

1er 1931 − 23 avril 2007

Russe

Issu d'une famille modeste d'ouvriers, Boris fait des études, devient ingénieur et obtient un poste de contremaître dans une usine. Il entre au parti communiste en 1961 et progresse au sein de la hiérarchie. Dans les années 1980, il est membre du Comité Central et lutte contre la corruption à Moscou. En 1987, il déplore la lenteur de la mise en place de la "perestroïka", et la mauvaise volonté de certains membres corrompus du Comité Central. Ses propos provoquent un scandale et assombrissent ses relations avec Mikhaïl Gorbatchev. La popularité de Boris Eltsine est grandissante et il a le soutien des intellectuels depuis qu'il s'est déclaré favorable au multipartisme. En 1989, sont organisées les élections des députés du peuple au Soviet Suprême et pour la première fois depuis 1920, ce sont des élections libres. De nombreux députés réformateurs sont élus et Boris Eltsine est élu à Moscou avec plus de 89 % des voix. Il est élu président du Congrès des députés du peuple en 1990 puis élu au Suffrage Universel, président de Russie, le 10 juillet 1991.

Il s'oppose au putsch de Moscou par les conservateurs en août 1991, condamne le coup de force dont est victime Mikhaïl Gorbatchev et participe à la dissolution de l'URSS en décembre 1991. Tous les États de l'ancienne URSS deviennent ou redeviennent des États libres et indépendants. En même temps, une Communauté des États indépendants (CEI) est créée et regroupe onze États devenus libres. Eltsine souhaite que la Russie, devenue un État indépendant comme les autres, joue un rôle moteur au sein de la CEI. Malgré son intervention en Tchétchénie, fortement critiquée en Russie et par la communauté internationale et malgré ses problèmes de santé, Eltsine est réélu en 1996. Mais tombé gravement malade, il doit se retirer en décembre 1999. Son remplaçant, en attendant les élections anticipées de mars 2000 est son Premier ministre, Vladimir Poutine. Eltsine meurt en 2007.

-

Wikimédia

Léonid Illid Brejnev

19 décembre 1906 − 10 novembre 1982

Russe

Après des études en agronomie puis en métallurgie, Léonid Illid Brejnev travaille comme ingénieur (1935). Membre du parti communiste depuis 1931, il abandonne son métier d'ingénieur pour travailler au parti communiste en 1938. Nommé colonel puis Général pendant la guerre, il dirige un front en Ukraine (1942−1945). À partir de 1950, devenu membre du Comité Central, il commence sa progression au sein du parti communiste. En 1964, il succède à Khrouchtchev et devient premier secrétaire du parti. Peu à peu, il y impose son autorité, notamment en matière de politique extérieure et amorce un dégel des relations avec l'Occident. Cela se traduit par :

  • Un accord de reconnaissance des frontières de la RFA, de la RDA et de la Pologne avec le chancelier allemand Willy Brandt en 1970
  • Un accord de limitation de l'armement stratégique signé entre Brejnev et Nixon en 1972 (Salt I)
  • Un second accord (Salt II), signé avec le président américain Jimmy Carter en 1979.

Pendant les dernières années de sa vie, le pouvoir politique de Brejnev est limité par la maladie et la vieillesse. En décembre 1979, l'intervention militaire des Soviétiques en Afghanistan réveille les tensions entre l'URSS et les puissances occidentales, compromettant gravement la politique de détente engagée depuis plus de dix ans. Brejnev meurt en 1982.

-

Wikimédia

Richard Nixon

9 janvier 1913 − 22 avril 1994

Américain

Issu d'une famille modeste de Californie, Nixon devient juriste. Il entre en politique, chez les Républicains, après la Seconde Guerre mondiale, pendant laquelle il a servi dans la marine. Il est élu sénateur en 1950, puis vice-président des États-Unis de 1953 à 1961, pendant les deux mandats présidentiels de Eisenhower. Battu par Kennedy en 1961, il est finalement élu Président en 1968 et réélu en 1972. Mais il démissionne en 1974, car il est gravement compromis dans le scandale du Watergate (une affaire d'espionnage politique qui implique l'administration présidentielle).
Ses six années de présidence sont marquées par une politique étrangère favorable à la paix :

  • La détente entre les Etats-Unis et l'URSS aboutit à la signature d'accords avec Brejnev sur la limitation de l'armement nucléaire (Salt I) en 1972.
  • La politique d'ouverture avec la Chine populaire se traduit par une visite officielle de Nixon à Pékin en 1972 où il rencontre Mao Zedong.
  • Avec la fin de la guerre du Viêt Nam (accord de Paris en 1973) et il décide du retrait progressif des dernières troupes américaines (ce qui provoque l'effondrement du Sud Viêt Nam écrasé par les forces nord-viêtnamiennes deux ans plus tard).
  • Après la guerre du Kippour (1973), Nixon, qui veut rétablir la paix au Moyen-Orient, renoue des relations diplomatiques avec l'Égypte et obtient un début de négociations entre Israël et l'Égypte. La visite de Nixon en Égypte en 1974 est son dernier voyage officiel.

Pendant son premier mandat, Nixon est confronté à l'agitation sociale et à l'inflation aggravée par les dépenses militaires de la guerre au Viêt Nam. Pour faire diminuer l'inflation, il décide d'imposer le gel des prix et des salaires et de suspendre la convertibilité du dollar en or (1971), ce qui provoque la dévaluation du dollar. Il parvient ainsi à diminuer (temporairement) l'inflation, ce qui assure sa réélection en 1972.

-

Wikimédia

Lyndon B. Johnson

27 août 1908 − 22 janvier 1973

Américain

Le démocrate Lyndon Baines Johnson, d'abord député puis sénateur, est élu vice-président de Kennedy aux élections présidentielles de 1961. Après l'assassinat de Kennedy en 1963, il devient président des Etats-Unis et il est réélu en 1964. Johnson mène une politique en continuité avec celle de Kennedy et fait aboutir le projet de loi sur les droits civiques pour lutter contre la ségrégation raciale. Mais il impose aussi ses propres projets dont celui de la lutte contre la pauvreté.

Pendant son second mandat (1965 − 1968), malgré de nouvelles mesures pour lutter contre la pauvreté et les discriminations, des émeutes éclatent dans les ghettos noirs. Johnson ordonne une commission d'enquête dont les résultats publiés en mars 1968 sont alarmants : le rapport de la commission fait état de la montée du racisme et de la fracture entre deux sociétés, celle des blancs et celle des noirs qui créent de dangereuses tensions et risquent d'aboutir à des systèmes d'apartheid dans les grandes villes. L'assassinat de Martin Luther King (4 avril 1968) provoque des émeutes violentes dans de nombreuses villes.

En politique étrangère, Johnson est confronté à la guerre du Viêt Nam, dont il n'arrive pas à sortir. Cette guerre impopulaire entraîne des manifestations d'étudiants. L'effort de guerre entre 1965 et 1968, provoque la mort de milliers de soldats américains. Malgré cette guerre et le fait que l'URSS livre régulièrement des armes au Nord-Viêtnam, la politique de coexistence pacifique entre les deux blocs est maintenue.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.