Première ES 2016-2017
Kartable
Première ES 2016-2017

Les régimes totalitaires dans l'entre-deux-guerres

Les régimes totalitaires s'installent en Russie avec la révolution bolchevique et le gouvernement de Staline, en Italie avec la venue de Mussolini en 1922 et en Allemagne avec Hitler en 1933. Ces régimes suppriment la démocratie et les libertés et prônent l'avènement d'un "homme nouveau". Bien que similaires sur certains aspects, les projets totalitaires diffèrent dans leurs objectifs.

Cependant, les méthodes sont les mêmes : les populations sont encadrées dès la jeunesse, la propagande et le culte du chef sont omniprésents, ceux qui sont considérés comme des opposants aux différents projets totalitaires sont persécutés, enfermés. La violence extrême est une méthode commune aux trois régimes.

I

La genèse des régimes totalitaires

A

De la Révolution au stalinisme

1

La Russie en crise

En 1917, la Russie est un pays archaïque :

  • Le tsar a tous les pouvoirs.
  • La population est majoritairement rurale et de nombreux paysans vivent encore sous un régime féodal.
  • Le régime est incapable de se moderniser. Un mouvement révolutionnaire soulève le pays en 1905. Les quelques acquis démocratiques consentis durant cet événement sont rapidement étouffés par le régime.

La situation se dégrade pendant la Première Guerre mondiale :

  • Le pays est exsangue à cause de l'effort de guerre.
  • Les Russes accumulent les défaites face aux Allemands.
  • De nombreux soldats russes périssent durant le conflit (environ 2 millions).
  • La population russe subit des privations alimentaires et des famines éclatent dans plusieurs régions et villes.
2

Les révolutions de 1917

En 1917, la situation dramatique causée par la guerre provoque une première révolution en février 1917 :

  • Des émeutes éclatent à Saint-Pétersbourg.
  • L'armée se joint à la foule.
  • Le tsar abdique le 3 mars 1917.
  • Un gouvernement provisoire, d'inspiration libérale, prend la direction du pays.
  • Durant cette révolution, les soviets jouent un rôle important.

Mais le gouvernement provisoire est rapidement déstabilisé par la pression du peuple :

  • La paix n'est toujours pas signée avec les ennemis, obligeant la Russie à maintenir l'effort de guerre.
  • Les difficultés économiques empirent.
  • Le parti bolchevique, réclamant "la paix et du pain" est de plus en plus populaire.
  • Le 25 octobre 1917, les bolchéviques, derrière Lénine, réalisent un coup d'État et s'approprient le pouvoir.

Suite à l'arrivée au pouvoir des bolchéviques, la Russie doit affronter une importante guerre menée par les armées blanches (les fidèles du tsar) soutenues par les Britanniques et les Français. Cette guerre et la famine qu'elle provoque tuent plus de 8 millions de Russes.

Les bolchéviques réussissent à se maintenir à la tête de l'État et l'URSS est créée en 1922.

3

L'arrivée au pouvoir de Staline

Lénine pose les bases du totalitarisme soviétique et instaure un contrôle de la société. Afin de reconstruire l'URSS, Lénine met en place des réformes économiques qui tolèrent l'économie de marché (NEP).

La succession de Lénine voit l'arrivée de Staline au pouvoir :

  • Lénine meurt en 1924.
  • Une lutte s'engage au sein du parti bolchevique pour régler sa succession.
  • Staline, Secrétaire général du Comité central du parti depuis 1922, attaque ses opposants.
  • Léon Trotsky, son principal adversaire, est exilé d'URSS en 1929.

Staline affermit le caractère totalitaire du régime soviétique :

  • En 1929, Staline rompt avec les réformes économiques de Lénine et organise la collectivisation des moyens de production.
  • Afin d'orienter l'économie, il entreprend l'industrialisation à marche forcée de l'URSS par la mise en place de plans quinquennaux dans lesquels il fixe des objectifs sur cinq ans à la production soviétique.
  • De 1936 à 1938, les procès de Moscou permettent l'élimination de tous les potentiels opposants de Staline.
B

L'arrivée du fascisme en Italie

1

L'Italie au lendemain de la guerre

L'Italie au lendemain de la Première Guerre mondiale traverse une crise profonde :

  • L'Italie est un État-nation récent, créé au XIXe siècle. Le nationalisme a été exacerbé durant cette période et le sentiment national est très présent.
  • L'Italie s'estime flouée au lendemain de la Première Guerre mondiale. Elle est rentrée en guerre en 1915 aux côtés de la Triple-Entente car celle-ci lui avait promis des territoires qu'elle n'obtient pas une fois la guerre terminée. Les Italiens parlent d'une "victoire mutilée".
  • De nombreux soldats rentrent du front et se retrouvent au chômage. Ces soldats ayant vécu la guerre ont subi le processus de brutalisation des combattants.
  • Des mouvements sociaux très importants, influencés par le socialisme et la Révolution russe, secouent l'Italie. Des usines sont occupées (notamment à Milan et à Turin). Parfois les ouvriers prennent le contrôle de la production. Des domaines agricoles sont occupés par les paysans.

La bourgeoisie est très inquiète de cette poussée révolutionnaire.

2

L'arrivée au pouvoir de Mussolini

Mussolini est un ancien socialiste à la tête d'un mouvement populiste. Dans le contexte de crise que traverse l'Italie et d'inquiétude des classes dirigeantes du pays, Mussolini s'impose au pouvoir :

  • Il crée en 1919, les Faisceaux italiens de combat. Ce groupe n'a pas de programme précis mais s'appuie sur le mécontentement et les frustrations de la population italienne.
  • Les milices fascistes, ou squadre, composées des "Chemises noires" s'attaquent aux mouvements de grève qui paralysent le pays et mènent une répression féroce sur les militants syndicaux. Les grévistes et leurs meneurs sont persécutés, assassinés et leurs lieux de rassemblement sont incendiés.
  • La bourgeoisie soutient ce mouvement qui est un rempart efficace contre l'agitation sociale et semble inoffensif pour ses intérêts.
  • Les adeptes de Mussolini sont de plus en plus nombreux et Mussolini crée le Parti national fasciste en 1921.
  • Mussolini réalise un coup de force en octobre 1922 avec la grande Marche sur Rome.
  • Le 30 octobre 1922, le roi Victor-Emmanuel III le nomme chef du Conseil et lui demande de former un gouvernement.
3

La fascisation de l'Italie

Mussolini, qui, dans un premier temps, maintient l'illusion du respect de la légalité constitutionnelle, durcit le contrôle du parti fasciste sur la société :

  • Les violences des Chemises noires contre les opposants de gauche sont de plus en plus fortes.
  • En 1925, Mussolini reconnaît et assume l'assassinat du député Matteotti qui dénonce les fraudes électorales de 1924.
  • En 1925 − 1926, il impose les lois fascistissimes qui font de lui le seul chef de l'exécutif et introduit le parti unique.
C

L'avènement du nazisme

1

L'Allemagne après la guerre

L'Allemagne, elle aussi, est traversée par une crise profonde au sortir de la Première Guerre mondiale :

  • Suite à une révolution, l'empereur abdique et la République de Weimar est proclamée en 1918.
  • L'armistice est signé et l'Allemagne est confrontée à des conditions de paix humiliantes. Elle doit payer de lourdes réparations à la France, son territoire est démembré et coupé en deux, son armée est limitée à 100 000 hommes et la possession d'armes lourdes lui est interdite. Les Allemands se sentent humiliés par cette paix qu'ils considèrent comme un diktat.
  • Les Spartakistes, derrière Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht, veulent la mise en place d'une société communiste à l'image de la Russie soviétique. Le mouvement révolutionnaire secoue l'Allemagne de 1918 à 1919. La jeune république, pourtant dirigée par les socialistes, décide d'utiliser les anciens combattants pour réprimer dans une très grande violence les insurrections communistes.
  • Malgré l'amélioration de la situation, la République de Weimar reste un régime contesté, perçu comme responsable de l'humiliation d'après-guerre et que beaucoup, dont les classes bourgeoises, voudraient voir remplacer par un régime plus fort.
2

L'arrivée au pouvoir d'Hitler

La crise de 1929 déstabilise profondément l'Allemagne :

  • L'Allemagne est le pays européen le plus touché par le rapatriement des capitaux américains au lendemain du krach de Wall Street.
  • L'inflation et le chômage prennent des dimensions considérables.
  • L'agitation sociale est très forte et inquiète la bourgeoisie qui ne fait pas confiance au régime pour améliorer la situation.

Hitler profite de cette situation pour accéder au pouvoir :

  • Hitler prend en 1921 la tête du parti national-socialiste des ouvriers allemands (NSDAP). Ce parti a un programme démagogique fondé sur l'exaltation du nationalisme. Les Juifs et les communistes sont accusés par Hitler d'être les responsables de l'échec de l'Allemagne durant la Première Guerre mondiale et de l'humiliation du traité de Versailles.
  • Hitler constitue des ligues, les sections d'assaut (SA) ou "Chemises brunes".
  • Son mouvement est de plus en plus populaire et ses résultats aux élections passent de 2% en 1928 à 37% en 1932.
  • Son anticommunisme virulent lui ouvre le soutien des industriels allemands.
  • Après une campagne électorale violente marquée par les exactions des SA, Hitler est appelé par Hindenburg à occuper le poste de chancelier.
3

La mise en place du totalitarisme en Allemagne

Hitler instaure un gouvernement qu'il partage avec des ministres de droite puis devient le seul détenteur du pouvoir :

  • En mars 1933, il obtient les pleins pouvoirs. Il légifère seul.
  • Il supprime les libertés fondamentales.
  • Il fait du NSDAP le parti unique en Allemagne.
  • Le 30 juin 1934, il procède à l'élimination des chefs de la SA lors de la Nuit des Longs Couteaux et permet ainsi l'affirmation des SS.
  • Il peut dès lors réaliser son programme de "mise au pas" de l'Allemagne sans craindre des contestations.
II

Les projets totalitaires

A

Des régimes révolutionnaires

1

Le leader charismatique

Pour mener à bien ces projets révolutionnaires et permettre la création d'un "homme nouveau", la nation doit s'identifier et suivre le leader charismatique :

  • Le chef concentre tous les pouvoirs et inspire les politiques mises en œuvre.
  • Le chef est considéré comme étant un sauveur car il va permettre l'avènement de ces sociétés nouvelles. En Allemagne, Hitler est appelé le "Führer", en Italie, Mussolini est le "Duce" et en URSS, Staline est le "Vodj".
  • Il exerce une fascination sur les masses.
2

Le rejet de la démocratie

Ces régimes rejettent le parlementarisme :

  • En URSS, le parlementarisme est considéré comme étant au service de la bourgeoisie et permet l'exploitation des travailleurs.
  • En Italie et en Allemagne, le parlementarisme est accusé de casser l'unité nationale.
  • Dans ces régimes, il n'y a pas de pluralisme politique et les libertés individuelles et collectives sont supprimées.
3

Un homme nouveau

Les régimes totalitaires affichent une forte volonté de rompre avec le passé, elles veulent créer un "homme nouveau". Leurs idéologies respectives sont érigées en vérité absolue et l'homme doit trouver son accomplissement dans ce nouvel idéal :

  • En Allemagne, l'homme nouveau est celui de la race aryenne purifiée de tous les éléments qui la corrompent.
  • En Italie, Mussolini veut créer un homme guerrier et viril.
  • En URSS, le modèle mis en exemple est celui de l'ouvrier ou du paysan dévoué à la société communiste.
B

Des divergences

Les régimes totalitaires ont des points communs, cependant ils s'opposent sur les projets de sociétés qu'ils veulent mettre en place :

Mussolini veut instaurer un projet nationaliste. Il veut atteindre la grandeur de l'Empire romain. À ce titre, il considère avoir le droit de mener des projets d'expansion coloniale. Il veut aussi permettre à l'Italie d'accéder à l'autosuffisance et créer un régime autarcique. L'homme nouveau qu'il veut créer est un "homme viril, agressif et conquérant". La "protection de la race italienne" n'est pas présente dans son projet initial, elle est introduite dans l'idéologie du régime sous l'influence de l'Allemagne nazie.

Suite à la conquête de l'Éthiopie en 1935, Mussolini interdit les mariages mixtes entre Éthiopiens et Italiens et édicte les premières lois antisémites en 1938.

Hitler se base sur un projet ethnoracial, il veut instaurer la "pureté raciale". Pour Hitler, les Juifs et certains groupes (minorités religieuses, homosexuels, handicapés, etc.) "pervertissent" la race aryenne. Il pratique l'eugénisme et veut conquérir l'"espace vital" qui revient de droit, selon lui, à la race allemande.

L'idéologie stalinienne se différencie nettement de l'idéologie nazie et fasciste. Pour les Soviétiques, l'homme est aliéné par le capitalisme. Ainsi, Staline veut que l'État soviétique, par la collectivisation des moyens de production, soit un instrument de l'émancipation des peuples. Son projet est dans un premier temps universaliste, il doit toucher les peuples qui sont frères dans l'oppression capitaliste. Cependant, il va aussi développer une idéologie nationaliste avec la théorie du "socialisme dans un seul pays" et entreprend la répression des minorités dans l'URSS.

III

Les pratiques totalitaires

A

Le contrôle des populations

1

L'encadrement des populations

Les régimes totalitaires mobilisent et encadrent les masses. Ils veulent contrôler tous les aspects de la vie des individus. Ainsi l'école, le travail et les loisirs font l'objet d'un étroit contrôle et d'un encadrement.

Les régimes totalitaires mettent en place des organisations de masses. La jeunesse est encadrée. Des associations de jeunes, dont l'inscription est obligatoire, sont créées :

  • En URSS, le mouvement de jeunesse est le Komsomol.
  • En Allemagne, l'organisation de jeunesse s'appelle les Jeunesses hitlériennes.
  • En Italie, les jeunes sont intégrés dans les Balillas.

Des organisations encadrent les loisirs :

  • En Allemagne, les travailleurs se regroupent dans l'organisation "Force par la joie".
  • En Italie, l'organisation ouvrière s'appelle "dopolavoro".
  • EN URSS, les ouvriers se divertissent dans les clubs d'usines et les travailleurs se regroupent dans les syndicats autorisés par le régime.

L'inscription au parti unique n'est pas obligatoire mais elle est vivement recommandée et nécessaire pour obtenir un poste de fonctionnaire.

En URSS, le PCUS regroupe 2 millions d'adhérents en 1939 et en Allemagne le NSDAP compte 5,4 millions de membres.

2

La propagande

La propagande est omniprésente dans les régimes fascistes par des affiches, des chansons, des poèmes, etc. La censure frappe l'ensemble des médias contrôlés par l'État et touche tous les artistes.

En Allemagne, le 10 mai 1933, les étudiants de l'université de Berlin brûlent les livres faisant partie d'une liste de 20 000 ouvrages interdits.

Les artistes se réunissent dans des regroupements d'artistes au service de la propagande du régime.

En URSS, il faut l'autorisation de l'Union des écrivains pour publier et les cinéastes produisent des films à la gloire du régime et des héros communistes. Eisenstein réalise Le cuirassé Potemkine.

Des grands défilés mettent en avant l'unité du pays derrière le chef de l'État, tels que les défilés du 1er mai à Moscou et les grandes parades nazies.

B

La violence

Les régimes totalitaires sont des régimes qui utilisent la violence et la répression contre ceux qui sont considérés comme des freins à la mise en place des projets de ces régimes :

  • En URSS, la dékoulakisation a pour objectif de mater les résistances contre la collectivisation des terres. Les koulaks, des paysans aisés, sont touchés par la répression et environ deux millions de paysans sont déportés dans des camps. La famine dans les campagnes en Ukraine amène à la mort de plus de 6 millions de personnes. Les "procès de Moscou" (1936 − 1938) permettent l'élimination de tous les opposants potentiels au pouvoir personnel de Staline. La Grande terreur touche plus de 750 000 cadres du parti, de l'administration et de l'armée.
  • En Allemagne, l'incendie du Reichstag en 1933 est un prétexte pour suspendre toutes les libertés et condamner et déporter les communistes, accusés d'être les responsables de cet incendie. Les "races" considérées comme inférieures et les "asociaux" ne pouvant s'intégrer sont persécutés et subissent des déportations et des exécutions de masses. 70 000 handicapés sont tués et les Juifs sont la cible principale du régime.
  • En Italie, les opposants politiques sont persécutés par le régime. Sous l'influence de l'Allemagne, la répression touche aussi les Juifs à la fin des années 1930. Durant la conquête de l'Éthiopie, de nombreux massacres sont perpétrés.

Pour exercer cette répression, des polices politiques aux méthodes brutales sont constituées et répriment les opposants au régime :

  • En URSS, la police politique est le NKVD.
  • En Allemagne, la Gestapo mène une répression féroce.
  • En Italie, la police au service du Duce est l'OVRA.

Les régimes totalitaires déportent les opposants dans des camps :

  • En Allemagne, les camps de concentration sont ouverts dès le début du régime en 1933. Ces camps auxquels s'ajoutent les camps d'extermination durant la Seconde Guerre mondiale vont avoir pour conséquence la mort de 3 millions de Juifs et de 240 000 tziganes ainsi que de centaines de milliers d'opposants politiques et d'"asociaux".
  • En Italie, les opposants politiques sont envoyés dans des camps d'internement dans les îles Lipari.
  • En URSS, plus de 15 millions de soviétiques sont internés dans les camps, les goulags, durant la période stalinienne.
pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.