Première L 2015-2016
Kartable
Première L 2015-2016

Cyrano de Bergerac, Lecture de la lettre (V, 5)

ACTE V, scène 5

ROXANE (sans se retourner) :
Qu'est-ce que je disais ? ...
(Et elle brode. Cyrano, très pâle, le feutre enfoncé sur les yeux, paraît. La sœur qui l'a introduit rentre. Il se met à descendre le perron lentement, avec un effort visible pour se tenir debout, et en s'appuyant sur sa canne. Roxane travaille à sa tapisserie.)
Ah ! ces teintes fanées ...
Comment les rassortir ?
(À Cyrano, sur un ton d'amicale gronderie)
Depuis quatorze années,
Pour la première fois, en retard !

CYRANO (qui est parvenu au fauteuil et s'est assis, d'une voix gaie, contrastant avec son visage) :
Oui, c'est fou !
J'enrage. Je fus mis en retard, vertuchou ! ...

ROXANE :
Par ? ...

CYRANO :
Par une visite assez inopportune.

ROXANE (distraite, travaillant) :
Ah ! oui ! quelque fâcheux ?

CYRANO :
Cousine, c'était une
Fâcheuse.

ROXANE :
Vous l'avez renvoyée ?

CYRANO :
Oui, j'ai dit :
Excusez-moi, mais c'est aujourd'hui samedi,
Jour où je dois me rendre en certaine demeure ;
Rien ne m'y fait manquer : repassez dans une heure !

ROXANE (légèrement) :
Eh bien ! cette personne attendra pour vous voir :
Je ne vous laisse pas partir avant ce soir.

CYRANO (avec douceur) :
Peut-être un peu plus tôt faudra-t-il que je parte.
(Il ferme les yeux et se tait un instant. Sœur Marthe traverse le parc de la chapelle au perron. Roxane l'aperçoit, lui fait un petit signe de tête.)

ROXANE (à Cyrano) :
Vous ne taquinez pas sœur Marthe ?

CYRANO (vivement, ouvrant les yeux) :
Si !
(Avec une grosse voix comique)
Sœur Marthe !
Approchez !
(La sœur glisse vers lui.)
Ha ! ha ! ha ! Beaux yeux toujours baissés !

SŒUR MARTHE (levant les yeux en souriant) :
Mais ...
(Elle voit sa figure et fait un geste d'étonnement.)
Oh !

CYRANO (bas, lui montrant Roxane) :
Chut ! Ce n'est rien ! -
(D'une voix fanfaronne. Haut)
Hier, j'ai fait gras.

SŒUR MARTHE :
Je sais.
(À part)
C'est pour cela qu'il est si pâle !
(Vite et bas)
Au réfectoire
Vous viendrez tout à l'heure, et je vous ferai boire
Un grand bol de bouillon... Vous viendrez ?

CYRANO :
Oui, oui, oui.

SŒUR MARTHE :
Ah ! vous êtes un peu raisonnable, aujourd'hui !

ROXANE (qui les entend chuchoter) :
Elle essaye de vous convertir ?

SŒUR MARTHE :
Je m'en garde !

CYRANO :
Tiens, c'est vrai ! Vous toujours si saintement bavarde,
Vous ne me prêchez pas ? c'est étonnant, ceci ! ...
Avec une fureur bouffonne :
Sabre de bois ! Je veux vous étonner aussi !
Tenez, je vous permets ...
Il a l'air de chercher une bonne taquinerie, et de la trouver :
Ah ! la chose est nouvelle ? ...
De ... de prier pour moi, ce soir, à la chapelle.

ROXANE :
Oh ! oh !

CYRANO (riant) :
Sœur Marthe est dans la stupéfaction !

SŒUR MARTHE (doucement) :
Je n'ai pas attendu votre permission.
(Elle rentre.)

CYRANO (revenant à Roxane, penchée sur son métier) :
Du diable si je peux jamais, tapisserie,
Voir ta fin !

ROXANE :
J'attendais cette plaisanterie.
(À ce moment un peu de brise fait tomber les feuilles.)

CYRANO :
Les feuilles !

ROXANE (levant la tête, et regardant au loin, dans les allées) :
Elles sont d'un blond vénitien.
Regardez-les tomber.

CYRANO :
Comme elles tombent bien !
Dans ce trajet si court de la branche à la terre,
Comme elles savent mettre une beauté dernière,
Et malgré leur terreur de pourrir sur le sol,
Veulent que cette chute ait la grâce d'un vol !

ROXANE :
Mélancolique, vous ?

CYRANO (se reprenant) :
Mais pas du tout, Roxane !

ROXANE :
Allons, laissez tomber les feuilles de platane ...
Et racontez un peu ce qu'il y a de neuf.
Ma gazette ?

CYRANO
Voici !

ROXANE :
Ah !

CYRANO (de plus en plus pâle, et luttant contre la douleur) :
Samedi, dix-neuf :
Ayant mangé huit fois du raisiné de Cette,
Le Roi fut pris de fièvre ; à deux coups de lancette
Son mal fut condamné pour lèse-majesté,
Et cet auguste pouls n'a plus fébricité !
Au grand bal, chez la reine, on a brûlé, dimanche,
Sept cent soixante-trois flambeaux de cire blanche ;
Nos troupes ont battu, dit-on, Jean l'Autrichien ;
On a pendu quatre sorciers ; le petit chien
De madame d'Athis a dû prendre un clystère...

ROXANE :
Monsieur de Bergerac, voulez-vous bien vous taire !

CYRANO :
Lundi... rien. Lygdamire a changé d'amant.

ROXANE :
Oh !

CYRANO (dont le visage s'altère de plus en plus) :
Mardi, toute la cour est à Fontainebleau.
Mercredi, la Montglat dit au comte de Fiesque :
Non ! Jeudi : Mancini, Reine de France,- ou presque !
Le vingt-cinq, la Monglat à de Fiesque dit : Oui ;
Et samedi, vingt-six...
(Il ferme les yeux. Sa tête tombe. Silence.)

ROXANE (surprise de ne plus rien entendre, se retourne, le regarde, et se levant effrayée.) :
Il est évanoui ?
(Elle court vers lui en criant.)
Cyrano !

CYRANO (rouvrant les yeux, d'une voix vague) :
Qu'est-ce ?... Quoi ?...
(Il voit Roxane penchée sur lui et, vivement, assurant son chapeau sur sa tête et reculant avec effroi dans son fauteuil.)
Non ! non ! je vous assure,
Ce n'est rien ! Laissez-moi !

ROXANE :
Pourtant...

CYRANO :
C'est ma blessure
D'Arras... qui... quelquefois... vous savez...

ROXANE :
Pauvre ami !

CYRANO :
Mais ce n'est rien. Cela va finir.
(Il sourit avec effort.)
C'est fini.

ROXANE (debout près de lui) :
Chacun de nous a sa blessure : j'ai la mienne.
Toujours vive, elle est là, cette blessure ancienne,
Elle met la main sur sa poitrine :
Elle est là, sous la lettre au papier jaunissant
Où l'on peut voir encor des larmes et du sang !
(Le crépuscule commence à venir.)

CYRANO :
Sa lettre !... N'aviez-vous pas dit qu'un jour, peut-être,
Vous me la feriez lire ?

ROXANE :
Ah ! vous voulez ?... Sa lettre ?

CYRANO :
Oui... Je veux... Aujourd'hui...

ROXANE (lui donnant le sachet pendu à son cou) :
Tenez !

CYRANO (le prenant) :
Je peux ouvrir ?

ROXANE :
Ouvrez... lisez !...
(Elle revient à son métier, le replie, range ses laines.)

CYRANO (lisant) :
Roxane, adieu, je vais mourir !...

ROXANE (s'arrêtant, étonnée) :
Tout haut ?

CYRANO (lisant) :
C'est pour ce soir, je crois, ma bien-aimée !
J'ai l'âme lourde encor d'amour inexprimée,
Et je meurs ! jamais plus, jamais mes yeux grisés,
Mes regards dont c'était ...

ROXANE :
Comment vous la lisez,
Sa lettre !

CYRANO (continuant) :
... dont c'était les frémissantes fêtes,
Ne baiseront au vol les gestes que vous faites ;
J'en revois un petit qui vous est familier
Pour toucher votre front, et je voudrais crier ...

ROXANE (troublée) :
Comme vous la lisez, − cette lettre !
La nuit vient insensiblement.

CYRANO :
Et je crie :
Adieu ! ...

ROXANE:
Vous la lisez...

CYRANO :
Ma chère, ma chérie,
Mon trésor...

ROXANE (rêveuse) :
D'une voix ...

CYRANO :
Mon amour !

ROXANE :
D'une voix...
(Elle tressaille.)
Mais... que je n'entends pas pour la première fois !
(Elle s'approche tout doucement, sans qu'il s'en aperçoive, passe derrière le fauteuil, se penche sans bruit, regarde la lettre. L'ombre augmente.)

CYRANO :
Mon cœur ne vous quitta jamais une seconde,
Et je suis et serai jusque dans l'autre monde
Celui qui vous aima sans mesure, celui...

ROXANE (lui posant la main sur l'épaule) :
Comment pouvez-vous lire à présent ? Il fait nuit.
(Il tressaille, se retourne, la voit là tout près, fait un geste d'effroi, baisse la tête. Un long silence. Puis, dans l'ombre complètement venue, elle dit avec lenteur, joignant les mains.)
Et pendant quatorze ans, il a joué ce rôle
D'être le vieil ami qui vient pour être drôle !

CYRANO :
Roxane !

ROXANE :
C'était vous !

CYRANO :
Non, non, Roxane, non !

ROXANE :
J'aurais dû deviner quand il disait mon nom !

CYRANO :
Non, ce n'était pas moi !

ROXANE :
C'était vous !

CYRANO :
Je vous jure...

ROXANE :
J'aperçois toute la généreuse imposture :
Les lettres, c'était vous...

CYRANO :
Non !

ROXANE :
Les mots chers et fous,
C'était vous...

CYRANO :
Non !

ROXANE :
La voix dans la nuit, c'était vous !

CYRANO :
Je vous jure que non !

ROXANE :
L'âme, c'était la vôtre !

CYRANO :
Je ne vous aimais pas.

ROXANE :
Vous m'aimiez !

CYRANO (se débattant) :
C'était l'autre !

ROXANE :
Vous m'aimiez !

CYRANO (d'une voix qui faiblit) :
Non !

ROXANE :
Déjà vous le dites plus bas !

CYRANO :
Non, non, mon cher amour, je ne vous aimais pas !

ROXANE :
Ah ! que de choses qui sont mortes ... qui sont nées !
- Pourquoi vous être tu pendant quatorze années,
Puisque sur cette lettre où, lui, n'était pour rien,
Ces pleurs étaient de vous ?

CYRANO (lui tendant la lettre) :
Ce sang était le sien.

ROXANE :
Alors pourquoi laisser ce sublime silence
Se briser aujourd'hui ?

CYRANO :
Pourquoi ?...
(Le Bret et Ragueneau entrent en courant.)

Edmond Rostand

Cryano de Bergerac

1897

I

Le dénouement de la pièce : lecture de la lettre

  • Le dénouement de la pièce est une scène d'amour. C'est la résolution de la pièce. Cyrano, qui cachait son amour à Roxane depuis le début, lui révèle enfin la vérité.
  • L'élément perturbateur à leur amour était l'impossibilité pour Cyrano de révéler son amour à Roxane. La lettre est une façon de faire cet aveu. C'est un aveu qui n'est pas vraiment volontaire.
  • De nombreux termes se rapportent à l'amour : "mon amour inexprimé", "cœur", "aima", "aimiez", "aimais".
  • La lettre est un moyen détourné. Le champ lexical de la lecture est important : "lettre", "lire", "lisant", "lisez". C'est un outil théâtral.
  • Il y a un double niveau d'interprétation. Roxane croit que Cyrano lit les mots de Christian. Mais le spectateur sait que c'est Cyrano qui a écrit la lettre. Le "je" que lit Cyrano n'est pas celui de Christian, d'une part car Christian n'a jamais écrit la lettre, d'autre part car Cyrano aime Roxane, c'est donc bien sa déclaration.
  • La révélation est possible grâce à la mise en scène. En effet, petit à petit la lumière décline, et Cyrano ne devrait plus être capable de lire. Roxane s'aperçoit au fur et à mesure de la lecture que c'est Cyrano qui a écrit la lettre.
II

La tension dramatique

  • La mise en scène est très importante dans cette scène, puisque tout est lié à la lumière.
  • Les didascalies sont particulièrement importantes : "le crépuscule commence à venir", "l'ombre augmente", "dans l'ombre complètement venue". La tension dramatique est liée à la nuit qui tombe.
  • La nuit symbolise d'ailleurs la mort. En effet, cette scène est aussi la mort de Cyrano.
  • Les réactions de Roxane sont intercalées à la lecture de la lettre. On peut ainsi relever l'utilisation de nombreux points de suspension. La plupart des répliques de Roxane en sont ponctuées, ce qui soulignent sa réflexion, elle commence à réaliser.
  • Il y a de nombreux déplacements sur scène. D'abord, Roxane s'éloigne de Cyrano et l'écoute lire plus loin. Puis, petit à petit, à mesure qu'elle comprend ce qui se passe, elle se rapproche de lui. Ce rapprochement entre les deux personnages symbolise la réalisation de l'amour.
  • Cette scène peut s'apparenter à une joute verbale entre Roxane et Cyrano. Pour la première fois dans la pièce, Cyrano perd. Il se défend d'aimer Roxane, il nie : "non, non , mon cher amour, je ne vous aimais pas". Mais il est obligé d'admettre.
III

Une scène tragique

  • La scène est tragique car Cyrano meurt. L'aveu d'amour n'est pas une ultime confession pour partir en paix. Au contraire, cet aveu est tragique car Cyrano et le spectateur réalisent que Roxane aurait aimé Cyrano s'il lui avait avoué son amour.
  • La scène est marquée par la surprise de Roxane qui ne cesse de s'interroger ou de s'exclamer : "S'arrêtant, étonnée : tout haut ?" D'abord surprise, Roxane se fait insistante.
  • Cyrano hésite entre avouer et se taire. Il a encore peur d'être rejeté.
  • Les répliques sont courtes, rapides, on parle de stichomythies. Il y a un enchaînement des questions et des réponses : "c'était vous", "non".
  • On note également une alternance de phrases affirmatives et négatives.
  • Cyrano a annoncé sa mort dès le début, il est blessé. Puis vers la fin il dit : "Adieu Roxane je vais mourir" et enfin "et je meurs".
  • Roxane ignore que Cyrano est mortellement blessé. La voix de Cyrano faiblit, alors que Roxane semble renaître :"elle tressaille", "troublée".
  • Cyrano sait, avant de mourir, que Roxane l'aime, qu'ils auraient pu être heureux. Cette situation est très pathétique.
IV

Une déclaration d'amour réciproque

  • Cette scène reste avant tout un aveu d'amour réciproque. Depuis le début de la pièce, c'est le sujet, l'amour de Cyrano pour Roxane, et l'amour de Roxane pour Christian.
  • La situation ici est résolue, le quiproquo est terminé. Roxane comprend qui lui a écrit les lettres et pourquoi.
  • Christian n'est pas nommé, mais il apparaît tout de même notamment avec l'expression "ce sang était le sien".
  • Roxane s'était montrée précieuse lorsque Christian lui faisait sa déclaration. Ici, elle ne fait aucun reproche. Il n'y a plus de jeu, pas de séduction. C'est une déclaration d'amour simple et véritable.
  • Roxane reconnaît la valeur de Cyrano. Elle n'est plus attachée à la beauté. Elle parle ainsi de son "âme". Elle déclare aussi son amour.

En quoi cette scène respecte-t-elle son rôle de dénouement ?

I. La résolution de l'élément perturbateur
II. Une double déclaration d'amour
III. La mort de Cyrano

Comment la tension dramatique est-elle mise en scène ?

I. La lettre, un outil théâtral
II. La lumière déclinante
III. La déclaration d'amour et mort du héros

En quoi la mort de Cyrano est-elle tragique ?

I. Un amour qui aurait pu être
II. Une scène pathétique
III. La mort du héros

En quoi cette scène est-elle une déclaration d'amour originale ?

I. La double énonciation : la lettre
II. Roxane réalise son erreur
III. Une double déclaration d'amour

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.