Première L 2016-2017
Kartable
Première L 2016-2017

Les Amours jaunes, "Le Crapaud"

Le Crapaud

Un chant dans une nuit sans air…
- La lune plaque en métal clair
Les découpures du vert sombre.

…Un chant ; comme un écho, tout vif
Enterré, là, sous le massif…
- Ça se tait : Viens, c'est là, dans l'ombre…

- Un crapaud ! – Pourquoi cette peur,
Près de moi, ton soldat fidèle !
Vois-le, poète tondu, sans aile,
Rossignol de la boue… − Horreur ! -

…Il chante. − Horreur !! − Horreur pourquoi ?
Vois-tu pas son œil de lumière…
Non : il s'en va, froid, sous sa pierre.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bonsoir − ce crapaud-là c'est moi.

Tristan Corbière

Les Amours jaunes

1873

I

L'étouffement

  • Il y a une idée d'étouffement dans le poème.
  • Dès le début, on lit : "Un chant dans une nuit sans air".
    L'atmosphère est lourde et pesante.
  • Il y a une contradiction entre "chanter" et "sans air".
  • Le mot "terme" a deux sens, il peut aussi signifier l'air de musique que l'on chante.
  • Une mention est faite à un mort avec l'enjambement : "Tout vif/ Enterré, là".
    Il y a un rappel de ce mort avec "froid, sous sa pierre".
  • Le champ lexical de l'obscurité est employé : "nuit", "ombre", "sombre".
  • La lumière est difficile à voir : "lune", "plaque en métal clair", "Vois-tu pas son œil de lumière…/ Non".
II

La montée de l'angoisse

  • Le poème est un dialogue entre deux amoureux. Mais l'angoisse monte.
  • Les tirets expriment le dialogue.
  • La première personne est utilisée : "Moi, ton soldat fidèle".
  • La lune en face est glaciale : "métal", "pierre".
  • Les animaux sont qualifiés de "monstrueux". Le crapaud est un "poète tendu". Il y a aussi le "Rossignol de boue".
  • Les phrases sont inachevées au fur et à mesure du poème. Les exclamations se multiplient.
  • Le champ lexical de l'angoisse est employé : "peur", "horreur".
III

L'ironie

  • Le poète se montre ironique dans ce poème.
  • Il y un jeu de question-réponse : "Horreur !! − Horreur pourquoi ?"
    L'un des personnages se moque de l'autre.
  • Le poète se moque de la laideur et pousse à la regarder.
  • Il y a une ironie finale : "Bonsoir − ce crapaud-là c'est moi." Le poète se présente de façon polie après un poème angoissant. Il faisait en vérité son propre portrait. Il se moque de lui-même. Il assume sa laideur.
IV

Un poème original

  • Le poème a la forme inversée du sonnet traditionnel avec deux tercets et deux quatrains, comme si le poète commençait par la fin.
  • L'énonciation est étrange. Le lecteur ne sait pas qui parle. Il y a un tiret avec "la lune", mais on ne sait pas si c'est le même personnage qui dit "vois pas/non".
  • La phrase finale est détachée du reste. Est-ce le crapaud ou le poète qui s'exprime ?
  • La syntaxe est faite de nombreux points de suspension. Les phrases sont inachevées et les vers éclatés.
  • Le champ lexical de la laideur est étonnant dans un poème. Le "vert" devient "sombre", le "poète" est "tondu", le "Rossignol" est "boueux".
  • Le chant n'est pas mélodique, c'est une "Horreur".
  • Le poète critique ici l'esthétique du beau. Il met en valeur la laideur : "ça", "un crapaud".
  • Il y a une dénonciation de la beauté "artificielle".
V

L'étrangeté du crapaud, double du poète

  • Le crapaud dégoûte : "Un crapaud", "Horreur !"
  • Il n'est pas beau, il ne peut voler : "sans aile".
  • Pourtant, c'est un animal qui a un "œil de lumière". Il est intelligent, ce que rappelle la formule "tout vif".
  • Le crapaud est un mélange d'ombre et de lumière, de laideur et de beauté. Il y a une association d'oppositions : "Rossignol de la boue".
  • Une assimilation est faite entre le poète et le crapaud : "Vois-le, poète tondu, sans aile".
  • Corbière fait ici son autoportrait. Il se sent exclu par les autres, comme un crapaud.
    La défiguration du poète passe par la forme même du poème ici, un sonnet à l'envers.
  • C'est la solitude des poètes en général qui est mise en scène ici.
    Le poète a un double visage. Il est attiré par le beau et le laid, la mort et la vie. Il est incompris.

En quoi ce poème est-il inquiétant ?

I. Une atmosphère étouffante
II. L'angoisse
III. Un crapaud terrifiant

Que représente le crapaud ?

I. Un animal monstrueux
II. Un être intelligent fait d'oppositions
III. La figure du poète

En quoi ce poème est-il original ?

I. Un sonnet inversé avec des vers éclatés
II. L'angoisse et l'étouffement
III. Le crapaud, métaphore du poète

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.