Première L 2015-2016
Kartable
Première L 2015-2016

La Seconde Guerre mondiale

La Seconde Guerre mondiale est une guerre totale à l'échelle mondiale. 87 millions de soldats sont mobilisés et toutes les économies sont converties pour soutenir l'effort de guerre.

La Seconde Guerre mondiale est une guerre aux enjeux idéologiques. Elle oppose les forces de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon) se réclamant d'idéologies xénophobes, racistes, militaristes et ultranationalistes aux Alliés (États-Unis, Grande-Bretagne, URSS, etc.). C'est aussi une guerre d'extermination qui ne touche pas seulement les soldats mais aussi les populations civiles, durement éprouvées.

En Europe, le régime nazi met en place une véritable politique d'extermination de tous ceux qui sont considérés comme des ennemis de la "race aryenne". Le régime nazi est responsable de l'élimination de nombreux opposants politiques, de personnes considérées comme des "asociaux", et des "races inférieures", c'est-à-dire les Juifs et les Tziganes, dont plusieurs millions meurent dans les camps de concentration et d'extermination.

I

Une guerre totale

A

Une guerre mondiale

À partir de 1939, l'Allemagne déclenche une guerre qui s'étend dans toute l'Europe :

  • Le 1 septembre 1939, l'Allemagne nazie dirigée par Adolf Hitler envahit la Pologne.
  • Le 3 septembre 1939, la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre aux Allemands mais ne passent pas tout de suite à l'offensive. Les troupes restent stationnées aux frontières dans l'attente de l'attaque allemande, on parle de "drôle de guerre".
  • L'URSS, dirigée par Staline, n'intervient pas immédiatement dans le conflit en vertu du pacte germano-soviétique de non-agression signé entre les Russes et les Allemands.
  • En mai 1940, l'Allemagne envahit les Pays-Bas et la Belgique puis attaque la France.
  • Les troupes françaises sont en déroute, les Français fuient massivement l'approche des Allemands (l'exode) et le maréchal Pétain, qui vient d'être nommé président du Conseil par la Chambre des députés, signe l'armistice avec l'Allemagne le 22 juin 1940.
  • Les forces aériennes britanniques (Royal Air Force) et allemandes (Luftwaffe) s'affrontent lors de la bataille d'Angleterre.
  • L'Italie fasciste soutient les Allemands mais se montre peu efficace. Elle échoue en Grèce jusqu'à l'arrivée des Allemands.
  • En juin 1941, l'opération Barbarossa est déclenchée par les Allemands qui attaquent l'URSS et rompent le pacte germano-soviétique. Ils sont stoppés en 1942 lors de la bataille de Stalingrad.

La guerre, déjà présente en Europe, se répand à l'ensemble du globe :

  • En Afrique, les troupes dirigées par le général Rommel étendent le conflit dans le Nord du continent.
  • En Asie, depuis 1937, les Japonais ont envahi le Nord-Est de la Chine.
  • L'attaque de la base américaine de Pearl Harbor le 7 décembre 1941, oblige les États-Unis à entrer dans le conflit.

Désormais plusieurs terrains d'affrontements opposent les soldats alliés contre les soldats de l'Axe (Allemagne, Italie, Japon) :

  • Des combats aéronavals ont lieu en Atlantique, dans le Pacifique et en Méditerranée.
  • Des combats terrestres se déroulent en Europe, en Afrique et en Asie.
B

Les populations et les économies mobilisées

La mobilisation humaine est énorme, le nombre de soldats engagés dans le conflit dépasse celui de la Première Guerre mondiale :

  • Au total, ce sont 87 millions de soldats qui participent aux combats.
  • L'URSS mobilise 34 millions d'hommes pour combattre, l'Allemagne 18 millions, les États-Unis 16 millions.
  • Les troupes coloniales sont sollicitées.

Pour approvisionner les fronts et soutenir l'effort de guerre, les économies sont réorganisées et deviennent des économies de guerre :

  • La nourriture, les ressources énergétiques, toutes les matières premières sont mobilisées.
  • La production industrielle permet une production massive d'armes standardisées. Ces armes atteignent un niveau de perfectionnement jamais égalé (bombardiers, fusées, bombes atomiques, avions équipés de radars).
  • Les États-Unis en particulier font tourner leurs usines à plein régime et deviennent l'"arsenal des démocraties".
II

Une guerre d'anéantissement

A

Une violence aux motifs idéologiques

La guerre est le résultat des ambitions des régimes fascistes :

  • Les Allemands veulent conquérir leur espace vital (Lebensraum) pour assurer la domination du peuple aryen. Pour mener à bien leur projet, il leur faut lutter contre les systèmes démocratiques et anéantir le communisme. La guerre revêt pour eux une dimension ethnoraciale. Cette vision de la guerre conduit aux génocides des Tziganes et des Juifs et à l'asservissement des peuples dominés.
  • Les fascistes italiens veulent redonner à l'Italie la puissance perdue de l'Empire romain. Comme les Allemands, ils souhaitent l'avènement d'un "Homme nouveau".
  • Au Japon, on retrouve des similitudes avec les régimes fascistes européens comme le culte du chef (l'empereur) et la nécessité de dominer des populations jugées inférieures. Le ministre de la guerre puis Premier ministre de 1941 à 1944, Hideki Tojo, joue un rôle fondamental dans l'entrée du Japon dans les forces de l'Axe et dans la politique menée par les Japonais.

Les Occidentaux mettent en avant le combat pour les libertés, la démocratie et le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Ils mènent une "croisade contre le mal", incarné par les régimes fascistes.

Cependant, les alliés commettent aussi de nombreuses exactions :

  • L'URSS envahit la Pologne et les Pays baltes. Ils font de nombreux massacres comme celui d'officiers polonais à Katyn.
  • Les Britanniques, sous les ordres de Churchill, provoquent la mort de plusieurs millions de Bengali en confisquant les provisions alimentaires de cette région pour les acheminer auprès des troupes combattantes.
  • Lors des débarquements des Alliés, ces derniers commettent de nombreuses exactions sur les civils, notamment des viols.
B

L'anéantissement des militaires et des civils

La Seconde Guerre mondiale est une guerre d'anéantissement car les violences de masse touchent, dans des proportions considérables, les militaires et les civils. Plusieurs facteurs expliquent un tel déploiement de violence :

  • Les moyens de destruction engagés (armes, effectif des armées, etc.) permettent des massacres à grande échelle.
  • Les idéologies mobilisées par les pays fascistes poussent à la destruction systématique des soldats et des populations civiles qui sont assimilées à des ennemis.
  • La "culture de guerre" entretenue par les États, la propagande, les médias radicalise la haine de l'ennemi.
  • Le droit de la guerre qui protège les populations civiles et les prisonniers militaires est totalement bafoué.

Les soldats sont victimes de combats très violents :

  • L'objectif militaire est la destruction totale des forces opposées.
  • Les prisonniers de guerre sont très souvent exécutés.

Plus de 3,5 millions de soldats prisonniers soviétiques sont massacrés par les nazis. Walter von Reichenau, commandant de la sixième armée dans l'attaque contre les Russes est responsable de nombreuses exécutions de prisonniers militaires.

Les civils sont particulièrement touchés : sur les 60 millions de morts de la guerre, plus de la moitié sont des civils.

En Asie, sur les 27 millions de morts, 20 millions sont des civils.

Les réquisitions dans les pays en guerre, et notamment dans les pays occupés par des forces ennemies, conduisent à des privations et à des famines.

Le travail forcé touche des millions de personnes. Il est effectué dans des conditions éprouvantes et beaucoup en meurent.

Environ deux millions de français travaillent en Allemagne, dont beaucoup sont arrivés dans le cadre du STO (service du travail obligatoire).

Des civils participent et meurent durant des combats contre les forces d'occupation.

Les forces d'occupation déploient une violence implacable sur les peuples occupés.

La Gestapo, la police secrète du troisième Reich, exécute de nombreux otages et maintient une terreur policière. Les forces d'occupation japonaises réduisent en esclavage les peuples dominés en Asie et dans le Pacifique.

Des massacres de masse sur les civils sont perpétrés.

LesEinsatzgruppen sont des unités mobiles de soldats SS qui tuent des centaines de milliers de communistes et de Juifs en Europe de l'Est, parfois appuyés par la Wehrmacht, l'armée régulière allemande. Elles sont constituées par Reinhard Heydrich.

Le massacre de Nankin en Chine par les troupes japonaises dure plusieurs semaines. Plus de 300 000 personnes sont tuées et entre 30 000 et 80 000 femmes et enfants sont violés.

Les bombardements déciment des villages et des villes entières.

Les fusées allemandes V1 et V2 bombardent la ville de Londres. De nombreuses villes comme Le Havre, Dresde, Berlin, sont presque totalement détruites.

Les femmes sont soumises, au même titre que les civils, aux violences de la guerre et doivent aussi affronter les viols et le travail sexuel.

Les Japonais réquisitionnent de nombreuses femmes dites "de réconfort" qui sont de véritables esclaves sexuelles pour les soldats japonais. Elles sont plusieurs centaines de milliers.

III

L'extermination des Juifs et des Tziganes

A

Une politique raciale et des crimes de masse

Le régime nazi fonde sa politique sur la défense de la race aryenne. Certaines populations sont assimilées à des menaces pesant sur la race aryenne qui doit s'en protéger :

  • Les Juifs sont accusés de pervertir la race aryenne. Ils sont considérés par Hitler comme les responsables de la défaite et de l'humiliation allemande de 1918.
  • Les Tziganes et tous ceux qui partagent leur mode de vie font aussi partie des populations considérées comme indignes de vivre.
  • Les opposants politiques, et par-dessus tous les communistes et les socialistes, sont présentés comme des ennemis du peuple allemand.
  • Les malades mentaux, les handicapés, les épileptiques sont des "êtres asociaux" qui sont le résultat de la dégénérescence de la race allemande.
  • Les homosexuels sont aussi la cible des attaques des nazis.

Le régime nazi n'a pas pour projet initial la réalisation d'un génocide des Juifs. Cependant, dès 1939, Hitler énonce l'idée qu'une nouvelle guerre aurait pour conséquence l'éradication complète des Juifs européens. L'exclusion des ennemis de la race aryenne est progressive :

  • Dès 1933, à l'arrivée au pouvoir d'Hitler, les "non aryens" sont exclus de nombreux emplois, dont les emplois de fonctionnaires.
  • La politique eugéniste se met en place et de nombreuses stérilisations forcées sont pratiquées.
  • Les lois définissent progressivement ceux qui sont considérés comme non aryens.
  • Les lois de Nuremberg en 1935 excluent totalement les Juifs de la société allemande.
  • À partir de l'invasion de la Pologne, les Juifs sont rassemblés dans des ghettos où le travail forcé et la famine provoquent la mort de nombre d'entre eux.
  • Lorsque débutent les attaques contre l'URSS en 1941, les Einsatzgruppen multiplient les massacres de Juifs ("Shoah par balles") et d'opposants politiques. Ces opérations mobiles de tueries aboutissent à la mort d'environ deux millions de personnes.
  • Tous les "ennemis de la race allemande" se voient exclus de la société allemande et persécutés. En 1940, 70 000 malades mentaux sont assassinés dans le cadre du plan Aktion T4. Les Tziganes sont aussi transférés dans les ghettos.
B

La mise en œuvre de la solution finale

À partir de 1942, la conférence de Wannsee programme les grandes lignes de l'extermination des Juifs et met en place la "solution finale" :

Les Juifs de toute l'Europe sont rassemblés et déportés dans des camps de concentration et d'extermination.

En France, 79 convois partent pour l'Allemagne.

Heinrich Himmler est l'un des principaux responsables de la mise en place de la solution finale, les camps d'extermination et de concentration étaient directement sous son autorité. Il est aussi le chef des SS. Eichmann est responsable de l'organisation logistique de la "solution finale".

On dénombre une vingtaine de camps de concentration et d'extermination et des milliers de camps satellites :

  • Les camps d'extermination : six camps, dont Belzec, Chelmno, Sobibor et Treblinka sont uniquement destinés à l'extermination.
  • Les camps de concentration : certains camps, comme Auschwitz-Birkenau (dirigé par Rudolf Höss), sont destinés à exterminer ainsi qu'à concentrer.

Suite à un voyage atroce, les prisonniers arrivent dans les camps :

  • Dans les camps d'extermination, ils sont tués quelques heures après leur arrivée.
  • Dans les camps de concentration, les prisonniers sont triés à leur arrivée.
  • Les personnes jugées inaptes au travail sont envoyées dans des chambres à gaz (zyklon B) pour y être tuées.
  • Des commandos de prisonniers (Sonderkommandos) font disparaître les corps dans des fours crématoires et récupèrent tout ce qui peut l'être (vêtements, dents en or, cheveux, etc.)
  • Dans les camps sont regroupés tous les "ennemis de la race allemande" mais les Juifs et les Tziganes, mis à part, ont les conditions d'internement les plus difficiles.
  • Nombreux meurent à cause des conditions de vie (faim, froid, maladie, sévices des kapos) à l'intérieur des camps.
  • Le travail forcé des captifs est aussi la cause de nombreux décès.

La mise à mort dans les camps est organisée de manière industrielle :

  • Ces camps sont situés à proximité des grands nœuds ferroviaires afin de faciliter l'acheminement des victimes.
  • Beaucoup d'usines s'installent près des camps afin de profiter de la main-d'œuvre gratuite.

Primo Levi, dans l'œuvre Si c'est un homme a raconté les conditions de vie des camps et montré le caractère très organisé de la mise en place de la solution finale.

Des révoltes dans les ghettos, dont celui de Varsovie et dans les camps (Treblinka) sont violemment réprimées par les nazis.

Le bilan humain est dramatique :

  • 5,1 millions de Juifs sont tués dont 3 millions dans les camps, soit 60% de la population juive d'Europe.
  • 240 000 Tziganes, soit 35% des Tziganes vivant en Europe, sont tués.

Peu de voix se sont faites entendre parmi les alliés pour dénoncer les crimes commis dans les camps. Des actions individuelles, dont celles des Justes, ont permis de sauver quelques vies.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.