Première S 2015-2016
Kartable
Première S 2015-2016

Lettres portugaises, Troisième lettre

Qu'est-ce que je deviendrai, et qu'est‑ce que vous voulez que je fasse ? Je me trouve bien éloignée de tout ce que j'avais prévu : j'espérais que vous m'écririez de tous les endroits où vous passeriez, et que vos lettres seraient fort longues ; que vous soutiendriez ma passion par l'espérance de vous revoir, qu'une entière confiance en votre fidélité me donnerait quelque sorte de repos, et que je demeurerais cependant dans un état assez supportable sans d'extrêmes douleurs : j'avais même pensé à quelques faibles projets de faire tous les efforts dont je serais capable pour me guérir, si je pouvais connaître bien certainement que vous m'eussiez tout à fait oubliée ; votre éloignement, quelques mouvements de dévotion, la crainte de ruiner entièrement le reste de ma santé par tant de veilles et par tant d'inquiétudes, le peu d'apparence de votre retour, la froideur de votre passion et de vos derniers adieux, votre départ, fondé sur d'assez méchants prétextes, et mille autres raisons, qui ne sont que trop bonnes, et que trop inutiles, semblaient me promettre un secours assez assuré, s'il me devenait nécessaire. N'ayant enfin à combattre que contre moi-même, je ne pouvais jamais me défier de toutes mes faiblesses, ni appréhender tout ce que je souffre aujourd'hui !

Hélas ! que je suis à plaindre, de ne partager pas mes douleurs avec vous, et d'être toute seule malheureuse : cette pensée me tue, et je meurs de frayeur que vous n'ayez jamais été extrêmement sensible à tous nos plaisirs. Oui, je connais présentement la mauvaise foi de tous vos mouvements : vous m'avez trahie toutes les fois que vous m'avez dit que vous étiez ravi d'être seul avec moi ; je ne dois qu'à mes importunités vos empressements et vos transports ; vous aviez fait de sang-froid un dessein de m'enflammer, vous n'avez regardé ma passion que comme une victoire, et votre cœur n'en a jamais été profondément touché. N'êtes-vous pas bien malheureux, et n'avez-vous pas bien peu de délicatesse, de n'avoir su profiter qu'en cette manière de mes emportements ? Et comment est‑il possible qu'avec tant d'amour je n'aie pu vous rendre tout à fait heureux ? Je regrette pour l'amour de vous seulement les plaisirs infinis que vous avez perdus : faut‑il que vous n'ayez pas voulu en jouir ? Ah ! si vous les connaissiez, vous trouveriez sans doute qu'ils sont plus sensibles que celui de m'avoir abusée, et vous auriez éprouvé qu'on est beaucoup plus heureux, et qu'on sent quelque chose de bien plus touchant, quand on aime violemment, que lorsqu'on est aimé.

Je ne sais ni ce que je suis, ni ce que je fais, ni ce que je désire : je suis déchirée par mille mouvements contraires. Peut-on s'imaginer un état si déplorable ? Je vous aime éperdument, et je vous ménage assez pour n'oser, peut‑être, souhaiter que vous soyez agité des mêmes transports : je me tuerais, ou je mourrais de douleur sans me tuer, si j'étais assurée que vous n'avez jamais aucun repos, que votre vie n'est que trouble et qu'agitation, que vous pleurez sans cesse, et que tout vous est odieux ; je ne puis suffire à mes maux, comment pourrais-je supporter la douleur que me donneraient les vôtres, qui me seraient mille fois plus sensibles ?

Cependant je ne puis aussi me résoudre à désirer que vous ne pensiez point à moi ; et à vous parler sincèrement, je suis jalouse avec fureur de tout ce qui vous donne de la joie, et qui touche votre cœur et votre goût en France. Je ne sais pourquoi je vous écris, je vois bien que vous aurez seulement pitié de moi, et je ne veux point de votre pitié. J'ai bien du dépit contre moi-même, quand je fais réflexion sur tout ce que je vous ai sacrifié : j'ai perdu ma réputation, je me suis exposée à la fureur de mes parents, à la sévérité des lois de ce pays contre les religieuses, et à votre ingratitude, qui me paraît le plus grand de tous les malheurs.

Cependant je sens bien que mes remords ne sont pas véritables, que je voudrais du meilleur de mon cœur avoir couru pour l'amour de vous de plus grands dangers, et que j'ai un plaisir funeste d'avoir hasardé ma vie et mon honneur ; tout ce que j'ai de plus précieux ne devait-il pas être en votre disposition ? Et ne dois‑je pas être bien aise de l'avoir employé comme j'ai fait ? Il me semble même que je ne suis guère contente ni de mes douleurs, ni de l'excès de mon amour, quoique je ne puisse, hélas ! me flatter assez pour être contente de vous. Je vis, infidèle que je suis, et je fais autant de choses pour conserver ma vie que pour la perdre. Ah ! j'en meurs de honte : mon désespoir n'est donc que dans mes lettres ? Si je vous aimais autant que je vous l'ai dit mille fois, ne serais-je pas morte il y a longtemps ? Je vous ai trompé, c'est à vous à vous plaindre de moi. Hélas ! pourquoi ne vous en plaignez-vous pas ? Je vous ai vu partir, je ne puis espérer de vous voir jamais de retour, et je respire cependant : je vous ai trahi, je vous en demande pardon. Mais ne me l'accordez pas ! Traitez-moi sévèrement. Ne trouvez point que mes sentiments soient assez violents ! Soyez plus difficile à contenter ! Mandez-moi que vous voulez que je meure d'amour pour vous ! Et je vous conjure de me donner ce secours, afin que je surmonte la faiblesse de mon sexe, et que je finisse toutes mes irrésolutions par un véritable désespoir ; une fin tragique vous obligerait sans doute à penser souvent à moi, ma mémoire vous serait chère, et vous seriez, peut-être, sensiblement touché d'une mort extraordinaire ; ne vaut-elle pas mieux que l'état où vous m'avez réduite ?

Adieu, je voudrais bien ne vous avoir jamais vu. Ah je sens vivement la fausseté de ce sentiment, et je connais, dans le moment que je vous écris, que j'aime bien mieux être malheureuse en vous aimant, que de ne vous avoir jamais vu ; je consens donc sans murmure à ma mauvaise destinée, puisque vous n'avez pas voulu la rendre meilleure. Adieu, promettez-moi de me regretter tendrement, si je meurs de douleur, et qu'au moins la violence de ma passion vous donne du dégoût et de l'éloignement pour toutes choses ; cette consolation me suffira, et s'il faut que je vous abandonne pour toujours, je voudrais bien ne vous laisser pas à une autre. Ne seriez-vous pas bien cruel de vous servir de mon désespoir pour vous rendre plus aimable, et pour faire voir que vous avez donné la plus grande passion du monde ? Adieu encore une fois, je vous écris des lettres trop longues, je n'ai pas assez d'égard pour vous, je vous en demande pardon, et j'ose espérer que vous aurez quelque indulgence pour une pauvre insensée, qui ne l'était pas, comme vous savez, avant qu'elle vous aimât. Adieu, il me semble que je vous parle trop souvent de l'état insupportable où je suis : cependant je vous remercie dans le fond de mon cœur du désespoir que vous me causez, et je déteste la tranquillité où j'ai vécu avant que je vous connusse. Adieu, ma passion augmente à chaque moment. Ah ! que j'ai de choses à vous dire !

Gabriel de Guilleragues

Lettres portugaises

1669

I

Une passion destructrice

  • On remarque le champ lexical de la passion : "passion", "fidélité", "amour", "aimer", "enflammez".
  • Plusieurs déclarations d'amour sont aussi présentes comme : "je vous aime éperdument".
  • La passion est violente ici. Elle est associée à la souffrance.
  • La lettre utilise le champ lexical de la souffrance : "douleurs", "inquiétude", "souffre", "pleurez", "déplorable", "contraintes".
  • Le mot "douleur" est répété plusieurs fois.
  • La jeune femme ne cesse de mêler amour et souffrance. C'est l'amour qui lui cause de la souffrance. Elle exprime une sorte d'oxymore : "froideur de votre passion".
  • L'amour est une maladie : "me guérir", "ruiner le reste de ma santé".
II

Les contradictions

  • La lettre est basée sur plusieurs contradictions. La principale est la lutte de la jeune femme entre l'amour et la tristesse.
  • La jeune femme lutte aussi entre l'envie d'aimer et celle d'oublier l'homme aimé.
  • Enfin, la jeune femme voudrait que l'homme aimé lui écrive et se souvienne d'elle, qu'il souffre comme elle et en même temps qu'il soit heureux.
  • La lettre commence avec désillusion. Le premier paragraphe met en scène ce que la jeune femme aurait souhaité. Elle aurait voulu que l'amant lui écrive de "tous les endroits", que ses lettres soient "fort longues" (exagération avec "tous" et "fort"). Elle voudrait le "repos". C'est le regret et la déception qui s'expriment : "j'espérais que...", "semblaient", "si". En vérité, aujourd'hui, la femme est dans des "extrêmes douleurs".
  • La jeune femme est "jalouse" et exprime sa "fureur" à l'idée que le jeune homme soit heureux "en France". Pourtant, elle ne peut pas ne pas l'aimer et veut son bonheur. S'il n'est pas heureux, elle veut mourir : "je me tuerais".
  • Elle voudrait ne plus aimer l'homme et finalement préfère souffrir et l'avoir aimé.
  • Elle fait référence à une sorte de plaisir dans la souffrance avec l'oxymore "plaisir funeste".
III

La mise en scène du destinataire

  • Les marques de la deuxième personne du pluriel sont dominantes dans le texte. La jeune femme imagine ce que l'homme aimé pourrait faire, aurait pu faire, ce qu'il fait. Elle lui fait aussi des reproches : répétition constante de "vous".
  • L'amant n'écrit pas à la jeune femme. Le premier paragraphe est celui des illusions perdues. L'espérance de la rédactrice de la lettre est de revoir l'homme aimé, qu'il lui écrive. Mais il ne fait rien de cela. Ce début de lettre met aussi en scène l'homme aimé comme quelqu'un d'amoureux, c'est l'espoir de la jeune femme.
  • Dans les reproches faits au jeune homme, elle oppose ce qu'elle voudrait, "force passion", et sa réaction, "faibles projets". Elle condamne sa trahison : "mauvaise foi", "trahi", "m'avoir abusée".
  • Elle utilise un euphémisme pour exprimer le fait qu'elle sait qu'il ne reviendra plus : "peu d'apparence de votre retour".
  • Elle compare le jeune homme à un soldat qui a voulu remporter une guerre avec elle : "victoire". Il est calculateur : "sang-froid". Il ne l'a "jamais" aimée.
IV

Le besoin de dire : lyrisme de la jeune femme

  • Cette lettre est écrite parce que la jeune femme a besoin de dire. L'homme aimé reste silencieux. Elle imagine donc tout. Sa lettre est contradictoire, elle dit une chose puis son contraire. C'est une lettre lyrique qui exprime les sentiments de la jeune femme.
  • Elle dénonce le fait que le jeune homme n'ait pas "pitié" d'elle.
  • La ponctuation est très expressive, avec de nombreuses exclamations et questions. On a l'impression d'un dialogue que la jeune femme se livre à elle-même puisque l'homme aimé est absent.
  • On observe le champ lexical du malheur et de la souffrance : "pitié", "plaindre", "douleurs", "seule", "malheureuse", "déplorable", "déchiré".
  • Le champ lexical de la mort est aussi utilisé ; la jeune femme voudrait mourir : "funeste", "danger", "je me tuerais", "je mourrais", "me tuer", "pensée tue", "je meurs".
  • Lyrisme avec la répétition deux fois de l'interjection "Hélas".
  • La fin de la lettre avec quatre répétitions du mot "adieu" s'oppose à l'impossibilité de quitter l'homme qu'elle aime : "j'ai tant de choses à vous dire !"
  • On observe de nombreuses exagérations et hyperboles : "tous les endroits", "fort longues", "tous les efforts", "méchants prétextes", "mille autres raisons".

En quoi cette lettre est-elle lyrique ?

I. L'expression de l'amour
II. L'expression du malheur
III. Les reproches à l'homme aimé

En quoi la situation de la jeune femme est-elle pathétique ?

I. La souffrance de l'amour
II. Les contradictions
III. L'impossibilité d'oublier l'homme aimé

Comment la jeune femme met-elle en scène l'amant ?

I. Une lettre à l'homme aimé
II. Les reproches faits à l'homme aimé
III. L'espérance de l'amour

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.