Première S 2015-2016
Kartable
Première S 2015-2016

L'affaire Dreyfus

Dreyfus est un soldat français de confession juive condamné à tort d'espionnage. L'affaire prend un tournant politique suite à la publication de l'article "J'accuse" d'Émile Zola qui clame l'innocence de Dreyfus.

L'opinion publique se divise en deux autour du scandale, mais le réel enjeu de l'affaire est le questionnement des Français sur les valeurs de la République.

I

La condamnation de Dreyfus

Alfred Dreyfus est un capitaine de l'armée de terre de confession juive.

En 1894, il est soupçonné d'avoir communiqué des informations militaires secrètes à l'ambassade de l'Empire allemand à Paris. Dreyfus est innocent et le clame.

Un procès est instruit contre Dreyfus. Ce procès est entaché de nombreuses irrégularités : l'accusé n'a pas accès à son dossier, il y a de nombreuses fausses preuves et le procès se tient à huis clos, c'est-à-dire sans la présence du public.

Dreyfus est condamné à la dégradation militaire et à la déportation perpétuelle au bagne en Guyane vers lequel il est transféré en 1895.

-

La dégradation d'Alfred Dreyfus le 5 janvier 1895.

Dessin d'Henri Meyer, en couverture du Petit Journal du 13 janvier 1895, légendé "le traître".

II

L'affaire devient publique

En 1896, le colonel Picquart découvre l'existence de fausses preuves, ainsi que la culpabilité d'un autre officier, Esterhazy, dans la divulgation des informations secrètes à l'Allemagne. Picquart s'exprime publiquement sur l'innocence de Dreyfus et est muté en Afrique du Nord.

La presse prend parti dans l'affaire et l'opinion se divise autour de la question :

  • La majorité des journaux soutiennent la culpabilité de Dreyfus, tel que la Croix. Ce sont les antidreyfusards.
  • D'autres journaux affirment l'innocence de Dreyfus, ce sont les dreyfusards. Le 13 janvier 1898, Zola publie dans le journal L'Aurore un article intitulé "J'accuse" qui est édité à plus de 200 000 exemplaires et défend l'innocence de Dreyfus. Il dénonce une machination pour sauver l'état-major français et condamner un bouc émissaire juif innocent : Dreyfus.
  • L'opinion publique est aussi traversée par cette division entre les dreyfusards et les anti-dreyfusards. La question est la suivante : la raison d'État et l'honneur de l'armée doivent-ils l'emporter sur le destin d'un homme et sur la justice ? Cette affaire devient donc une affaire politique qui passionne et divise les Français : les uns veulent sauvegarder avant tout le prestige de l'armée, les autres mettent en avant le respect des droits de l'homme.
-

"J'accuse" de Zola, le 13 janvier 1898

-

Un dîner en famille, dessin de Caran d'Ache dans le Figaro du 14 février 1898

III

Les conséquences de l'affaire

Dreyfus est jugé à nouveau en 1899 et condamné avec "circonstances atténuantes", puis gracié par le président de la République. Il est finalement innocenté, réhabilité et réintégré dans l'armée en 1906.

Cette crise, et la manière dont s'en sont emparées la presse et l'opinion publique, ont des conséquences :

  • La société française s'est interrogée sur les valeurs de la République. Certains ont défendu la raison d'Etat, la défense de l'armée et la légalité républicaine, alors que d'autres ont mis en avant le respect des Droits de l'Homme et de la justice, autrement dit l'idéal républicain qui défend l'innocence.
  • Cette affaire correspond également à l'affirmation du rôle de l'opinion publique qui traduit la démocratisation de la vie politique française.
  • L'affaire a enfin révélé l'antisémitisme latent de la société française. Une partie de la population et de la presse a en effet décidé que Dreyfus était coupable simplement car il était juif. Cet antisémitisme se nourrit de tous les préjugés qui circulent contre les Juifs. Il est particulièrement fort en France à la fin du XIXe siècle. Ainsi, Dreyfus, parce qu'il est juif, est le comploteur et le traître idéal pour une grande partie des Français.
pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.