Quatrième 2015-2016
Kartable
Quatrième 2015-2016

Les homophones classiques

I

"Des" et "dès"

A

"Des"

"Des" est l'article indéfini au pluriel.

Il a mangé des carottes.
Dans l'exemple précédent, "des" détermine "carottes".

B

"Dès"

"Dès" est une préposition introduisant un complément circonstanciel de temps.

Il partira dès l'aube.
Dans l'exemple précédent, "dès" introduit le complément circonstanciel de temps "l'aube".

C

Les distinguer

  • On peut remplacer "des" par "certain(e)s" ou "de certain(e)s".
  • On peut remplacer "dès" par "depuis" ou "aussitôt que".

Le chien des voisins
Dans l'exemple précédent, on peut écrire : "le chien de certains voisins". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "des".

Je partirai dès qu'il fera jour.
Dans l'exemple précédent, on peut écrire : "je partirai aussitôt qu'il fera jour". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "dès".

II

"Sur" et "sûr"

A

"Sur"

"Sur" est une préposition introduisant un complément circonstanciel de lieu.

Une poule picore sur un mur.
Dans l'exemple précédent, "sur" introduit le complément circonstanciel de lieu "mur".

B

"Sûr"

"Sûr" est un adjectif qualificatif. Il peut être attribut ou épithète et peut signifier "sans danger" (pour un lieu), "de confiance" (pour une personne) ou "certain".

C'est un endroit sûr.
Dans l'exemple précédent, "sûr" est épithète du nom "endroit".

C

Les distinguer

  • On peut remplacer "sur" par son contraire "sous" tout en laissant du sens à la phrase.
  • On peut remplacer "sûr(e)" par l'adjectif "certain(e)".

Il est sur la table.
Dans l'exemple précédent on peut écrire : "il est sous la table". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "sur".

Je suis sûre que je vais adorer ce spectacle.
Dans l'exemple précédent, on peut écrire : "je suis certaine que je vais adorer ce spectacle". On écrit donc "sûre".

III

"L'ai", "les", "lait" et "laid"

A

"L'ai"

"L'ai" est la contraction du pronom personnel complément "le" et du verbe "avoir" conjugué à la première personne du singulier au présent de l'indicatif. On peut le remplacer par "l'avais".

Je l'ai lu en deux jours.
Dans l'exemple précédent, "l'ai" peut être remplacé par "l'avais". Il s'agit du pronom personnel complément "le" et du présent de l'indicatif du verbe "avoir".

B

"Les"

"Les" est l'article défini au pluriel.

Les livres sont bien rangés.
Dans l'exemple précédent, "les" détermine "livres".

C

"Lait"

"Lait" est un nom commun qui désigne une boisson.

Le lait de vache est bon mais je préfère le lait d'amande.
Dans l'exemple précédent, "lait" désigne bien la boisson.

D

"Laid"

"Laid" est un adjectif qualificatif péjoratif qui signifie "moche".

Ce bâtiment tout gris est vraiment très laid.
Dans l'exemple précédent, "laid" qualifie le nom "bâtiment".

E

Les distinguer

  • On peut remplacer "les" par un autre pronom personnel.
  • On peut remplacer "l'ai" par un autre temps du verbe "avoir" comme "l'avais".
  • On peut remplacer "laid" par un synonyme, comme "moche".
  • On peut remplacer "lait" par "jus".

Je les adore !
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "les" par le pronom personnel "vous" et écrire : "je vous adore". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "les".

Je l'ai trouvé caché sous le bureau.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "l'ai" par "l'avais" : "je l'avais trouvé caché sous le bureau". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "l'ai".

Cet homme est vraiment très laid.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "laid" par "moche" : "cet homme est vraiment très moche". On écrit donc "laid".

Je n'aime que le lait.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "lait" par "jus" : "je n'aime que le jus". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "lait".

IV

"On" et "on n'"

A

"On"

"On" est le pronom personnel sujet à la 3e personne du singulier.

On ira au bout du monde.
Dans l'exemple précédent, "on" est pronom personnel sujet du verbe "aller" à la forme affirmative. Comme on doit faire la liaison entre le "n" de "on" et le "i" de "ira", on entend le son "ni" en prononçant "on ira".

B

"On n'"

"On n'..." est le pronom personnel sujet à la 3e personne du singulier, suivi de la négation "ne" élidée devant une voyelle.

On n'ira jamais au bout du monde.
Dans l'exemple précédent, "on n'..." est associé à "jamais" qui se trouve après le verbe. Il s'agit donc du pronom personnel à la 3e personne du singulier suivi de la négation "ne" élidée devant le "i" de "ira".

C

Les distinguer

  • On peut remplacer "on" par "il" ou "elle".
  • Pour ne pas confondre "on n'" avec "on" suivi d'une voyelle (à l'oral, la liaison peut donner l'impression de négation), il faut vérifier si la deuxième partie de la négation ("pas", "jamais", "rien", etc.) est bien présente.

On est d'accord !
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "on" par "elle" : "elle est d'accord !" La phrase a toujours du sens. On écrit donc "on".

V

"Quand", "quant" et "qu'en"

A

"Quand"

"Quand" est une conjonction de subordination introduisant une subordonnée conjonctive circonstancielle de temps.

Les feuilles tomberont quand l'automne arrivera.
Dans l'exemple précédent, "quand" introduit la proposition subordonnée conjonctive complément circonstanciel de temps de la principale.

B

"Quant"

"Quant" ne se rencontre que dans la locution prépositive "quant à" qui signifie "en ce qui concerne".

Quant à moi, je trouve ce film peu intéressant.
Dans l'exemple précédent, "quant à" introduit "moi".

C

"Qu'en"

"Qu'en" est la contraction de la conjonction "que" avec le pronom personnel complément "en".

Il ne sait qu'en faire.
Dans l'exemple précédent, on pourrait remplacer "qu'en" par "que en".

D

Les distinguer

  • On peut remplacer "quand" par "lorsque".
  • On peut remplacer "quant" par "pour ce qui est de".
  • On peut remplacer "qu'en" par "que… de cela".

Quand j'étais petit, je voulais être chanteur.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "quand" par "lorsque" : "lorsque j'étais petit, je voulais être chanteur". On écrit donc "quand".

Quant à savoir si cela nous regarde, c'est une autre histoire.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "quant" par "pour ce qui est de" : "pour ce qui est de savoir si cela nous regarde, c'est une autre histoire". On écrit donc bien "quant".

Qu'en penses-tu ?
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "qu'en" par "que… de cela" : "que penses-tu de cela ?" On écrit donc "qu'en".

VI

"Plus tôt" et "plutôt"

A

"Plus tôt"

"Plus tôt" est l'adjectif "tôt" au comparatif de supériorité.

Il est arrivé plus tôt que prévu.
Dans l'exemple précédent, "plus tôt" indique que le sujet est arrivé en avance, c'est une comparaison par rapport à l'heure prévue.

B

"Plutôt"

"Plutôt" est un adverbe qui indique la préférence ou nuance un propos.

Il prendra plutôt le train.
Dans l'exemple précédent, "plutôt" sert à souligner une préférence, le train est choisi au détriment d'un autre moyen de transport.

Sa jupe est plutôt jolie.
Dans l'exemple précédent, "plutôt" sert à nuancer l'adjectif "jolie".

C

Les distinguer

  • On peut remplacer "plus tôt" par son contraire "plus tard".
  • On peut remplacer "plutôt" par "de préférence" s'il indique la préférence, et par "assez" s'il sert à nuancer un propos.

Je suis arrivée plus tôt que ce que tu voulais.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "plus tôt" par "plus tard" : "je suis arrivée plus tard que ce que tu voulais". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "plus tôt".

Je prends plutôt du thé le matin.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "plutôt" par "de préférence" : "je prends de préférence du thé le matin". On écrit donc "plutôt".

Ta nouvelle maison est plutôt sombre.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "plutôt" par "assez" : "ta nouvelle maison est assez sombre". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "plutôt".

VII

"Près" et "prêt"

A

"Près"

"Près" est une préposition introduisant un complément circonstanciel de lieu. Elle est suivie de "de".

Il habite près de la mairie.
Dans l'exemple précédent, "près" introduit le complément circonstanciel de lieu "la mairie".

B

"Prêt"

"Prêt" est un adjectif qualificatif. Il peut être épithète ou attribut.

Le repas est prêt.
Dans l'exemple précédent, "prêt" est un adjectif qualificatif attribut du sujet "repas".

C

Les distinguer

  • On peut remplacer "prêt" par "préparé".
  • On peut remplacer "près" par "à côté".

Le gâteau est prêt !
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "prêt" par "préparé" : "le gâteau est préparé !" La phrase a toujours du sens. On écrit donc "prêt".

J'ai garé la voiture près d'ici.
Dans l'exemple précédent, on peut remplacer "près" par "à côté" : "j'ai garé la voiture à côté d'ici". La phrase a toujours du sens. On écrit donc "près".

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.