Les subordonnées conjonctives circonstanciellesCours

I

Les différentes propositions subordonnées conjonctives circonstancielles

Proposition subordonnée conjonctive circonstancielle

La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle apporte des précisions sur les circonstances dans lesquelles a lieu la proposition principale. Elle joue le rôle de complément circonstanciel

Elle est introduite par une conjonction de subordination (quand, si, comme, etc.) ou une locution conjonctive (si bien que, avant que, même si, etc.). 

La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle est facultative. La plupart du temps, elle peut être déplacée ou supprimée sans que la phrase soit incorrecte grammaticalement. 

A

La subordonnée conjonctive circonstancielle de temps

Subordonnée conjonctive circonstancielle de temps

La subordonnée conjonctive circonstancielle de temps précise à quel moment se situent les actions de la proposition principale et de la proposition subordonnée : simultanément, avant ou après.

C'est toujours la proposition principale qui donne le repère.

 

  • La subordonnée conjonctive circonstancielle de temps et la proposition principale peuvent avoir lieu simultanément

Nous étions à l'étude, quand le Proviseur entra suivi d'un nouveau habillé en bourgeois et d'un garçon de classe qui portait un grand pupitre. 

Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857

  • La proposition principale peut évoquer un fait postérieur à celui de la proposition subordonnée. 

Remuez votre champ dès qu'on aura fait l'août

Jean de La Fontaine, « Le Laboureur et ses enfants », Fables, 1668

  • La proposition principale peut évoquer un fait antérieur à celui de la proposition subordonnée. 

Elle parvint à rentrer dans la cuisine quelques moments avant qu'Orso ne parût. 

Prosper Mérimée, Colomba, 1840

B

La subordonnée conjonctive circonstancielle de cause et de conséquence

1

La subordonnée conjonctive circonstancielle de cause

Subordonnée conjonctive circonstancielle de cause

La subordonnée conjonctive circonstancielle de cause indique le fait qui est à l'origine de celui de la proposition principale. Elle est introduite par puisque, sous prétexte que, parce que, vu que, étant donné que, du moment que, comme, etc.

Il n'est point mort, puisqu'il respire en vous.

Jean Racine, Phèdre, 1677

2

La subordonnée conjonctive circonstancielle de conséquence 

Subordonnée conjonctive circonstancielle de conséquence 

La subordonnée conjonctive circonstancielle de conséquence  indique le résultat du fait présenté dans la proposition principale. Elle est introduite par de telle sorte que, si bien que, si... que, tant que, pour… que, etc.

Mme de Clèves n'était pas moins interdite, de sorte qu'ils gardèrent assez longtemps le silence

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678

Si la proposition subordonnée exprime une cause, sa conséquence sera exprimée dans la proposition principale.

Il n'est point mort, puisqu'il respire en vous.

Jean Racine, Phèdre, 1677

La proposition principale « Il n'est point mort » exprime la conséquence et la proposition subordonnée « puisqu'il respire en vous » exprime la cause.

Si la proposition subordonnée exprime une conséquence, sa cause sera exprimée dans la proposition principale.

Mme de Clèves n'était pas moins interdite, de sorte qu'ils gardèrent assez longtemps le silence.

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678

La proposition principale « Mme de Clèves n'était pas moins interdite » exprime la cause et la proposition subordonnée « de sorte qu'ils gardèrent assez longtemps le silence » exprime la conséquence.

C

La subordonnée conjonctive circonstancielle de but

Subordonnée conjonctive circonstancielle de but

La subordonnée conjonctive circonstancielle de but indique dans quelle intention se fait l'action de la proposition principale. Elle exprime un projet, un souhait, une crainte qui peut ou non se réaliser. Elle est introduite par pour que, afin que, de peur que, etc.

Dis quelquefois la vérité afin qu'on te croie quand tu mentiras

Jules Renard, Journal 1887−1910, 1925−1927

Pour distinguer le but de la conséquence il faut tenter de transformer la conséquence en cause. Si c'est impossible c'est un but. 

Mme de Clèves n'était pas moins interdite, de sorte qu'ils gardèrent assez longtemps le silence.

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678

Il est faux de dire « Mme de Clèves n'était pas moins interdite afin qu'ils gardent assez longtemps le silence. », donc la subordonnée exprime bien un but et non une conséquence. 

D

La subordonnée conjonctive circonstancielle de concession ou opposition

Subordonnée conjonctive circonstancielle de concession ou opposition

La subordonnée conjonctive circonstancielle de concession ou opposition fonctionne sur un paradoxe : elle exprime une cause qui n'entraîne pas la conséquence prévue. Elle est introduite par bien que, quoique, pour… que, si... que, quelque... que, tout... que.

Pour grands que soient les rois, ils sont ce que nous sommes. 

Pierre Corneille, Suréna, 1674

E

La subordonnée conjonctive circonstancielle de comparaison

Subordonnée conjonctive circonstancielle de comparaison

La subordonnée conjonctive circonstancielle de comparaison établit une analogie entre la proposition principale et la proposition subordonnée. Elle est introduite par comme

J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres. 

Jean-Paul Sartre, Les Mots, 1964

F

La subordonnée conjonctive circonstancielle d'hypothèse ou de condition

Subordonnée conjonctive circonstancielle d'hypothèse ou de condition

La proposition subordonnée conjonctive circonstancielle d'hypothèse ou de condition présente un fait qui doit se réaliser pour que la proposition principale se réalise.

J'ai commencé ma vie comme je la finirai sans doute : au milieu des livres. 

Jean-Paul Sartre, Les Mots, 1964

  • L'hypothèse éventuelle : Elle propose une supposition pure et simple concernant le présent ou l'avenir. 

Écoute, Hugo, je n'ai pas reçu d'ordre à ton sujet. Mais si j'en reçois, tu dois savoir que je ferai ce qu'on me commandera. 

Jean-Paul Sartre, Les Mains sales, 1948

  • L'hypothèse potentielle : Le fait proposé dans la proposition subordonnée d'hypothèse n'est pas encore réalisé mais il est possible qu'il le soit.  

Si l'émeute approche et gagne, il ferme précipitamment sa boutique et endosse rapidement son uniforme.

Victor Hugo, Les Misérables, 1862

  • L'irréel du présent : Le fait est présenté dans la proposition subordonnée comme irréel ou impossible au moment présent.

Si j'habitais chez Madeleine ou si j'y venais davantage, je gagnerais la partie.

Jean Cocteau, Parents, 1938

  • L'irréel du passé : Le fait est présenté comme possible dans le passé mais non réalisé.

Si on m'avait demandé ce qu'était l'existence, j'aurais répondu de bonne foi que ça n'était rien.

Jean-Paul Sartre, La Nausée, 1938

G

Les cas particuliers

Subordonnée conjonctive hypothético-concessive

La subordonnée conjonctive hypothético-concessive exprime à la fois une hypothèse et une concession. Elle est introduite par quand bien même, quand même, même si.

Mais bien entendu, les journaux diraient la même chose, même si tout allait mal.

Valery Larbaud, Journal, 1932

Subordonnée conjonctive hypothético-comparative

La subordonnée conjonctive hypothético-comparative établit une comparaison avec un fait qui n'a pas eu lieu. Elle est introduite par comme si.

Elle ne se levait pas pourtant, le tenait sur ses genoux, les regards perdus, rêvant, comme si les paroles du jeune ouvrier éveillaient en elle des pensées lointaines d'existence

Émile Zola, L'Assommoir, 1877

II

La proposition infinitive participiale  

Proposition subordonnée participiale 

La proposition subordonnée participiale n'est pas introduite par un outil subordonnant :

  • Elle contient un verbe au participe présent ou passé. 
  • Elle a toujours un sujet propredifférent du verbe de la proposition principale.

Elle apporte des nuances de cause, de temps ou de condition.

Aussi espère-t-il bien, Dieu aidant, ne développer jamais sur la scène […] que des choses pleines de leçons et de conseils.

Victor Hugo, préface de Lucrèce Borgia, 1833

Ici, la proposition subordonnée participiale apporte une nuance de condition.