Se connecter
ou

Comparer une fable de La Fontaine et sa source

Difficulté
2-5 MIN
6 / 8

On compare le texte suivant de la fable "La Besace" de La Fontaine (Texte A) et sa source extraite de "La Guenon et Jupiter" d'Avianus (Texte B). Comment La Fontaine a-t-il réécrit la fable ? Justifier la réponse.

TEXTE A :

Jupiter dit un jour : Que tout ce qui respire
S'en vienne comparaître aux pieds de ma grandeur.
Si dans son composé quelqu'un trouve à redire,
Il peut le déclarer sans peur :
Je mettrai remède à la chose.
Venez, Singe ; parlez le premier, et pour cause.
Voyez ces animaux, faites comparaison
De leurs beautés avec les vôtres :
Êtes-vous satisfait ? Moi ? dit-il, pourquoi non ?
N'ai-je pas quatre pieds aussi bien que les autres ?
Mon portrait jusqu'ici ne m'a rien reproché ;
Mais pour mon frère l'Ours, on ne l'a qu'ébauché :
Jamais, s'il me veut croire, il ne se fera peindre.
L'Ours venant là-dessus, on crut qu'il s'allait plaindre.
Tant s'en faut : de sa forme il se loua très fort ;
Glosa sur l'Éléphant, dit qu'on pourrait encor
Ajouter à sa queue, ôter à ses oreilles ;
Que c'était une masse informe et sans beauté.
L'Éléphant étant écouté,
Tout sage qu'il était, dit des choses pareilles :
Il jugea qu'à son appétit
Dame Baleine était trop grosse.
Dame Fourmi trouva le Ciron trop petit,
Se croyant, pour elle, un colosse.
Jupin les renvoya s'étant censurés tous,
Du reste, contents d'eux ; mais parmi les plus fous
Notre espèce excella ; car tout ce que nous sommes,
Lynx envers nos pareils, et taupes envers nous,
Nous nous pardonnons tout, et rien aux autres hommes :
On se voit d'un autre œil qu'on ne voit son prochain.
Le Fabricateur souverain
Nous créa Besaciers tous de même manière,
Tant ceux du temps passé que du temps d'aujourd'hui :
Il fit pour nos défauts la poche de derrière,
Et celle de devant pour les défauts d'autrui.

TEXTE B :

Jupiter voulut une fois connaître lequel de tous les êtres qui peuplent l'univers produisait les plus beaux rejetons. Toutes les espèces de bêtes sauvages accourent à l'envie aux pieds de sa grandeur, et celles des champs sont forcées de s'y rendre avec l'homme. Les poissons écailleux ne manquent point à ce grand débat, non plus que tous les oiseaux qui s'élèvent aux régions les plus pures de l'air. Au milieu de ce concours, les mères, tremblantes, conduisaient leurs petits, sur le mérite desquels devait prononcer un si grand dieu. Alors, à la vue d'une Guenon à la taille courte et massée qui tramait après elle son hideux enfant, Jupiter lui-même fut pris d'un fou rire. Cependant cette mère, la plus laide de toutes, essaya de dissiper les préventions dont sa progéniture était l'objet. Que Jupiter le sache bien, dit-elle : si la palme soit appartenir à quelqu'un, c'est à celui-ci qui l'emporte sur tous les autres, à mon avis.
L'homme est ainsi fait : il se complaît dans ses œuvres, tout imparfaites qu'elles puissent être. Pour vous, ne louez rien de ce que vous avez fait avant d'être sûr déjà de l'approbation d'autrui.

Précédent Suivant