Se connecter
ou

Identifier thème et thèse

Difficulté
2-5 MIN
6 / 8

On donne les textes suivants extraits d'Émile ou De l'éducation de Rousseau (Texte A) et de Maîtres et Complices de Gabriel Matzneff (Texte B).

Texte A :

La lecture est le fléau de l'enfance, et presque la seule occupation qu'on sait lui donner. À peine à douze ans Émile saura-t-il ce que c'est qu'un livre. Mais il faut bien au moins, dira-t-on, qu'il sache lire. J'en conviens : il faut qu'il sache lire quand la lecture lui est utile ; jusqu'alors elle n'est bonne qu'à l'ennuyer.
Si l'on ne doit rien exiger des enfants par obéissance, il s'ensuit qu'ils ne peuvent rien apprendre dont ils ne sentent l'avantage actuel et présent, soit d'agrément, soit d'utilité ; autrement quel motif les porterait à apprendre ? L'art de parler aux absents et de les entendre, l'art de leur communiquer au loin nos sentiments, nos volontés, nos désirs, est un art dont l'utilité peut être rendue sensible à tous les âges.

Texte B :

Tolstoï a soixante ans lorsqu'en novembre 1888 il note dans son journal intime : "Si le Christ arrivait et donnait à imprimer l'Évangile, les dames s'efforceraient d'obtenir ses autographes et ce serait tout. "Je ne suis pas de cet avis. Je ne partage pas le désabusement de Tolstoï en ce qui touche le pouvoir des livres, l'influence de l'écriture sur les esprits et les âmes. La rencontre d'un grand livre et d'un jeune être peut s'avérer décisive. Nos maîtres agissent sur nous comme des révélateurs, ils nous accouchent de nous-mêmes. Certes, nous ne découvrons chez eux que ce qui déjà existait, à l'état latent, dans notre propre cœur, mais l'aurions-nous jamais découvert si nous ne les avions pas lus ? Serais-je celui que je suis si, adolescent, puis jeune homme, je n'avais pas eu la chance de rencontrer les praeclara ingenia qu'avec piété filiale je salue dans le présent ouvrage ? Répondre à cette question n'est pas aisé. J'ai, pour ma part, tendance à penser que la lecture d'un livre peut changer le cours d'une vie. Si je n'avais lu aucun de ceux que je nomme mes éducateurs, si j'avais grandi dans un monde où leurs livres eussent été inconnus, sans doute, oui, serais-je le même, mais il est probable que certaines de mes qualités seraient demeurées en jachère ; qu'elles n'auraient pas produit de fruits.

1

Quel est le thème commun aux deux textes ?

2

Quelles sont les thèses soutenues dans les textes ?

Précédent Suivant