Le financement des agents économiques Cours

Sommaire

IBesoin et capacité de financementIILes différentes formes de financementALe financement interne1L'épargne des ménages2L'épargne des entreprisesBLe financement externe1Le financement externe indirect2Le financement externe directIIILe financement de l'État
I

Besoin et capacité de financement

Dans les économies contemporaines, les agents économiques ont besoin de ressources pour mener à bien leurs projets. Cependant, ils ne disposent pas toujours de ressources suffisantes pour ce faire, d'où l'intérêt d'un système de financement de l'économie. 

La finance sert à répondre aux besoins de certains agents économiques dont les revenus sont inférieurs aux dépenses : ces agents sont en besoin de financement. Ce besoin est comblé par les ressources d'agents dont les revenus sont supérieurs aux dépenses : on dit que ceux-ci dégagent une capacité de financement.

Besoin de financement

Le besoin de financement désigne la situation d'un agent économique dont les revenus sont inférieurs aux dépenses.

Les agents en besoin de financement peuvent être des ménages, notamment lors de l'acquisition d'un logement, des entreprises, qui doivent financer leur production, mais aussi des États, qui doivent parfois faire face à des dépenses importantes.

Capacité de financement

La capacité de financement désigne la situation d'un agent économique dont les revenus sont supérieurs aux dépenses.

Généralement, ce sont les ménages qui sont en capacité de financement à travers l'épargne qu'ils placent dans les institutions financières (banques, assurances, fonds de pension, etc.).

II

Les différentes formes de financement

Face à un besoin de financement, les agents économiques peuvent choisir parmi différentes formes de financement. Ces formes peuvent d'ailleurs être combinées.

A

Le financement interne

Dans le cas du financement interne, ou autofinancement, un même agent (une entreprise ou un ménage) a à la fois des capacités et des besoins de financement : il peut donc financer, totalement ou en partie, ses propres besoins. Ce financement est notamment réalisé sur la base de l'épargne préalablement accumulée par l'agent.

Autofinancement

L'autofinancement correspond au financement des dépenses d'un agent économique par sa propre épargne.

Épargne

L'épargne désigne la partie non consommée des revenus d'un ménage ou d'une entreprise.

1

L'épargne des ménages

Pour les ménages, on peut calculer le montant de l'épargne en soustrayant les consommations au revenu disponible.

Épargne d'un ménage

\text{Épargne} = \text{revenu disponible} - \text{consommations}

Pour obtenir le revenu disponible d'un ménage, on additionne les revenus du travail et de la propriété ainsi que les éventuelles aides sociales perçues, puis on retranche les prélèvements obligatoires (cotisations sociales, impôts directs).

Revenu disponible d'un ménage

\text{Revenu disponible} = \text{revenus du travail et de la propriété} + \text{aides sociales} - \text{prélèvements obligatoires}

2

L'épargne des entreprises

Pour calculer l'épargne d'une entreprise, il faut d'abord calculer l'excédent brut d'exploitation, une mesure de son profit. On obtient l'excédent brut d'exploitation en soustrayant les charges d'exploitation (rémunération des salariés, impôts sur la production) à la valeur ajoutée.

Excédent brut d'exploitation d'une entreprise

\text{Excédent brut d'exploitation} = \text{valeur ajoutée} - \text{charges d'exploitation}

Valeur ajoutée

Pour rappel, la valeur ajoutée correspond à la valeur de la production diminuée de la valeur des consommations intermédiaires (biens ou services détruits ou transformés durant le processus de production).

L'épargne d'une entreprise est égale à l'excédent brut d'exploitation (une mesure du profit) diminué des intérêts versés aux prêteurs, des revenus des actionnaires (dividendes) et des impôts sur les bénéfices.

Épargne d'une entreprise

\text{Épargne} = \text{excédent brut d'exploitation} - (\text{intérêts, dividendes, impôts sur les bénéfices})

B

Le financement externe

Lorsque l'autofinancement ne suffit pas à couvrir ses dépenses, un agent peut choisir de recourir à des financements externes, éventuellement en passant par des intermédiaires spécialisés.

1

Le financement externe indirect

Le financement externe peut se faire par recours à des intermédiaires financiers comme les banques, qui utilisent leur capacité de création monétaire par le biais du système de crédit. On parle de financement indirect.

Financement indirect

Le financement indirect est un financement de l'économie par des intermédiaires financiers comme les banques.

-
Le fonctionnement du financement externe indirect

Les banques se rémunèrent grâce aux intérêts que leur versent les emprunteurs. Le montant de ces intérêts est établi en fonction de la somme prêtée selon un taux d'intérêt. Ce taux représente à la fois la rémunération du prêteur (ou créancier ou créditeur) et le coût de l'emprunt pour l'emprunteur (ou débiteur).

Taux d'intérêt

Le taux d'intérêt est le pourcentage de la somme prêtée que l'emprunteur paie au prêteur en rémunération du service rendu, i.e. le prêt.

Si une banque prête 1 000 € à un individu avec un taux d'intérêt de 1%, alors l'intérêt est de 10€ : l'emprunteur rembourse les 1 000 € à la banque et la paie 10€ pour bénéficier du prêt.

La valeur du taux d'intérêt se fixe à l'équilibre, selon la loi de l'offre et de la demande, sur le marché des fonds prêtables (lieu où se confrontent l'offre et la demande de fonds prêtables). Le taux d'intérêt peut donc être considéré comme le prix sur le marché des fonds prêtables.

2

Le financement externe direct

Le financement externe direct est un mode de financement qui caractérise les entreprises de taille importante. Il s'opère par recours aux marchés financier et monétaire. Pour être mise en relation avec des fournisseurs de capitaux, l'entreprise émet : 

  • des actions : elles représentent une partie du capital de l'entreprise. Les agents qui achètent ces titres deviennent alors propriétaires d'une partie de l'entreprise : ce sont des actionnaires. Les actionnaires ont droit à des dividendes, c'est-à-dire à une partie des bénéfices de l'entreprise.
  • des obligations : ce sont des titres de créance d'une certaine valeur. L'acquéreur d'une obligation verse une somme à l'entreprise qui devra ensuite le rembourser en ajoutant au capital un intérêt, fixé selon les conditions du marché. L'émission d'obligation s'apparente donc à une procédure d'endettement. Contrairement à l'actionnaire, le titulaire d'une obligation n'est pas propriétaire.
Action

Une action est un titre de propriété sur une partie du capital d'une entreprise.

Obligation

Une obligation est un titre de créance sur un emprunteur, qui peut être une entreprise (privée ou publique) mais aussi un État.

Les actions comme les obligations peuvent s'échanger sur les marchés financiers.

-
Le fonctionnement du financement externe direct
Marchés financiers

Les marchés financiers sont des marchés où s'échangent des titres financiers (actions, obligations, etc.).

Les principales formes de financement de l'activité économiques sont résumées dans le schéma suivant :

-
III

Le financement de l'État

L'État est un agent économique à part entière, qui réalise des dépenses et perçoit des recettes. La différence entre recettes et dépenses donne le solde budgétaire de l'État.

Solde budgétaire

Le solde budgétaire est obtenu en soustrayant les dépenses aux recettes de l'État.

Ce solde peut être excédentaire (lorsqu'il est positif) ou déficitaire (lorsqu'il est négatif). En cas de déficit budgétaire, l'État peut emprunter à ses citoyens en émettant des obligations pour financer ses dépenses. 

Les bons du Trésor américains (« Treasury Bonds ») sont des obligations d'État.

-

Bon du trésor américain de 1969

© Wikimedia Commons

La gestion du budget de l'État est un enjeu politique important et une source de débats pour les économistes. Certains sont partisans d'adopter une politique de relance : il s'agit d'augmenter les dépenses publiques malgré un solde déficitaire dans le but de stimuler la consommation des ménages et d'accélérer ainsi la croissance économique. Cette politique permet notamment d'atténuer les effets d'une période de faible croissance ou de récession.

Politique de relance

La politique de relance est une politique de hausse des dépenses publiques visant à accroître la consommation, les investissements et la production, de manière à augmenter la croissance.

Cependant, cette politique peut entraîner un effet d'éviction : l'État, en émettant des obligations sur les marchés financiers, évince les entreprises privées qui représentent des investissements moins sûrs pour les investisseurs. Cela se traduit par une hausse des taux d'intérêts qui dissuade les entreprises d'emprunter. Ainsi, les investissements dans les entreprises privées diminuent et la croissance ralentit.

Effet d'éviction

L'effet d'éviction désigne le mécanisme par lequel l'État, en émettant un grand nombre d'obligations sur le marché financier, évince les entreprises privées qui ne trouvent pas d'investisseurs pour leurs actions et obligations, et sont à terme dissuadées d'emprunter.