Seconde 2016-2017

En vous inscrivant, vous autorisez Kartable à vous envoyer ses communications par email.

ou
Se connecter
Mot de passe oublié ?
ou

Identifier thème et thèse

On donne les textes suivants extraits de La Patricienne de Vauldane (Texte A) et de la Controverse de Valladolid de Jean-Claude Carrière (Texte B).

Texte A :

- La liberté de mourir de faim, oui. Un Romain de race ne peut pas travailler. S'il n'a pas de domaines, comment vit-il ?... Vois bien que Cérinthus est un privilégié. S'il a envie de lire ou d'écrire, il peut le faire en toute tranquillité. Il peut se reposer s'il en a besoin, et même dans mes jardins. Oui, il ne peut pas dire mes jardins ou mes statues ; à ce détail près, il en jouit comme moi. La raison d'être d'une œuvre d'art étant de réjouir les yeux, qu'importe si ces yeux sont libres ou esclaves ? Il ne mange pas à ma table, parce que j'ai souci des convenances, vis-à-vis des miens, et aussi de ses compagnons mêmes, pour qui voir un des leurs manger avec les maîtres serait un scandale sans précédent. Mais je ne crois pas que ce détail fasse souffrir son orgueil. J'ai souhaité souvent lui donner un logement ou un mobilier supérieur à ceux des autres, il a toujours refusé, de peur de susciter la jalousie. En tout cas, il n'a pas à se soucier de sa nourriture ou de ses vêtements, ce qui trouble les nuits de plus d'un homme libre.

Texte B :

- Mais on nous chante une vieille chanson ! s'écrie Las Casas. De tout temps les envahisseurs, pour se justifier de leur mainmise, ont déclaré les peuples conquis indolents, dépourvus, mais très capables d'imiter ! César racontait la même chose des Gaulois qu'il asservissait ! Ils montraient, disait-il, une étonnante habileté pour copier les techniques romaines ! Nous ne pouvons pas retenir ici cet argument ! César s'aveuglait volontairement sur la vie véritable des peuples de la Gaule, sur leurs coutumes, leurs langages, leurs croyances et même leurs outils ! Il ne voulait pas, et par conséquent ne pouvait pas voir tout ce que cette vie offrait d'original. Et nous faisons de même : nous ne voyons que ce qu'ils imitent de nous ! Le reste, nous l'effaçons, nous le détruisons à jamais, pour dire ensuite : ça n'a pas existé !

1

Quel est le thème commun aux deux textes ?

2

Quelles sont les thèses soutenues dans les textes ?

Précédent Suivant