Se connecter
ou

Etudier le rôle du récit au théâtre

4 / 8

À partir du texte suivant extrait de la pièce Polyeucte de Corneille, expliquer le rôle du récit au théâtre.

ALBIN :
Vous savez quelle fut cette grande journée
Que sa perte pour nous rendit si fortunée,
Où l'Empereur captif, par sa main dégagé
Rassura son parti déjà découragé,
Tandis que sa vertu succomba sous le nombre :
Vous savez les honneurs qu'on fit faire à son Ombre,
Après qu'entre les morts on ne le pu trouver ;
Le Roi de Perse aussi l'avait fait enlever.
Témoin de ses hauts faits, et de son grand courage,
Ce Monarque en voulut connaître le visage,
On le mit dans sa Tente, où tout percer de coups,
Tout mort qu' il paraissait, il fit mille jaloux.
Là bientôt il montra quelque signe de vie,
Ce Prince généreux en eut l'âme ravie,
Et sa joie, en dépit de son dernier malheur,
Du bras qui le causait honora la valeur.
Il en fit prendre soin, la cure en fut secrète,
Et comme au bout d'un mois sa santé fut parfaite,
Il offrit dignités, alliance, trésors,
Et pour gagner Sévère il fit cent vains efforts.
Après avoir comblé ses refus de louange,
Il envoie à Décie en proposer l'échange,
Et soudain l'Empereur, transporté de plaisir
Offre au Perse son frère, et cent Chefs à choisir.
Ainsi revint au camp le valeureux Sévère
De sa haute vertu recevoir le salaire,
La faveur de Décie en fut le digne prix.
De nouveau l'on combat, et nous sommes surpris,
Ce malheur toutefois sert à croître sa gloire,
Lui seul rétablit l'ordre, et gagne la victoire,
Mais si belle, et si pleine, et par tant de beaux faits,
Qu'on nous offre tribut, et nous faisons la paix.
L'Empereur qui lui montre un amour infini,
Après ce grand succès l'envoie en Arménie,
Il vient en apporter la Nouvelle en ces lieux,
Et par un sacrifice en rendre hommage aux Dieux.

Précédent Suivant

Identifie-toi pour voir plus de contenu

Pour avoir accès à l'intégralité des contenus de Kartable et pouvoir naviguer en toute tranquillité,
connecte-toi à ton compte. Et si tu n'es toujours pas inscrit, il est grand temps d'y remédier.