Terminale ES 2016-2017
Kartable
Terminale ES 2016-2017

Des cartes pour comprendre le monde

Le monde au XXe siècle est organisé par les enjeux géopolitiques, centrés sur les États, mais est aussi traversé par des inégalités de développement et des oppositions entre cultures. Enfin, il devrait être unifié face au nouvel enjeu que représente l'environnement.

I

Les mécanismes géopolitiques d'un monde inégalement développé

A

La géopolitique du monde contemporain

1

L'État, atome géopolitique

La principale structure du monde est l'État, qui régit un territoire et une nation. Il y a 197 États aujourd'hui reconnus par l'ONU, ce qui est un record historique (72 en 1945).

Ces États, très différents les uns des autres, fondent les dynamiques géopolitiques par leurs spécificités (taille, richesse, régime politique, etc.). Ils sont l'intermédiaire direct entre la population et l'économie, et par la diplomatie ils forment la géopolitique.

2

Des organisations internationales

Cependant, au sein de la mondialisation, les États ont une forte tendance à se rassembler en organisations régionales à but soit économique (ALENA, Mercosur), soit politique, soit les deux à la fois (Union européenne). Selon les cas, ces zones sont plus ou moins intégrées, l'UE en tête.

De plus, les États forment des institutions supranationales pour régler les rapports entre eux, qu'ils soient politiques (l'ONU pour maintenir la paix) ou économiques (OMC, FMI).

3

Un monde instable

Les États entrent encore aujourd'hui régulièrement en conflit, lorsque le conflit ne se déclenche pas déjà à l'intérieur même de l'État (à cause de rivalités ethniques ou pour des ressources naturelles). Ces conflits sont aujourd'hui facilités par la mondialisation et visibles par tous.

B

Des écarts géographiques de développement

1

Un Nord dominant

Selon les indices de mesure de richesse en vigueur dans le monde aujourd'hui, les pays du Nord sont largement au-dessus des autres :

  • En matière de PIB (Produit intérieur brut, c'est-à-dire la somme des richesses produites sur le territoire), l'Amérique du Nord, l'Europe occidentale et l'Asie orientale concentrent 75% du PIB mondial.
  • En ce qui concerne l'IDH (Indice de développement humain), les pays du Nord sont ceux ayant plus de 0,8 (IDH très élevé).
IDH

L'IDH (indice de développement humain), variant de 0 à 1, est un indicateur mesurant le bien-être à partir du pouvoir d'achat, du niveau d'instruction et de l'espérance de vie à la naissance.

La Norvège a le plus haut IDH (0,955) et le Niger le plus bas (0,304).

2

Les pays du Sud en développement

En dehors des pays du Nord, à l'IDH supérieur à 0,8, les situations sont très diverses mais les enjeux se rapprochent.

Entre les pays émergents, à la croissance démographique forte et à l'industrialisation rapide (BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud, ces pays sont à l'origine de 60% de la croissance économique mondiale selon le FMI), les pays rentiers (comme les exportateurs de pétrole, riches mais peu développés) et les pays les moins avancés (48 PMA, les plus pauvres), le Sud compte de nombreuses situations.

Cependant les enjeux restent les mêmes pour tous : l'explosion de l'habitat urbain, la difficile urbanisation (bidonvilles), le problème du poids face au Nord (association des pays du Sud au sein du G77) ou encore le poids commercial, pour lequel le Sud s'appuie sur les échanges Sud/Sud : 15% des échanges mondiaux.

3

Des réseaux non-étatiques

Le commerce aujourd'hui est en grande partie façonné par de nouveaux acteurs non-étatiques comme les 102 000 firmes transnationales (qui se déploient dans le monde par filiales) et les organisations non gouvernementales (ONG), auxquels nous pouvons ajouter les organisations internationales. Le tout forme un ensemble de réseaux commerciaux et humains par lesquels transitent les flux de l'espace mondial.

II

Des enjeux culturels et environnementaux

A

Quelles dynamiques culturelles ?

1

La thèse des aires de civilisation

La théorie des aires de civilisation a été créée par Fernand Braudel dans un livre nommé Grammaire des civilisations (1987). Selon celle-ci, le monde est divisé en différentes aires qui se distinguent par des spécificités culturelles, religieuses et linguistiques, aux délimitations géographiques floues.

Cette notion est discutable, d'abord au niveau de l'homogénéité de telles zones, mais ensuite parce qu'elle se confond souvent avec des zones religieuses très vagues, ou de langues variables (l'anglais par exemple est parlé partout, tandis que le mandarin est la langue majoritaire, sans pour autant que le monde soit une aire chinoise).

2

Des particularismes résistants

Il est vrai cependant que la mondialisation tend à diffuser un modèle culturel mondial (valeurs occidentales, culture et mode de vie américains).

De fortes résistances s'opposent à cette culture mainstream : les cultures locales sont valorisées (exception culturelle en France), et l'antiaméricanisme mondial contribue à dénoncer certains aspects néfastes du mode de vie américain (fast food).

B

L'environnement, enjeu du XXIe siècle

1

Les risques environnementaux

L'environnement s'affirme aujourd'hui comme un enjeu de sécurité mondiale. En effet, il recèle de nombreux risques si le monde ne fait pas attention : des risques de santé (en rapport avec la qualité de l'eau, de l'air), de climat (réchauffement) et de biodiversité (espèces en voie de disparition).

En théorie, le concept de développement durable, qui cherche à réaliser un développement soucieux de l'environnement, existe depuis le rapport Brundtland de 1987. Il comporte également des volets sociaux et économiques. Cependant, le monde reste encore loin d'utiliser ses ressources de façon raisonnable, et l'apparition des migrants climatiques tire le signal d'alarme.

2

Une action mondiale se met en place

Afin de répondre à cet enjeu, la communauté internationale se mobilise depuis le rapport Brundtland (1987) :

  • En 1972, la conférence des Nations unies de Stockholm aborde les questions environnementales.
  • En 1987, le concept de développement durable est défini.
  • En 1992 a lieu le sommet de la Terre à Rio, où sont définis les objectifs de protection de l'environnement.
  • En 1997 apparaît le protocole de Kyoto, qui établit pour ses signataires des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
  • En 2009 puis en 2010, les conférences de Copenhague et de Cancun tentent de maintenir l'effort environnemental.

Pourtant, de nombreux pays, très pollueurs, refusent de s'astreindre à ces réductions ; la Chine et les États-Unis notamment refusent de signer le Protocole de Kyoto. Pour la Chine, le développement passe avant tout, tandis que les États-Unis ne peuvent se passer d'une très forte consommation d'énergie.

Afin de contrôler la protection de l'environnement, le GIEC (groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat) est créé par l'ONU en 1988.

En 2015, à Paris, s'est tenue la COP21 qui a permis la signature, par l'ensemble des participants, d'un accord international sur le climat visant à limiter le réchauffement climatique.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.