Terminale ES 2015-2016
Kartable
Terminale ES 2015-2016

La mondialisation

I

La mondialisation en fonctionnement

A

Les processus et les acteurs

1

Processus d'internationalisation des sociétés et des territoires

  • La mondialisation est un phénomène d'intensification des échanges internationaux. Les flux matériels, immatériels et humains sont en augmentation à l'échelle internationale.
  • Cette intensification des échanges met en réseau, de manière inégale, l'ensemble des sociétés et des territoires de la planète.
  • Les entreprises développent leurs stratégies de production et de commercialisation dans le cadre de la nouvelle division internationale du travail, c'est-à-dire qu'elles profitent des avantages comparatifs des différentes régions du monde (production dans les pays à faible coût de main-d'œuvre, conception dans les pays à main-d'œuvre très qualifiée, etc.).
  • La mondialisation a pour conséquence une recomposition des territoires. En effet, l'insertion dans la mondialisation a des conséquences sur l'organisation des territoires comme le montre par exemple la littoralisation des activités de production.
2

Des facteurs historiques, politiques et technologiques

On constate trois principaux facteurs à l'origine de la mondialisation :

  • Les échanges internationaux sont très anciens et la mondialisation est le résultat d'un processus historique. Les grandes découvertes (XVIe siècle) et l'industrialisation au XIXe siècle sont les étapes qui précèdent la mondialisation actuelle qui se renforce depuis les années 1990.
  • Cependant, le processus de mondialisation n'est pas seulement historique, il résulte aussi de choix politiques, notamment par la généralisation du libre-échange à l'échelle mondiale.
  • Enfin, le facteur technologique est très important. Les transports sont très performants et de moins en moins chers, notamment avec la révolution du conteneur. De plus, les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC), comme internet, sont des facteurs déterminants de la mondialisation.
3

Les acteurs

Il existe de nombreux acteurs de la mondialisation:

  • Les firmes transnationales (FTN) sont des acteurs majeurs de la mondialisation. Ces 104 000 FTN (2011) gèrent 900 000 filiales dans le monde et emploient plus de 80 millions de salariés. Elles sont à l'origine des 2/3 des échanges mondiaux et de 1/3 de la production.
  • Les organisations non gouvernementales (ONG) agissent et mènent des campagnes à l'échelle mondiale.
  • Les États, les institutions internationales (OMC, ONU, etc.) accompagnent le processus de mondialisation.
B

Mobilités, flux et réseaux

1

Une explosion des flux matériels et immatériels

  • Les échanges commerciaux ne cessent d'augmenter. La valeur des exportations mondiales de marchandises est passée de 2030 milliards de dollars en 1980 à 18 260 milliards de dollars en 2011.
  • On constate une augmentation des échanges de biens matériels (produits manufacturés, produits agricoles, combustibles et produits miniers) avec une part de plus en plus importante des produits manufacturés.
  • L'échange des biens immatériels (IDE, services, informations, etc.) est aussi en augmentation. Ils représentent 20% du commerce international et par exemple, la capitalisation boursière a été multipliée par 5 depuis les années 1990.
  • Ces échanges ne sont pas également répartis sur la planète, ils sont sélectifs et concernent principalement les pôles de l'économie mondiale.
2

L'essor des mobilités humaines

Les mobilités humaines sont en augmentation :

  • Le nombre de migrants internationaux est de 230 millions en 2014.
  • Le nombre de touristes internationaux est de 1,1 milliard de personnes en 2014.

Les mobilités humaines sont révélatrices de la hiérarchisation des territoires :

  • Les migrants partent des pays pauvres pour aller dans les pays riches.
  • Les touristes partent des pays riches et vont majoritairement dans les pays riches.
  • Dans le cas des mobilités humaines, les pays émergents ont une participation accrue. La Chine est désormais le premier émetteur de touristes dans le monde.
C

Les débats de la mondialisation

La mondialisation a permis d'améliorer les conditions de vie des populations en favorisant le développement. Cependant, la mondialisation a aussi d'importants effets néfastes :

  • Des conséquences environnementales avec la hausse de la pollution, la baisse de la biodiversité et de la dégradation de l'atmosphère qui provoque le réchauffement climatique
  • Des conséquences sociales avec le renforcement des inégalités sociales à toutes les échelles
  • Des conséquences culturelles avec l'uniformisation des cultures au niveau mondial (l'"américanisation du monde")

Les critiques à l'égard de la mondialisation sont portées par de nombreux acteurs, notamment dans les forums sociaux qui réunissent les altermondialistes (individus, ONG, certains gouvernements). Ces derniers, qui restent divisés, proposent des alternatives tels que le développement durable, la croissance zéro, le commerce équitable, etc.

II

Des territoires inégalement intégrés dans la mondialisation

A

Les facteurs d'intégration et d'exclusion dans la mondialisation

1

Les facteurs d'insertion

Il existe plusieurs facteurs permettant de rendre les territoires attractifs dans le cadre de la mondialisation :

  • Le haut niveau de développement offre aux entreprises qui s'installent dans un pays des débouchés commerciaux.
  • L'accessibilité, permise par des infrastructures de transport efficaces et une bonne connexion au réseau internet, sont des atouts indispensables.
  • Un territoire doit aussi bénéficier d'avantages comparatifs (main-d'œuvre peu chère ou qualifiée, etc.) pour attirer les entreprises.
  • La stabilité politique est aussi très importante.
  • Ces avantages cumulés et interdépendants créent une dynamique positive qui permet l'accumulation de richesses et renforce l'attractivité d'un territoire.
2

Les facteurs d'exclusion

Le sous-développement est le principal frein et la conséquence d'une faible intégration d'un territoire dans la mondialisation :

  • Les infrastructures de transport insuffisamment développées, l'instabilité politique et la corruption, l'extrême pauvreté sont des facteurs qui repoussent les investissements.
  • Cette dynamique négative renforce ainsi l'exclusion des principaux échanges mondiaux et renforce ainsi le sous-développement.
  • Cependant, certains territoires peuvent sortir de cette logique d'exclusion en accueillant des délocalisations (Vietnam), des touristes, en exploitant des ressources rares, en luttant contre la corruption et en diminuant l'instabilité politique. Pour que ces progrès soient viables sur le long terme, les richesses produites doivent être équitablement partagées.
B

Les pôles de la mondialisation

Il existe plusieurs territoires qui constituent des pôles de la mondialisation. Ces pôles se sont multipliés :

  • Les trois grands pôles de l'économie (Amérique du Nord, Europe de l'Ouest et Asie de l'Est) sont les principaux acteurs de la mondialisation. Cette "Triade élargie" représente 75% du PIB mondial.
  • Les pays émergents s'affirment. Selon le FMI, le Brésil, la Russie, l'Inde, la Chine et l'Afrique du Sud (BRICS) sont à l'origine de 60% de la croissance économique mondiale
  • L'archipel métropolitain regroupe l'ensemble des métropoles mondiales. Ce sont des villes qui exercent des fonctions de commandement au niveau mondial dans les domaines des services, dans la finance, l'éducation et la recherche, la politique et l'innovation culturelle. Les connexions entre les métropoles sont très intenses, par exemple, les métropoles mondiales sont à l'origine de 80% des connexions internet mondiales.
  • Les interfaces (façades maritimes, zones frontalières, aéroports, etc.) sont aussi des zones dynamiques.
C

Les espaces en marge

De nombreux territoires sont exclus des principaux flux de la mondialisation :

  • Certaines régions sont plus en retrait, voire marginales, dans les échanges mondiaux (Afrique, Asie centrale, Amérique latine). Le cas des 48 pays les moins avancés (PMA) est significatif. Ils ne sont à l'origine que de 1% du PIB mondial.
  • De même, à l'intérieur d'un même pays, il existe de nombreuses inégalités. Les zones rurales, les zones enclavées mais aussi certains quartiers des villes (bidonvilles dans les pays en développement, "ghettos" aux États-Unis ou certaines zones urbaines en Europe) sont marginalisés.
III

Les espaces maritimes, enjeux géostratégiques

A

Des enjeux économiques

1

Les ressources maritimes

Les océans et les mers occupent 70% de la surface de la Terre et contiennent de nombreuses ressources naturelles :

  • 30% de la production de pétrole et 27% de la production de gaz sont issus des gisements offshore.
  • 90 millions de tonnes de poisson ont été pêchées en 2011.
  • Il existe d'autres ressources avec un grand potentiel d'exploitation comme les minerais polymétalliques ou le vent marin.
2

Des espaces de circulation

Les espaces maritimes sont des lieux majeurs de la mondialisation puisque 90% des marchandises sont transportées sur les routes maritimes. Cela s'explique par la révolution des conteneurs et l'utilisation de navires de plus en plus grands.

La polarisation du commerce entre quelques régions a pour conséquence une concentration des flux sur quelques routes maritimes. Le long de ces itinéraires privilégiés, des détroits et des canaux constituent des points de passage obligés. Ces points de passage sont des points sensibles car le risque d'accident y est nombreux (collisions) et aussi car ils sont l'enjeu de rivalités. La piraterie constitue aussi un risque (détroit de Malacca, de Bab-el-Mandeb).

3

La littoralisation

Le rôle joué par les espaces maritimes dans l'économie mondiale et le développement des activités touristiques et des loisirs conduit à renforcer la littoralisation, processus de concentration des hommes et des activités sur les littoraux.

B

Les espaces maritimes, des espaces de tensions

Il existe un droit de la mer mais ce dernier comporte de nombreuses limites :

  • La convention de Montego Bay définit les eaux territoriales. Les États côtiers disposent d'une zone économique exclusive (ZEE) de 200 milles marins à partir de la côte. Dans cette zone, ils ont le monopole de l'exploitation des ressources.
  • Cependant, la proximité de certains États ne permet pas une application universelle de cette convention. De nombreux États revendiquent une extension de leur ZEE, surtout lorsque celle-ci possède des ressources naturelles.

Les espaces maritimes sont aussi l'objet de nombreuses tensions :

  • Les revendications pour l'élargissement des ZEE conduisent à des tensions entre des États, comme en mer de Chine ou en Arctique, zones riches en hydrocarbures.
  • On observe ainsi une militarisation croissante des mers et des océans.
  • Un autre problème conséquent est le problème de la durabilité. Les espaces maritimes sont soumis à de nombreuses pollutions (marées noires, pollution chimique) et sont souvent surexploités. 80% des stocks de poissons sont pleinement exploités ou surexploités.
pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.