Terminale L 2015-2016
Kartable
Terminale L 2015-2016
I

Définition de l'organisme

La vie, c'est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort.

Xavier Bichat

Recherches physiologiques sur la vie et la mort

1800

Le médecin Xavier Bichat propose de définir la vie comme étant l'ensemble des forces qui, au sein d'un être vivant, résiste à la mort.

Un être organisé n'est pas simplement machine, car la machine possède uniquement une force motrice ; mais l'être organisé possède en soi une force formatrice.

Kant

Critique de la faculté de juger

1790

Kant met en évidence la capacité du vivant de se régénérer et de créer des formes nouvelles. La capacité de se développer, de croître, de se reproduire et, dans une certaine mesure, de se réparer, sont les caractères qui distinguent le vivant d'une machine. Ce sont ces facultés dont rend compte la notion de force formatrice.

Kant illustre la différence entre un organisme vivant et une machine en utilisant l'exemple d'une montre. Alors que deux montres côte à côte ne pourront jamais en produire une troisième, l'être vivant possède cette faculté extraordinaire de créer un nouvel être vivant à partir de lui-même. Contrairement à la machine, que l'on peut expliquer grâce à la notion de force motrice, c'est-à-dire grâce aux lois de la mécanique, la compréhension du vivant requiert que l'on fasse appel à l'idée d'une force formatrice.

Tous les phénomènes d'un corps vivant sont dans une harmonie réciproque telle, qu'il paraît impossible de séparer une partie de l'organisme, sans amener immédiatement un trouble dans tout l'ensemble.

Claude Bernard

Introduction à l'étude de la médecine expérimentale

1865

Claude Bernard insiste ici sur la solidarité entre les différentes parties qui composent un être vivant. Ainsi, l'interdépendance des organes entre eux est telle qu'il est impossible de penser la fonction d'une partie en la séparant du tout qu'est l'organisme. Il y a donc un lien de réciprocité entre les parties et le tout, mais aussi des parties entre elles.

La vie apparaît comme un courant qui va d'un germe à un germe par l'intermédiaire d'un organisme développé. Tout se passe comme si l'organisme lui-même n'était qu'une excroissance, un bourgeon que fait saillir le germe ancien travaillant à se continuer en un germe nouveau. L'essentiel est la continuité de progrès qui se poursuit indéfiniment, progrès invisible sur lequel chaque organisme visible chevauche pendant le court intervalle de temps qu'il lui est donné de vivre.

Bergson

L'Évolution créatrice

1907

Pour Bergson, les organismes suivent un progrès, il y a une idée de continuité dans la nature.

II

Les limites de la connaissance du vivant

Je veux savoir quel effet cela fait à une chauve-souris d'être une chauve-souris. Si j'essaie d'imaginer cela, je suis borné aux ressources de mon propre esprit, et ces ressources sont inadéquates pour cette tâche.

Thomas Nagel

Quel effet cela fait d'être une chauve-souris ?

1974

Thomas Nagel souligne ici qu'il est impossible de connaître l'expérience vécue d'un vivant différent de nous. S'il est impossible de savoir ce qu'est la vie consciente d'un autre vivant, c'est que les ressources dont dispose l'Homme sont entièrement fondées sur sa propre expérience. En tant qu'expérience subjective, la connaissance de la vie est hors de notre portée.

III

Le vivant et son milieu

A

L'exemple de la tique

Le monde propre : la tique

Dans Mondes animaux et monde humain, von Uexküll utilise l'exemple de la tique pour montrer que les animaux possèdent un mondre propre, c'est-à-dire un milieu. Ainsi montre-t-il qu'une tique est capable de rester suspendue sans mouvement à un arbre dans l'attente du passage d'un mammifère dont elle pourra se nourrir. Durant cette période, seuls trois signaux déterminent l'ensemble du monde pour la tique :

  • Un stimulus olfactif, qui lui indique la présence d'un animal.
  • Un stimulus tactile, qui la pousse à chercher, sur l'animal, une partie sans poils.
  • Enfin, d'une réaction consistant à plonger sa tête dans la chair de l'animal pour se gonfler de sang, se laisser tomber puis pondre.

Le monde propre de la tique, c'est-à-dire son milieu, se limite donc à ces trois signaux : tout le reste de ce qui, pour nous par exemple, constitue le monde, disparaît pour elle.

À travers cet exemple de la tique, von Uexküll entend montrer que chaque vivant a son monde propre, c'est-à-dire qu'il évolue dans un milieu constitué des éléments naturels et biologiques pertinents pour lui. C'est pourquoi von Uexküll énonce la chose suivante : "Trop souvent nous nous imaginons que les relations qu'un sujet entretient avec les choses de son milieu prennent place dans le même espace et dans le même temps que ceux qui nous relient aux choses de notre monde humain. Cette illusion repose sur la croyance en un monde unique dans lequel s'emboîteraient tous les êtres vivants".

B

L'importance du milieu : Canguilhem

Le milieu dont l'organisme dépend est structuré, organisé par l'organisme lui-même.

Canguilhem

La Connaissance de la vie

1952

Canguilhem souligne ici que l'être vivant ne se contente pas de réagir mécaniquement aux stimuli de son milieu, c'est-à-dire du monde extérieur. Bien au contraire, l'être vivant façonne son milieu : c'est uniquement pour un être vivant qu'il y a un milieu.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.