Troisième 2015-2016
Kartable
Troisième 2015-2016

Rédiger un écrit argumentatif

I

Définition

Écrit argumentatif

Un écrit argumentatif est un texte dans lequel un auteur défend un point de vue ou réfute une thèse de manière rationnelle. Il s'appuie sur des arguments.

Les [êtres] que nous appelons monstres ne le sont pas pour Dieu, qui voit dans l'immensité de son ouvrage l'infinité des formes qu'il y a englobées ; et il est à croire que cette forme, qui nous frappe d'étonnement, se rapporte et se rattache à quelque autre forme d'un même genre, inconnu de l'homme. De sa parfaite sagesse il ne vient rien que de bon et d'ordinaire et de régulier ; mais nous n'en voyons pas l'arrangement et les rapports.

Montaigne

Essais

II

Conseils pour rédiger un écrit argumentatif

Voici quelques conseils pour rédiger un texte argumentatif :

  • Avant de commencer la rédaction, repérer les mots-clés du sujet. Choisir son point de vue
  • Avant de commencer la rédaction, développer la thèse choisie en listant les arguments
  • Avant de commencer la rédaction, élaborer un plan logique et clair. En faire un détaillé au brouillon
  • Soigner les transitions
  • Utiliser des connecteurs logiques
  • Illustrer ses arguments
  • Ne pas hésiter à citer d'autres auteurs
  • Employer un vocabulaire clair
  • Privilégier les phrases courtes
  • Bannir le "je". Préférer les formules impersonnelles telles que : "il va de soi que", "il semble que", "il est clair que", etc.
  • Soigner son introduction (accroche, définition des termes du sujet, annonce du plan)
  • Soigner la conclusion (synthèse de l'argumentation, ouverture du sujet)

C'est une dangereuse invention que celle des tortures et il semble que c'est plutôt une mise à l'épreuve de la capacité de souffrir qu'une mise à l'épreuve de la vérité. Celui qui peut les supporter cache la vérité. Celui qui peut les supporter cache la vérité et il en va de même… pour celui qui ne peut pas les supporter. Car pourquoi la douleur me fera-t-elle plutôt confesser ce qui est qu'elle ne me forcera à dire ce qui n'est pas ? réciproquement, si celui qui n'a pas fait ce dont on l'accuse peut trouver en lui la force de supporter ces tourments, pourquoi un coupable ne trouverait-il pas une telle force puisqu'il peut, en contre partie, s'assurer la vie sauve ? Je pense que le fondement de cette invention est la prise en considération de l'effort de la conscience. Car, dans le cas du coupable, il semble qu'elle serve d'adjuvant à la torture pour lui faire confesser sa faute, et qu'elle l'affaiblisse, et dans l'autre cas, qu'elle fortifie l'innocent contre la torture. À vrai dire, c'est un moyen plein d'incertitude et de danger.
Que ne dirait-on, que ne ferait-on pour échapper à d'aussi vives douleurs ?
Etiam innocentes cogit mentiri dolor.
Il arrive que celui que le juge a torturé afin de ne pas le faire mourir innocent, il le fasse mourir et innocent et torturé. À cause de la torture des milliers de gens se sont chargés de fausses confessions. Parmi ceux-là, je place Philotas, considérant les circonstances du procès que lui fit Alexandre et la progression des tortures auxquelles il fut soumis.
Toujours est-il que la torture est réputée le moindre mal que l'humaine faiblesse ait pu inventer.
Invention bien inhumaine et bien inutile, à mon sens ! Plusieurs nations, moins barbares en cela que la grecque et la romaine qui les tiennent pour barbares, estiment horrible et cruel de tourmenter et de désarticuler un homme dont la faute est encore douteuse. Qu'en peut-il, lui, de votre ignorance ? N'êtes-vous pas injustes vous qui, pour ne pas le tuer sans raison, lui faites pis que le tuer ? La preuve en est bien ainsi, la voici : voyez le nombre de fois où un homme préfère mourir sans raison que subir cette procédure d'information pire que le supplice que souvent, par sa cruauté, elle avance et accomplit.
Je ne sais d'où je tiens ce conte, mais il rapporte exactement la conscience de notre justice. Une villageoise accusait devant un général d'armée, grand justicier, un soldat d'avoir arraché à ses petits enfants le peu de bouillie qu'il lui restait pour les nourrir, l'armée ayant ravagé tous les villages des environs. De preuve, il n'y en avait point. Le général, après avoir sommé la femme de bien regarder à ce qu'elle disait, d'autant qu'en cas de mensonge elle serait coupable de son accusation, fit, comme elle persistait, ouvrir le ventre au soldat pour connaître la vérité. Il se trouva que la femme avait raison. La condamnation avait tenu lieu d'instruction.

Montaigne

Essais

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.