Troisième 2015-2016
Kartable
Troisième 2015-2016

La Ve République à l'épreuve de la durée

-

Wikimédia

Charles de Gaulle

22 novembre 1890 − 9 novembre 1970

Français

De Gaulle, à la tête du gouvernement provisoire de la République française, s'installe dans Paris libéré en août 1944. En 1945, lorsque les débats s'ouvrent à propos de la nouvelle constitution, de Gaulle propose de rompre avec la IIIe République par l'instauration d'un pouvoir présidentiel fort et la fin de la domination des partis. Mais il n'est pas suivi et démissionne le 20 janvier 1946. Il crée avec ses fidèles le RPF. Mais son parti restant minoritaire, il quitte la vie politique et se retire à Colombey-les-Deux-Eglises où il écrit ses mémoires. En mai 1958, durant la guerre d'Algérie, le Général apparaît comme le seul recours pour sortir la France de la crise et préserver la paix civile. Il accepte de former le dernier gouvernement de la IVe République. En septembre 1958, il fait adopter la Constitution de la Ve République. En décembre 1958, il est élu par les citoyens français, au suffrage universel direct, Président de la République. Il en termine avec la décolonisation et met un terme à la guerre d'Algérie par les Accords d'Evian en 1962. Cette période difficile est marquée par des actions extrêmes (attentat du Petit-Clamart en octobre 1962). De Gaulle veut maintenir la grandeur de la France et son indépendance sur le plan international et s'occupe essentiellement des affaires étrangères. Il laisse à son Premier ministre (Georges Pompidou à partir de 1962) les questions économiques et sociales. Les événements de mai 1968 ébranlent le pouvoir de de Gaulle, cependant les élections législatives de 1968 lui sont favorables avec une majorité de députés gaullistes. Mais en 1969, lors du référendum à propos de la régionalisation et de la réforme du Sénat, la majorité des Français dit non. De Gaulle en tire les conséquences et démissionne. Il se retire et se consacre à la rédaction de ses mémoires. Mais il décède peu de temps après, en 1970.

-

Wikimédia

Michel Debré

15 janvier 1912 − 2 août 1996

Français

Jeune politicien à la fin des années 1930, attaché au cabinet de Paul Reynaud, Michel Debré devient actif au sein de la Résistance à partir de 1940. Il organise le réseau préfectoral clandestin qui sort de l'ombre à la Libération afin d'assurer l'ordre et d'éviter une guerre civile. En 1944 − 1945, sous le gouvernement provisoire, il devient un proche de de Gaulle, travaille à la réforme administrative de la France et joue un rôle important dans la création de l'ENA (Ecole Nationale d'Administration). Dès 1947, il est membre du RPF (Rassemblement du Peuple Français), le parti gaulliste. Devenu sénateur (1948 − 1958), il critique sévèrement la IVe République et fait partie de ceux qui oeuvrent pour un retour au pouvoir de de Gaulle. En 1958, nommé garde des sceaux par le Général, il travaille à la rédaction de la nouvelle constitution. Le général de Gaulle, élu président de la République en décembre 1958, nomme Debré Premier ministre. Chef du gouvernement de janvier 1959 à avril 1962, Debré a la lourde tâche de préparer l'indépendance de l'Algérie. Après sa sortie du gouvernement, il est élu député de la Réunion en 1963. Il revient au gouvernement et obtient un ministère à plusieurs reprises entre 1966 et 1973, sous Pompidou. Il redevient député dans les années 1970 et 1980 et défend les valeurs gaullistes dont celle de l'indépendance nationale. Il marque ses distances avec les nouvelles orientations gaullistes de Jacques Chirac au RPR et se présente aux élections présidentielles de 1981. Mais son faible résultat marque un échec. Célèbre pour ses essais politiques et parfois polémiques, il entre à l'Académie française en 1988.

-

Wikimédia

Daniel Cohn-Bendit

4 avril 1945 − Aujourd'hui

Allemand (et Français depuis mai 2015)

Daniel Cohn-Bendit est né en France, à Montauban en 1945, de parents allemands qui ont fui l'Allemagne nazie en 1933. Il s'installe en Allemagne avec sa famille en 1958 et choisit la nationalité allemande en 1959. En 1966, il revient en France, pour suivre des études de sociologie à l'Université. Il devient un des porte-paroles des étudiants révoltés en mai 1968. Il est interdit de séjour en France pour dix ans et expulsé. Il s'installe à Francfort. En 1978 il s'investit dans les luttes écologiques en Allemagne et devient membre en 1984 du parti écologiste allemands "les verts". Il devient député européen en 1994 et porte-parole du parti vert européen, fondé en 2004. En prévision des élections européennes de juin 2009, il crée en France un parti écologiste, appelé Rassemblement Europe Ecologie. Les résultats de son parti sont très satisfaisants aux élections européennes de 2009 et aux élections régionales de 2010. Daniel Cohn-Bendit invite les verts de Cécile Duflot à fusionner avec son parti pour former un grand ensemble. C'est la naissance, en novembre 2010, du grand mouvement Europe Ecologie les Verts, placé sous la présidence de Cécile Duflot (EELV). Daniel Cohn-Bendit décide de ne pas se représenter aux élections européennes de 2014. A l'âge de soixante dix ans, en 2015, il obtient la nationalité française.

-

Wikimédia

Georges Pompidou

5 juillet 1911 − 2 avril 1974

Français

Normalien et professeur de lettres, Pompidou entre en politique aux côtés de de Gaulle en 1945. Il est son Premier ministre de 1962 à 1968. Il travaille à l'essor industriel de la France et devient très populaire. Pendant les événements de mai 1968, il assure l'autorité et la continuité de l'action de l'Etat. Il organise les négociations de Grenelle qui permettent d'arrêter la grève générale. Après la démission de de Gaulle en 1969, le candidat Pompidou est élu Président de la République et continue la politique de croissance entamée sous de Gaulle et il essaie de concilier l'indépendance nationale et la construction européenne. Il fait le choix d'un gouvernement plus moderne et plus ouvert. On lui doit la création du musée d'art contemporain (Centre Pompidou). Sa popularité assure la victoire électorale de la droite en 1973, mais tombé gravement malade, il décède en 1974.

-

Bibliobs.fr

Jean Monnet

9 novembre 1888 − 16 mars 1979

Français

Jean Monnet est considéré comme l'un des Pères de l'Europe. Secrétaire de la SDN (la Société des Nations) de 1919 à 1923, il découvre l'inefficacité de cet organisme international pour assurer la paix. Expert financier, il voyage à travers le monde avec des missions d'aide économique dans certains pays. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il refuse la capitulation de la France et se met au service des Etats-Unis. Il s'occupe des transactions entre l'Angleterre et les Etats-Unis, puis de la coordination de l'effort de guerre des deux puissances. En 1943, il travaille avec de Gaulle et s'occupe de la gestion des troupes françaises de la France libre. A la fin de la guerre, il est nommé commissaire au plan, chargé de la reconstruction et de la relance de l'économie française. Il occupe ce poste de 1945 à 1952 avec succès et parvient à redonner un véritable élan économique à la France. Il lance en 1951 avec Robert Schumann, le ministre des Affaires étrangères, la Communauté économique du charbon et de l'acier (CECA) qui regroupe six Etats (France, Allemagne, Italie et les trois Etats du Benelux : Belgique, Pays-Bas, Luxembourg). Monnet devient le premier président de la Haute Autorité de la CECA. Grand admirateur du système fédéral américain, il milite pour la constitution des "Etats-Unis d'Europe", à travers son plan d'une communauté européenne de défense (CED). Mais les députés gaullistes et communistes de l'Assemblée nationale refusent de ratifier le projet. Suite à cet échec, Jean Monnet démissionne de son poste à la CECA en 1955. Mais l'Europe des six fonde la CEE en 1957 par le Traité de Rome. Les traités élargissent considérablement les domaines économiques pour lesquels les Etats s'accordent et coopèrent. C'est un grand pas. La CEE et le marché commun inquiètent les Etats-Unis comme l'URSS. Monnet continue de se battre pour son rêve et crée un comité d'action pour les Etats-Unis d'Europe. Il tente de faire évoluer les institutions européennes. On lui doit la création du Conseil européen en 1974. Il se retire en 1975 et rédige ses mémoires. Il décède en 1979. Ses cendres sont transférées au Panthéon en 1988.

-

Wikimédia

Valéry Giscard d'Estaing

2 février 1926 − Aujourd'hui

Français

Ancien élève de polytechnique et de l'ENA, élu député en 1956, Valéry Giscard d'Estaing est nommé ministre des Finances en 1962. Mais son plan d'austérité très impopulaire l'oblige à quitter le gouvernement en 1966. Il devient le porte-parole d'une partie de la droite qui accorde au Président de Gaulle un soutien mitigé et il vote non au référendum de 1969. Il revient au poste de ministre des Finances pendant toute la présidence de Georges Pompidou. Il lui succède en gagnant les élections présidentielles face au candidat gaulliste Jacques Chaban-Delmas et au candidat socialiste François Mitterrand. Le mandat présidentiel de Valéry Giscard d'Estaing est marqué par des réformes de société, comme l'abaissement de l'âge de la majorité de 21 à 18 ans, la loi sur l'avortement ou IVG (interruption volontaire de grossesse), proposée et défendue par Simone Veil, ou encore l'autorisation du divorce par consentement mutuel. Dans les relations internationales, il fait du couple franco-allemand le moteur de la construction européenne, avec son homologue le chancelier Helmut Schmidt. Mais son septennat est également marqué par le premier choc pétrolier en 1973 (brutale augmentation du prix du pétrole) et le début d'une grave dépression économique. La forte augmentation du chômage et les échecs économiques de ses deux Premiers ministres successifs Jacques Chirac et Raymond Barre provoquent sa défaite aux élections présidentielles de 1981, au profit du candidat socialiste François Mitterrand. Valéry Giscard d'Estaing reste actif en politique pendant de nombreuses années, d'abord dans sa région d'Auvergne, en tant que député du Puy-de-Dôme et président du Conseil Régional d'Auvergne, puis en tant que député au Parlement européen de 1989 à 1993. En 2002 il est le maître d'œuvre d'un projet de Constitution pour l'Union européenne (mais le projet est arrêté du fait de désaccords). Auteur d'un roman et de deux essais politiques, il est élu à l'Académie française en 2003. Il entre au Conseil constitutionnel en 2004, en tant que membre de droit du fait de son ancienne fonction de Président de la République.

-

Wikimédia

François Mitterrand

26 octobre 1916 − 8 janvier 1996

Français

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, François Mitterrand travaille pour le gouvernement de Vichy avant de rejoindre la Résistance. Il est élu député en 1946 puis occupe différents postes ministériels sous la IVe République. Farouche opposant de de Gaulle, il se présente pour la première fois aux élections présidentielles en 1965, mais il est vaincu. Il doit attendre les élections de mai 1981 pour être enfin élu et devenir ainsi le premier Président socialiste de la Ve République. Il essaye au cours de son premier septennat de ne pas décevoir les aspirations de la gauche et commence par deux mesures symboliques : l'abolition de la peine de mort et l'allongement des congés payés. Mais la crise économique qui dure, l'échec des tentatives pour résorber le chômage et le mécontentement qui en résulte conduisent à la défaite du parti socialiste aux élections législatives de 1986. Mitterrand doit alors accepter la cohabitation et nomme Jacques Chirac Premier ministre. Jacques Chirac, à la tête du premier gouvernement de cohabitation, mène une politique libérale. Mais Mitterrand parvient à maintenir sa popularité et est réélu en 1988. Pendant son deuxième septennat, il conduit avec ses Premiers ministres successifs une politique plus prudente de modernisation de la société. Sur le plan international, François Mitterrand maintient la politique d'indépendance nationale instaurée par le général de Gaulle, mais en ce qui concerne la politique européenne, François Mitterrand infléchit considérablement la politique de la France et travaille à la transformation de l'Union européenne en une véritable organisation fédérale (citoyenneté européenne et monnaie unique). Mais c'est une faible majorité des citoyens qui ratifie en France le traité de Maastricht en 1992, car les Français acceptent mal l'idée de devoir renoncer à une partie de l'indépendance nationale. En 1993, la nouvelle majorité aux élections législatives oblige François Mitterrand à une deuxième cohabitation et il nomme Edouard Balladur Premier ministre. Celui-ci continue la politique de limitation des déficits suivie par ses prédécesseurs. François Mitterrand, tombé malade au cours de son deuxième septennat, se retire de la vie politique dès la fin de son mandat en 1995 et décède peu de temps après, le 8 janvier 1996.

-

Wikimédia

Jacques Chirac

29 novembre 1932 − Aujourd'hui

Français

Après des études à Sciences Po et à l'ENA, Jacques Chirac obtient un poste de chargé de mission au cabinet du Premier ministre Georges Pompidou en 1962. Il joue un rôle important lors des négociations qui aboutissent aux accords de Grenelle, pendant les événements de mai 1968, et est nommé plusieurs fois ministre pendant le mandat présidentiel de Georges Pompidou (dont le poste de ministre de l'Agriculture en 1972). Premier ministre du Président Giscard d'Estaing en 1974, il démissionne avec éclat en 1976 et prend la tête du mouvement gaulliste, restructuré dans un nouveau parti, le RPR (Rassemblement pour la République). Elu maire de Paris en 1977, réélu en 1983 et 1989, il garde ainsi la mairie de Paris pendant dix-huit ans. Il se présente à l'élection présidentielle en 1981 et est battu par le candidat socialiste François Mitterrand. Il devient alors le chef de la nouvelle opposition. Mais la victoire de la droite aux élections législatives de 1986 conduit le Président Mitterrand à nommer Jacques Chirac Premier ministre. C'est la première cohabitation dans l'histoire de le Ve République, avec un Président de gauche et un Premier ministre de droite. Les relations sont difficiles. En 1988, les deux hommes se retrouvent face à face au deuxième tour de l'élection présidentielle. Mitterrand est réélu. Jacques Chirac est finalement élu Président de la République en 1995. Il nomme Alain Juppé Premier ministre. La politique de rigueur de celui-ci, impopulaire, provoque un vaste mouvement de grèves en décembre 1995. En 1997 le Président Chirac procède à la dissolution de l'Assemblée nationale, mais la gauche remporte les élections et une troisième cohabitation doit alors être mise en place. Le socialiste Lionel Jospin est alors nommé Premier ministre. Au deuxième tour des élections présidentielles de 2002, Jacques Chirac fait face au chef du Front National Jean-Marie Le Pen. Une forte mobilisation républicaine pour faire barrage à l'extrême droite permet au Président Chirac d'être réélu avec un score historique de 82,22% des voix. Le nouveau mandat présidentiel, réduit à cinq ans (quinquennat) est marqué par la fermeté du Président face aux Américains à propos de la guerre en Irak à laquelle la France refuse de participer. En mars 2007, Jacques Chirac annonce sa décision de ne pas être candidat à un troisième mandat .

-

Wikimédia

Nicolas Sarkozy

28 janvier 1955 − Aujourd'hui

Français

Avocat de formation, Nicolas Sarkozy s'intéresse très tôt à la politique. Il entre au RPR dès sa création par Jacques Chirac en 1976 et devient actif au sein du parti au moment des élections présidentielles de 1981. Il construit sa carrière politique au début des années 1980 dans les Hauts de Seine (député puis président du Conseil Général) et maire de Neuilly de 1983 à 2002. Ministre à plusieurs reprises, il est particulièrement remarqué en tant que ministre de l'Intérieur (de 2002 à 2004 et de 2005 à 2007). Il devient en 2005 président de l'UMP, grand parti de droite et centre droit, fondé en 2002, et qui regroupe le RPR et l'UDF. En 2007, il est le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle et bat au deuxième tour la candidate socialiste, Ségolène Royal. Le Président Sarkozy nomme comme Premier ministre François Fillon. Nicolas Sarkozy est très actif dès le début de son quinquennat sur la scène internationale et au sein de l'Union européenne et il assure la fonction de président en exercice de l'Union européenne au deuxième semestre de l'année 2008. En 2010, la réforme des retraites contribue à la chute de popularité du Président Sarkozy. L'intervention de la France en Libye puis en Côte d'Ivoire, voulue par le Président, n'arrange pas sa côte de popularité. Cette mauvaise opinion se répercute en 2011 sur les élections cantonales, perdues par la droite, et provoque le basculement du Sénat à gauche. En mai 2012, Nicolas Sarkozy est vaincu au deuxième tour par le candidat socialiste François Hollande.

-

Wikimédia

François Hollande

12 août 1954 − Aujourd'hui

Français

Après avoir suivi des études à HEC, à l'Institut d'études politiques de Paris et à l'ENA, François Hollande devient membre du parti socialiste en 1979 et occupe différents postes au gouvernement à partir de 1981. A partir de 1988, il construit sa carrière politique en Corrèze et dans le Limousin avec différentes fonctions dont celle de maire de Tulle (2001−2008), député de Corrèze en 2007 et président du Conseil Général de Corrèze de 2008 à 2012. En 1994 il devient secrétaire national du Parti socialiste, puis en 1997 il est élu premier secrétaire du Parti socialiste et devient le chef de l'opposition en 2002 quand Lionel Jospin se retire après son échec électoral. En 2012, François Hollande est élu Président de la République et nomme Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Dès 2013, le président bat des records d'impopularité. Les débuts du mandat présidentiel sont marqués par de nombreuses polémiques et agitations médiatiques : la polémique concernant la taxe à 75% finalement abandonnée, la loi concernant le mariage et l'adoption pour les couples de même sexe (loi définitivement adoptée en avril 2013), l'affaire Cahuzac, ministre délégué au Budget, accusé de fraude fiscale, l'affaire Léonarda, etc. Le mécontentement des Français est grandissant car les promesses économiques ne sont pas tenues. La gauche connaît un échec cuisant aux élections municipales de 2014. François Hollande nomme alors Emmanuel Valls (ministre de l'Intérieur du gouvernement Ayrault) Premier ministre. Le mandat de François Hollande est marqué par une vague d'attentats terroristes islamistes à Paris en janvier 2015 : attaque contre Charlie Hebdo (le 7 janvier), fusillade de Montrouge le 8 janvier et une prise d'otages dans un supermarché casher (juif) le 9 janvier. L'émotion n'est pas seulement française, mais elle est internationale. François Hollande, qui reçoit des messages de soutien et de condoléances de nombreux chefs d'Etat, organise le 11 janvier une marche Républicaine historique et spectaculaire. Il paraît, en tête du cortège, en compagnie de nombreux dirigeants, tandis qu'une foule innombrable marche dans Paris, brandissant le slogan Je suis Charlie. En novembre 2015, une série d'attentas frappent Paris, ils sont revendiqués par l'"Etat islamique". 129 personnes trouvent la mort et on compte 300 blessés. L'Etat d'urgence est instauré.

pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.