Troisième 2016-2017
Kartable
Troisième 2016-2017

La France défaite et occupée

La France est rapidement vaincue en mai 1940 par les troupes allemandes. Le Maréchal Pétain prend le pouvoir et signe l'armistice avec l'Allemagne. Les conditions de l'armistice sont difficiles pour la France. Les Allemands occupent une grande partie du territoire. Pétain, à la tête de l'État français, instaure une dictature et entreprend la collaboration avec l'Allemagne, notamment en arrêtant et en livrant des Juifs et les Tziganes aux Allemands. Pour lutter contre l'occupation allemande et le régime de Vichy, la Résistance intérieure et extérieure s'organise sous l'impulsion du général De Gaulle.

I

La défaite de 1940 et ses conséquences

A

La défaite

La France est attaquée par l'Allemagne en mai 1940 et la défaite est rapide.

Un mouvement de panique se crée et provoque un exode massif des Français vers le Sud pour fuir l'avancée des troupes allemandes.

-

L'exode de 1940 des Français fuyant la progression des forces allemandes

Tritschler-GFA via Wikimedia Commons

Le gouvernement appelle le maréchal Pétain au pouvoir. Celui-ci est devenu très populaire grâce à ses victoires à Verdun pendant la Première Guerre mondiale. En juillet 1940, Pétain obtient les pleins pouvoirs après un vote du Parlement. Il devient chef de l'État français et met fin à la IIIe République. Il installe sa capitale à Vichy d'où le nom de gouvernement de Vichy. Le maréchal Pétain accepte la défaite et signe un armistice avec l'Allemagne le 22 juin 1940. Hitler exige que l'armistice soit signé dans la forêt de Rethondes, dans le même wagon qui avait servi à signer l'armistice du 11 novembre 1918.

-

Le Maréchal Pétain

Rupert Colley via Wikimedia Commons

B

L'Armistice

Les conditions de l'armistice sont très difficiles pour la France :

  • Obligation d'assurer à ses frais l'entretien des troupes allemandes sur le territoire français.
  • Annexion de l'Alsace-Lorraine par l'Allemagne.
  • Division de la France en deux parties : le nord et l'ouest du pays forment la "zone occupée" par l'armée allemande. Le sud du pays (sous la ligne de démarcation) est une "zone libre".
  • 2 millions de prisonniers de guerre sont envoyés en Allemagne.
-

La France occupée

II

Le régime de Vichy

A

Un régime dictatorial

Le régime de Vichy est une dictature :

  • Le maréchal Pétain a les pleins pouvoirs.
  • Le régime utilise la propagande (avec des campagnes d'affichage contre les ennemis du régime par exemple) et il instaure un culte de la personnalité envers Pétain.
  • Il instaure un régime autoritaire et antirépublicain et œuvre à la mise en place de la « Révolution nationale »
  • Il met fin aux libertés fondamentales (liberté de la presse, droit de grève, etc.).
  • Il remplace la devise "Liberté, Égalité, Fraternité" par "Travail, Famille, Patrie".
  • Un parti unique est au pouvoir.
  • La population est encadrée par la police et une milice.
-

Affiche de propagande du régime de Vichy

Wikimedia Commons

Milice

La milice est une organisation créée en 1943 en collaboration avec le régime de Vichy et les troupes allemandes, dans le but de pourchasser les résistants, Juifs et opposants

B

La collaboration

Le régime de Vichy collabore avec les Allemands, notamment suite à l'entrevue de Montoire entre Pétain et Hitler le 24 octobre 1940. Pétain soutient que l'avenir de la France dépend de l'acceptation de la domination allemande et du soutien de la France au régime nazi. Différents types de collaborations peuvent être soulignés.

La collaboration économique :

  • Des réquisitions par l'armée allemande.
  • Le Service du travail obligatoire (STO) dès 1942 : tous les Français âgés de 21 à 23 ans doivent aller travailler en Allemagne.

La collaboration policière :

  • Création de la milice française chargée de la traque des opposants, des arrestations, de la torture, des exécutions, etc.
  • Une collaboration avec la Gestapo pour la traque des ennemis du régime allemand.

La collaboration antisémite :

  • Le maréchal Pétain et Laval (le chef du gouvernement) organisent la traque des Juifs en France.
  • L'exclusion des Juifs : la nationalité française est supprimée, le port de l'étoile jaune est obligatoire, leurs biens sont réquisitionnés, etc.
  • L'organisation de rafles comme celle du Vél d'Hiv le 16 juillet 1942 qui concerne plus de 13 000 Juifs.
  • Les camps d'internement et de déportation comme celui de Drancy.
-

Rencontre de Pétain et Hitler à Montoire en octobre 1940

Heinrich Hoffmann GFA via Wikimedia Commons

III

La résistance en France

A

La résistance intérieure

On estime que moins de 2% de la population française a participé à des faits de résistance. Cette résistance intérieure est morcelée et commence à se faire connaître par quelques actes isolés en juillet 1940. Les résistants ont plus de marge de manœuvre en zone libre que dans la zone occupée (où ils doivent échapper à la Gestapo). La résistance intérieure se met en place progressivement, avec la création de mouvements clandestins comme le mouvement Libération-Sud. Ils rencontrent d'importants problèmes d'organisation, de moyens, et même parfois de concurrence.

-

Déraillement d'un train par la Résistance française en juillet 1944

En janvier 1942, De Gaulle envoie Jean Moulin en France pour organiser et unifier la résistance intérieure. Le 27 mai 1943, il fonde le Conseil national de la Résistance.

Conseil national de la Résistance

Le Conseil National de la Résistance est la coordination de tous les mouvements de résistance intérieurs et extérieurs, créé par Jean Moulin en 1943.

Jean Moulin est arrêté un mois plus tard par la Gestapo lyonnaise. Il est torturé et décède pendant son transfert en Allemagne. Son action aboutit cependant à la formation des FFI (Forces françaises de l'Intérieur) qui s'organisent en réseaux et mènent des actions contre l'occupant (sabotage, manifestations, paralysie politique, protection de Juifs, etc.).

B

La Résistance extérieure

L'armistice signé par Pétain crée la confusion, car les troupes françaises poursuivaient les combats. Le général de Gaulle refuse la défaite et lance dès le 18 juin 1940 un appel à la résistance depuis la radio de Londres. Ce discours passe presque inaperçu au moment de sa diffusion à cause de la confusion régnant en France. Il est rejoint par environ 7000 personnes. Ce petit nombre de personnes constitue les Forces françaises libres (FFI) et engage la résistance extérieure. Cependant, la France française libre n'est pas tout de suite reconnue par les Alliés et a peu de contacts avec la résistance intérieure.

-

L'appel du 18 juin du Général De Gaulle

Semnoz via Wikimedia Commons

IV

Schéma Bilan

-
pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.