Première L 2015-2016
Kartable
Première L 2015-2016

Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle

I

Le cycle menstruel féminin

Cycle menstruel

Le cycle menstruel est le cycle sexuel chez la femme. Il se compose de plusieurs cycles mettant en jeu les différentes composantes de l'appareil génital féminin, sous contrôle hormonal. Il démarre le premier jour des règles et dure en moyenne 28 jours.

Chez la femme, le cycle sexuel s'appelle le cycle menstruel. Il se nomme ainsi car il dure en moyenne 28 jours, soit approximativement un mois. Il démarre le premier jour des règles et regroupe en réalité plusieurs cycles sous contrôle hormonal.

Les moyens de contraception hormonaux s'appuient sur le fonctionnement du cycle ovarien.

A

Le cycle ovarien

Le cycle ovarien se découpe en deux phases :

  • La phase folliculaire
  • La phase lutéinique
1

La phase folliculaire

Cette phase se déroule du premier au quatorzième jour du cycle dans les ovaires.

  • Sous influence hormonale, une dizaine de follicules ovariens se transforment en follicules cavitaires.
  • Neuf de ces follicules dégénèrent, un seul se transforme en follicule dominant.
  • Ce follicule dominant devient le follicule de De Graaf qui contient l'ovocyte.
  • Au quatorzième jour l'ovocyte est expulsé du follicule, c'est l'ovulation.
Phase folliculaire

La phase folliculaire est la phase de croissance d'un follicule ovarien en follicule de De Graaf. L'ovulation achève la phase folliculaire.

2

Phase lutéinique

Cette phase se déroule entre le quatorzième et le vingt-huitième jour du cycle menstruel.

Le follicule vidé de son ovocyte devient un corps jaune :

  • S'il y a fécondation : le corps jaune devient un corps jaune de grossesse.
  • S'il n'y a pas fécondation : le corps jaune continue à se développer pendant environ sept jours avant de dégénérer.
Phase lutéinique

La phase lutéinique est la phase de croissance et de dégénérescence du corps jaune jusqu'à la fin du cycle.

B

Régulation hormonale du cycle menstruel

Chacune des étapes du cycle menstruel est sous contrôle hormonal.

Trois structures jouent un rôle hormonal :

  • L'hypothalamus, qui produit la GnRH.
  • L'hypophyse, qui produit la LH et la FSH.
  • Les ovaires, qui produisent l'oestradiol, une hormone de la classe des oestrogènes, et la progestérone.

L'hypothalamus et l'hypophyse forment le complexe hypothalamo-hypophysaire, situé dans le cerveau.

Au début du cycle:

  • L'hypothalamus produit de la GnRH.
  • La GnRH entraîne une production de FSH par l'hypophyse.
  • La FSH entraîne le développement d'une dizaine de follicules ovariens.
  • Les follicules ovariens produisent des oestrogènes.
  • Les oestrogènes agissent sur l'hypothalamus en faisant baisser la GnRH.
  • La diminution de la GnRH fait baisser la production de FSH par l'hypophyse.
  • La diminution de la FSH fait dégénérer tous les follicules ovariens sauf un, qui, à l'aide du reste de FSH, devient le follicule de De Graaf.
  • Le follicule de De Graaf produit une grande quantité d'oestrogènes.
  • Ces oestrogènes entraînent la libération d'un pic de LH et d'un pic de FSH par l'hypophyse.
  • Ces pics de LH et de FSH entraînent l'ovulation.
  • Le follicule de De Graaf vidé de son ovocyte devient le corps jaune qui produit de la progestérone.
  • S'il n'y a pas de fécondation, le corps jaune dégénère, la progestérone également, ce qui permet à l'hypothalamus de produire de nouveau de la GnRH.
  • Début d'un nouveau cycle.
-

Les cycles menstruels chez la femme

-

Contrôle hormonal du cycle menstruel

II

La contraception

A

Historique des méthodes de régulation des naissances

Les méthodes de régulation des naissances existent depuis l'Antiquité et évoluent encore aujourd'hui :

  • Antiquité : Préservatifs en boyaux.
  • 1844 : Préservatif en caoutchouc réutilisable.
  • 1924 : Méthode Ogino consistant à calculer son cycle pour être abstinents les jours supposés de fertilité.
  • 1928 : Stérilet en métal.
  • 1930 : Premier condom en latex.
  • 1956 : Invention de la première pilule contraceptive.
  • 1960 : Commercialisation de la première pilule contraceptive aux USA.
  • 1969 : Stérilet au cuivre.
  • 1975 : Autorisation en France au recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).
  • 1998 : Commercialisation en France du premier préservatif féminin.
  • 2001 : Contraception d'urgence disponible sans prescription et gratuite pour les mineures en France. Premier implant contraceptif en France.
  • 2002 : Premier stérilet hormonal en France.
  • 2004 : Premier patch contraceptif et premier anneau vaginal en France.
B

Mode d'action des contraceptifs hormonaux

Contraceptif hormonal

Les contraceptifs hormonaux libèrent des oestrogènes et de la progestérone en dose constante pour bloquer la production de FSH et le pic de LH chez la femme, et ainsi bloquer l'ovulation.

La pilule contraceptive ou l'anneau vaginal sont des contraceptifs hormonaux.

La pilule contraceptive :

  • C'est une contraception orale.
  • Elle se prend à mesure d'un cachet par jour sur trois semaines avec interruption d'une semaine, ou quatre semaines sans interruption.

L'anneau vaginal :

  • C'est un anneau placé au fond du vagin qui libère des oestrogènes et de la progestérone.
  • Il reste placé trois semaines puis est retiré pour laisser une semaine de règles.

Le patch contraceptif :

  • Il libère des oestrogènes et de la progestérone.
  • Il faut en porter trois à la suite pendant sept jours chacun, puis une semaine d'interruption.

L'implant :

  • Placé sous la peau du bras, il libère de la progestérone.
  • Il fonctionne pendant trois ans.

La contraception d'urgence, comme son nom l'indique, est à prendre en cas de rapport non protégé pour protéger d'une possible fécondation.

  • Elle bloque le pic de LH par une forte dose hormonale.
  • Elle est à prendre 72 heures au maximum après le rapport non protégé, au mieux dans les 24 heures pour une efficacité optimale.
  • Elle n'agit en aucun cas sur les IST.

Les contraceptifs hormonaux sont sources d'effets secondaires que les innovations tendent à diminuer. Cependant, il est nécessaire que les prescriptions soient réalisées par un médecin spécialiste pour les amoindrir en adaptant au mieux la contraception à la patiente.

III

L'interruption volontaire de grossesse médicamenteuse

Lors d'une grossesse non désirée, il est légal pour une femme de l'interrompre : c'est l'interruption volontaire de grossesse ou IVG.

Cette IVG peut être médicamenteuse, dans ce cas, elle n'est réalisable que jusqu'à 5 semaines de grossesse (soit sept semaines après le début des dernières règles).

Elle consiste en une prise de mifépristone, qui est un analogue de la progestérone. La progestérone est l'hormone produite par la femme durant la grossesse qui permet de maintenir cette dernière. La mifépristone va se fixer sur les récepteurs de la progestérone, sans induire d'effet, ce qui va empêcher la progestérone de remplir son rôle. De la sorte, la grossesse s'interrompt.

L'avortement se produit entre 4h et 72h après la prise du médicament et s'accompagne de saignements similaires à des règles pendant une dizaine de jours.

IVG médicamenteuse

Une IVG médicamenteuse est une interruption volontaire de grossesse réalisable par la prise de mifépristone jusqu'à 5 semaines de grossesse.

IV

L'infertilité et la procréation médicalement assistée

A

Les causes d'infertilité

Infertilité

L'infertilité est l'incapacité à concevoir des enfants.

La principale cause d'infertilité chez l'homme et chez la femme est un problème hormonal.

  • Soit il s'agit d'un dysfonctionnement dans la production d'hormones du complexe hypothalamo-hypophysaire (GnRH, LH, FSH), ce qui dérègle les productions de gamètes par les testicules ou les ovaires.
  • Soit il s'agit d'un dysfonctionnement des gonades, défaut d'oestrogènes chez la femme, de testostérone chez l'homme.

Ces problèmes hormonaux peuvent être d'origine génétique ou environnementale, certains syndromes comme la ménopause précoce ont des causes encore méconnues.

L'infertilité peut également être causée par certaines IST.

B

La procréation médicalement assistée ou PMA

1

L'insémination artificielle

L'insémination artificielle se déroule en plusieurs étapes :

  • La femme subit un traitement hormonal visant à atteindre la production d'un ou plusieurs follicules ovariens.
  • Par des suivis de températures, des échographies et des prises de sang, la maturation des follicules est suivie. Le sperme préalablement récolté de l'homme est injecté dès l'instant où le ou les follicule(s) sont arrivés à maturité.

Plusieurs inséminations artificielles sont parfois nécessaires avant l'obtention d'un résultat.

2

La FIVETE

FIVETE signifie fécondation in vitro avec transfert embryonnaire.

In vitro signifie en dehors de l'organisme, cette technique est donc utilisée quand l'insémination artificielle n'a pas fonctionné, ou que l'un des deux membres du couple est stérile.

Elle consiste à récupérer plusieurs ovocytes chez la femme après un traitement hormonal. Ces ovocytes sont mis en culture avec les spermatozoïdes récoltés chez le conjoint. Quand la fécondation a eu lieu sur plusieurs des ovocytes, ceux-ci sont réinjectés dans l'utérus de la femme. Un ou plusieurs peuvent s'accrocher et permettre ainsi à la femme de mener une grossesse.

Quand la fécondation ne peut pas se produire lors de la mise en culture des gamètes, par exemple si le sperme ne contient pas de spermatozoïdes, une FIVETE avec ISCI (injection d'un spermatozoïde dans un ovocyte) est possible. Les spermatozoïdes peuvent être récoltés dans les testicules par voie chirurgicale, pour qu'ensuite l'un d'eux soigneusement choisi soit injecté directement dans l'ovule prélevé chez la femme. Il suffit ensuite de mettre en culture les différentes potentielles cellules-œufs pour les réinjecter deux à trois jours plus tard dans l'utérus.

V

Les infections sexuellement transmissibles ou IST

Les infections sexuellement transmissibles sont, comme leur nom l'indique, transmises par les rapports sexuels, avec ou sans pénétration. Elles sont nombreuses, avec des conséquences diverses comme :

  • La blennorragie : elle peut causer la stérilité et des malformations chez les nouveau-nés.
  • La syphilis : elle cause des atteintes cardio-vasculaires et neurologiques.
  • L'herpès génital : il peut être nocif pour le nouveau-né en cas de transmission lors de l'accouchement.
  • Le papillomavirus : il cause une grande part des cancers du col de l'utérus.
  • Le VIH : il est le virus à l'origine du SIDA et peut être mortel.

Les IST sont à l'origine de nombreux cas de stérilité entre autres conséquences, et sont souvent absentes de symptômes tout en étant transmissibles, il est donc important de s'en prémunir :

  • Par l'usage du préservatif qui est le seul moyen de contraception qui protège contre toutes les IST.
  • Par l'administration de vaccins contre certaines IST comme le papillomavirus ou l'hépatite B.
  • Par une hygiène quotidienne et une surveillance par un médecin spécialisé, notamment en cas de symptômes tels que brûlures ou démangeaisons.
pub

Demandez à vos parents de vous abonner

Vous ne possédez pas de carte de crédit et vous voulez vous abonner à Kartable.

Vous pouvez choisir d'envoyer un SMS ou un email à vos parents grâce au champ ci-dessous. Ils recevront un récapitulatif de nos offres et pourront effectuer l'abonnement à votre place directement sur notre site.

J'ai une carte de crédit

Vous utilisez un navigateur non compatible avec notre application. Nous vous conseillons de choisir un autre navigateur pour une expérience optimale.