Se connecter
ou

Les migrations

I

Au Royaume-Uni

A

Immigration asiatique

C'est au XVIIe siècle qu'arrivent les premiers immigrants venus de la colonie anglaise en Inde, pour la plupart des domestiques au service d'agents de la Compagnie des Indes. C'est à partir du XIXe siècle que l'immigration en provenance d'Inde change et s'accroît considérablement. C'est ainsi qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, une communauté indienne est déjà bien implantée en Grande-Bretagne, depuis plusieurs générations, et constituée d'hommes d'affaires, d'étudiants, de commerçants et d'artistes.

Indien Indian
Domestique Servant
Homme d'affaires Businessman
Étudiant Student
Artiste Artist
B

Immigration africaine

Après la Seconde Guerre mondiale, une vague d'immigrants venue des Caraïbes s'est installée en Grande-Bretagne. Descendants des esclaves employés dans les plantations de canne à sucre des Antilles, ils viennent travailler au Royaume-Uni qui encourage leur installation face à la pénurie de main-d'œuvre après la guerre. Ils viennent principalement de Jamaïque et de Trinidad-et-Tobago. Le navire britannique Windrush proposait une traversée à très faible coût à toute personne désireuse de venir travailler au Royaume-Uni.

La communauté caribéenne est très implantée à Londres, Birmingham et dans les Midlands. Le carnaval de Notting Hill, quartier caribéen de Londres, attire chaque année des gens du monde entier.

Caribéen Caribbean
Les Caraïbes Caribbean islands
Pénurie Shortage / Lack of
Carnaval Carnival
C

Immigration européenne

Au XIXe siècle, de nombreux Irlandais fuyant la famine viennent s'installer en Grande-Bretagne, même si cette vague est moins importante que celle en direction des États-Unis.

L'immigration augmente après la Seconde Guerre mondiale, puis lorsque la Grande-Bretagne entre dans l'Union européenne en 1973, attirant beaucoup d'Européens de l'Est, mais surtout depuis les années 1990. Un afflux massif d'immigrants arrive au Royaume-Uni : leur nombre est estimé à 13,4% de la population en 2001. Il s'agit d'une immigration de type économique (ils viennent pour trouver du travail) ou politique. Le nombre de demandeurs d'asile est très important.

Les Irlandais The Irish
Un travail A job
Afflux Influx / Flood
Famine Famine / Starvation
Demandeur d'asile Asylum-seeker
II

Aux États-Unis

A

Immigration européenne

Historiquement, dès le XVIIe siècle, ce sont les Européens, Hollandais, Français, Espagnols et Anglais (la première colonie anglaise, Jamestown, date de 1607) qui se sont installés en Amérique du Nord et se sont livré bataille pour le contrôle du territoire nord-américain. Les Hollandais avaient fondé la Nouvelle-Amsterdam qui est ensuite devenue New York en passant aux mains des Anglais en 1664. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, ils sont rejoints par de nombreux autres Européens (Allemands notamment) fuyant la pauvreté ou les persécutions religieuses (de nombreux protestants partent pour l'Amérique).

À cette époque, le continent était peuplé de tribus amérindiennes qui ont été déplacées au fur et à mesure de l'extension de la colonisation vers l'ouest, jusqu'au XIXe siècle.

Une autre vague d'immigrants européens arrive massivement au XIXe siècle : les Irlandais qui doivent quitter leur île à cause de la Grande Famine de la pomme de terre (1845 − 1852).

À la fin du XIXe siècle, d'autres Européens rejoignent les États-Unis : Suédois et Norvégiens (9%), ainsi qu'Italiens (16%), qui représentent une part importante de l'immigration pendant plusieurs décennies, créant des quartiers communautaires, comme le "Little Italy" new-yorkais. Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914, l'affluence du vieux continent vers les États-Unis augmente : beaucoup de Russes (18%) et de citoyens de l'Empire austro-hongrois.

Face à ces nombreuses vagues d'immigration, l'île d'Ellis Island fait office de centre d'enregistrement des immigrants à partir de 1892, jusqu'en 1954. Les plus malades d'entre eux sont renvoyés ou mis en quarantaine, ce qui donne à l'île le surnom de "Isle of tears" (l'île des larmes).

Amérindiens Native Americans
S'installer To settle down
Quartier Neighbourhood (UK) / Neighborhood (US)
Fuir To run away from
Quarantaine Quarantine
B

Autres immigrations

L'immigration forcée des esclaves est venue fournir aux colons une main-d'œuvre peu coûteuse. Le commerce triangulaire s'est mis en place dès le XVIIe siècle, jusqu'au début du XIXe. L'esclavage est aboli aux États-Unis en 1865.

Au XIXe siècle, lors de l'expansion vers l'ouest et la construction du chemin de fer transcontinental, de nombreux Chinois fournissent également une main-d'œuvre à bas prix.

Au début du XXe siècle, face à un afflux toujours croissant d'immigrants sur son sol, l'Amérique décide d'établir des quotas par nationalité afin de limiter le nombre d'arrivants : votée en 1921, la loi est abandonnée en 1965.

Il s'ensuit une nouvelle vague d'immigration venue d'Amérique latine et des Caraïbes. De nombreux Mexicains traversent le Rio Grande (fleuve qui sépare le Mexique et les États-Unis), ce qui leur vaut le surnom de "Wetbacks" (Dos mouillés). Les immigrés latino-américains représentent aujourd'hui environ 17% de la population américaine. Il s'agit de la plus nombreuse des communautés immigrées (environ 53 millions en 2013).

Si les États-Unis restent une terre d'immigration, un formidable melting-pot, la question de l'immigration et de sa limitation, le problème des clandestins, restent sujets à débats et polémiques.

Esclavage Slavery
Commerce triangulaire Triangular trade
Main-d'œuvre Workforce
Latino-américains Latin Americans
Chemin de fer Railway
Clandestin Illegal immigrant
Limiter To restrict
Quota Quota