Devenir Premium
Se connecter
ou

Reconnaître un genre littéraire Exercice fondamental

Difficulté
<2 MIN

À quel genre littéraire appartiennent les textes suivants.

1

Me voilà saisi derechef
D'étonnement et d'épouvante.
Ce chef passe, et le corps, et chaque queue aussi :
Rien ne les empêcha ; l'un fit chemin à l'autre.
Je soutiens qu'il en est ainsi
De votre Empereur et du nôtre.

Jean de La Fontaine, "Le Dragon à plusieurs têtes et le Dragon à plusieurs queues"

2

Maintenant, il les faisait illustrer de gravures, il les accompagnait même d'échantillons, collés sur les feuilles. C'était un débordement d'étalages, le Bonheur des Dames sautait aux yeux du monde entier, envahissait les murailles, les journaux, jusqu'aux rideaux des théâtres. Il professait que la femme est sans force contre la réclame, qu'elle finit fatalement par aller au bruit.

Émile Zola, Au bonheur des dames

3

Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple, et dont l'exécution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi.
Moi seul. Je sens mon cœur, et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j'ai vus ; j'ose croire n'être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m'a jeté, c'est ce dont on ne peut juger qu'après m'avoir lu.

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions

4

Et c'est pour cela, maudite chère enfant gâtée, que je suis maintenant couché à tes pieds, cherchant dans toute ta personne le reflet de la redoutable Divinité, de la fatidique marraine, de la nourrice empoisonneuse de tous les lunatiques.

Charles Baudelaire, "Les Bienfaits de la Lune"

5

Que si j'eusse été entre ces nations qu'on dit vivre encore sous la douce liberté des premières lois de nature, je t'assure que je m'y fusse très volontiers peint tout entier, et tout nu. Ainsi, lecteur, je suis moi-même la matière de mon livre : ce n'est pas raison que tu emploies ton loisir en un sujet si frivole et si vain. Adieu donc ; de Montaigne, ce premier de mars mil cinq cent quatre vingts.

Michel de Montaigne, Les Essais

6

Comme le soleil déclinait au couchant, allongeant sur le sol l'ombre du moindre caillou, Jean Valjean était assis derrière un buisson dans une grande plaine rousse absolument déserte. Il n'y avait à l'horizon que les Alpes. Pas même le clocher d'un village lointain. Jean Valjean pouvait être à trois lieues de Digne. Un sentier qui coupait la plaine passait à quelques pas du buisson.

Victor Hugo, Les Misérables

7

LA REINE (Elle déplie la lettre résolument et lit) :
Madame, sous vos pieds, dans l'ombre, un homme est là
"Qui vous aime, perdu dans la nuit qui le voile ;
"Qui souffre, ver de terre amoureux d'une étoile ;
"Qui pour vous donnera son âme, s'il le faut ;
"Et qui se meurt en bas quand vous brillez en haut."

Victor Hugo, Ruy Blas

8

CALONICE :
Elles viendront, ma chère. Il n'est pas si aisé aux femmes de sortir de la maison. L'une est occupée auprès de son mari ; l'autre réveille son esclave ; celle-ci couche son enfant, celle-là le baigne, une autre lui donne à manger.

LYSISTRATA :
Il y a des affaires plus pressantes qui les attendent.

CALONICE :
Mais, ma chère Lysistrata dans quel dessein as-tu convoqué les femmes ? Quelle est donc cette affaire ? Est-elle grande ?

LYSISTRATA :
Elle est grande.

CALONICE :
Et est-elle grosse ?

Aristophane, "Lysistrata"

9

Après le coup d'œil que j'avais pu jeter sur les Martiens émergeant du cylindre dans lequel ils étaient venus de leur planète sur la Terre, une sorte de fascination paralysa mes actes. Je demeurai là, enfoncé jusqu'aux genoux dans la bruyère, les yeux fixés sur le monticule qui les cachait. En moi la crainte et la curiosité se livraient bataille.

George Wells, La Guerre des mondes