Le bonheurAuteurs

-

Platon

428 av. J.-C.−347 av. J.-C.

Platon naît à Athènes dans une famille aristocrate en 428 av. J.-C. Il suit une carrière politique. Au cours de sa jeunesse, il écrit de nombreuses poésies et tragédies. À vingt ans, il fait la connaissance de Socrate et abandonne sa carrière politique au profit de la philosophie. Il adopte la dialectique (raisonnement logique par thèse, antithèse et synthèse). Il est le disciple de Socrate neuf ans, jusqu'à la mort de son maître. C'est durant cette période qu'il décide de rédiger les dialogues socratiques, mettant en scène Socrate et divers interlocuteurs, pour diffuser le savoir de son maître.
Platon voyage beaucoup en Méditerranée et observe le monde pour en tirer des leçons philosophiques qu'il retranscrit dans ses œuvres. Il évoque à de nombreuses reprises les sujets politiques. Durant ses voyages, il s'oppose au tyran de Syracuse, Denys, qui le réduit en esclavage. Il est reconnu par un ancien disciple de Socrate sur un marché. Il est acheté par cet homme qui le libère. De retour à Athènes, Platon fonde l'Académie en 387 av. J.-C., où Aristote sera élève. Platon y enseigne jusqu'à sa mort en 347 av. J.-C.

Œuvres principales
La République
Le Banquet
Protagoras
Ménon

-

Épicure

341 av. J.-C.−270 av. J.-C.

Épicure est un philosophe grec né en 341 av. J.-C. Il s'installe à Athènes en 306 av. J.-C. pour fonder une école ouverte à tous, surnommée « le Jardin ». Il prône une vie simple et sage fondée sur l'harmonie et l'amitié. Sa recherche du plaisir suppose de fuir les désirs vains. Épicure meurt en 270 av. J.-C., en proie à la souffrance et à la maladie.

Œuvres principales
Lettre à Hérodote
Lettre à Ménécée
Lettre à Pythoclès

-

Sénèque

4 av. J.-C.−65 apr. J.-C.

Sénèque naît dans le sud de l'Espagne en 4 av. J.-C. Sa famille part s'installer à Rome. Très malade durant son adolescence, il va passer quelque temps en Égypte pour y être soigné. En 31, il revient à Rome et intègre la magistrature romaine. Il est conseiller sous le règne de l'empereur Caligula, mais est condamné à l'exil en 41 sous Claude.
Sénèque est rappelé à Rome en 49 et devient précepteur de Néron. Lorsque Néron devient empereur, Sénèque devient l'un de ses plus proches conseillers. Il écrit de nombreux discours pour Néron et accède au poste de magistrat principal en 55. Il est l'un des hommes les plus fortunés de la ville.
En parallèle de sa vie politique, Sénèque rédige des tragédies et de nombreux traités philosophiques. Figure majeure de la philosophie stoïcienne, il prône l'usage de la raison en se détachant de tout bien matériel pour atteindre la vie heureuse et la tranquillité de l'âme. En 62, il tombe en disgrâce auprès de Néron. Il est accusé d'avoir participé à un complot visant à tuer Néron. Sénèque est condamné à mort par suicide : il s'ouvre les veines le 12 avril 65.

Œuvres principales
Sur la tranquillité de l'âme
De la vie heureuse
Lettres à Lucilius
Médée

-

Épictète

50−125

Né en 50 apr. J.-C., Épictète est un philosophe grec stoïcien. Après avoir été esclave puis affranchi, il ouvre une école stoïcienne dans la cité grecque de Nicopolis où il enseigne alors la philosophie. D'après lui, l'homme étant soumis à la fatalité de son destin, il ne peut atteindre le bonheur qu'en se concentrant sur ce qui dépend de lui et en acceptant les événements ordonnés par les lois de la nature.

Œuvre principale
Manuel

-

René Descartes

1596−1650

Né en Touraine en 1596, Descartes est élevé par sa grand-mère. Après une formation militaire, à vingt ans, il entreprend de nombreux voyages à travers l'Europe. Homme de sciences, il se base sur une conception rationnelle du monde. Il est célèbre pour la formule cogito ergo sum (« je pense donc je suis ») qu'il mentionne dans son Discours de la méthode en 1637 et dans les Méditations métaphysiques. Cherchant à établir une vérité absolue, Descartes décide de mettre au point une méthode du doute qui remet en cause toutes les vérités établies jusqu'alors.  Il est considéré comme l'un des plus grands philosophes de son temps. Il meurt en 1650.

Œuvres principales 
Discours de la méthode
Méditations métaphysiques

-

Baruch Spinoza

1632−1677

Spinoza est un philosophe néerlandais né en 1632 dans une famille juive ayant fui les persécutions de l'Inquisition. En 1656, il est lui-même excommunié de la communauté juive. Spinoza cherche à montrer que la philosophie et la vie selon la raison conduisent l'être humain à l'équilibre personnel et social, en le délivrant des superstitions et des passions. Ses propos choquent la censure. Ses œuvres principales seront publiées à titre posthume. Il meurt en 1677 à La Haye.

Œuvres principales
Traité de la réforme de l'entendement
Traité théologico-politique
Éthique

-

Jean-Jacques Rousseau

1712−1778

Jean-Jacques Rousseau naît en 1712. Il perd sa mère alors qu'il est très jeune, puis il est abandonné par son père à l'âge de dix ans et est élevé par son oncle. Il vit une vie d'errance. Plus tard, il rencontre Madame de Warens, qui devient sa maîtresse et bienfaitrice. À trente ans, il devient précepteur dans une famille à Lyon. Puis il retourne à Paris, où il vit avec une servante, Thérèse Levasseur, avec qui il a cinq enfants qu'il abandonne. Diderot, avec qui il se lie d'amitié, lui demande de participer à son vaste projet encyclopédique. Au sommet de sa gloire en 1750 grâce à son Discours sur les sciences et les arts, Rousseau abandonne Thérèse Levasseur pour revenir dans sa contrée natale. Il en profite pour y entreprendre la rédaction de ses œuvres les plus connues comme Émile ou De l'éducation. Après divers voyages à l'étranger, il retourne vivre en France pour terminer sa vie dans l'isolement. Il meurt en 1778.

Œuvres principales
Du contrat social
Discours sur les sciences et les arts
La Nouvelle Héloïse
Émile ou De l'éducation
Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes
Les Confessions
Les Rêveries du promeneur solitaire

-

Emmanuel Kant

1724−1804

Emmanuel Kant naît en Prusse-Orientale en 1724. Pétri de morale religieuse, il est attiré par les sciences, qu'il enseigne à partir de 1755 à l'université de Königsberg. La philosophie kantienne répond à trois questions, dont l'une touche à la métaphysique (Que puis-je connaître ?), l'autre à la morale (Que dois-je faire ?) et la dernière à la religion (Que m'est-il permis d'espérer ?). Kant meurt en 1804.

Œuvres principales
Critique de la raison pure
Fondements de la métaphysique des mœurs
Critique de la raison pratique
La Religion dans les limites de la simple raison
Projet de paix perpétuelle

-

Arthur Schopenhauer

1788−1860

Arthur Schopenhauer naît en 1788 à Dantzig (Prusse). Fils de commerçant, il voyage pour apprendre les langues mais, à la mort de son père, il entame des études littéraires. Plusieurs échecs le mènent à la dépression. Ses cours, notamment, sont délaissés par ses étudiants qui lui préfèrent Hegel, son grand rival. Il connaît cependant un succès tardif. Il meurt en 1860.

Œuvres principales
Le Monde comme volonté et représentation
L'Art d'avoir toujours raison
Parerga et Paralipomena

-

Henri Bergson

1859−1941

Henri Bergson naît en 1859 à Paris où il suit des études et gagne le premier prix du concours général de mathématiques ; cependant, préférant les lettres aux sciences, il intègre l'École Normale supérieure et obtient l'agrégation de philosophie. Après la publication de sa thèse de doctorat intitulée Essai sur les données immédiates de la conscience, il publie son ouvrage Matière et mémoire, dans lequel il s'appuie sur le domaine médical pour mettre en avant ses idées philosophiques. Puis, il s'intéresse à la théorie de l'évolution et rédige L'Évolution créatrice. En 1927, il reçoit le prix Nobel de littérature, mais sa santé se dégrade trop pour qu'il puisse se rendre à Stockholm et recevoir son prix. Il décède en 1941.

Œuvres principales
Essai sur les données immédiates de la conscience
Matière et mémoire
L'Évolution créatrice