L'égalité, l'inégalité et la discrimination Cours

Tous les êtres humains sont uniques et ont une identité propre. L'égalité, droit fondamental reconnu internationalement, n'est pas toujours respectée. Certaines personnes sont alors rejetées ou mises à l'écart. Ces discriminations sont pourtant condamnées par la loi, des institutions. Des associations basées sur la tolérance et la solidarité viennent en aide aux victimes de ces discriminations.

I

Le principe d'égalité

A

Des identités multiples

À l'école comme dans la société, certains éléments différencient les individus. Ces différences qui forgent l'identité de chacun reposent sur 3 caractéristiques :

  • Des différences physiques (couleur de la peau, sexe, origine, taille)
  • Des différences sociales (travail, niveau d'étude)
  • Des différences culturelles (goûts, religion, etc.)

Ces différences sont une richesse pour tous. Elles permettent de comprendre l'identité de chacun en comprenant et acceptant celle des autres. L'altérité permet ainsi la tolérance.

Altérité

L'altérité correspond à l'état, à la qualité de ce qui est autre, distinct, différent.

Tolérance

La tolérance est l'attitude de quelqu'un qui admet chez les autres des manières de penser et de vivre différentes des siennes.

B

Une seule humanité

Malgré d'anciens préjugés selon lesquels les hommes pouvaient être classés selon leurs races, les scientifiques ont prouvé que celles-ci n'existaient pas. Tous les hommes ont la même origine et appartiennent à la même espèce humaine. De plus, l'égalité entre les hommes est reconnue par des textes fondamentaux :

  • la Déclaration des droits de l'homme de 1789
  • la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948
Document 1

Extraits de la déclaration des Droits de l'Homme et du citoyen

www.conseil-constitutionnel.fr

1789

Article premier
Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. (...)

Article 6
La Loi est l'expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu'elle protège, soit qu'elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Document 2

Extraits de la déclaration Universelle des droits de l'Homme

www.un.org

Article premier
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits (...)

Article 2
Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante. (...)

Article 7
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination

Document 3

Le point de vue du scientifique sur l'humanité

Albert Jacquard, l'Equation du nénuphar, ed Calmann-Lévy

1998

Il se révèle impossible de classer les différentes populations humaines en races. Selon le niveau de précision que l'on cherche à respecter, on peut finalement énoncer soit qu'il n'y a pas de races dans notre espèce, soit qu'il n'y en a qu'une: l'humanité, soit qu'il y en a autant que d'humains. La conséquence la plus claire est que tout raisonnement faisant référence à des races humaines est dépourvu de base scientifique (...) Puisque la notion de race ne recouvre aucune réalité, il est clair qu'être raciste, c'est-à-dire porter un jugement sur un individu en fonction de son appartenance à une race, est totalement dépourvu de sens.

II

L'inégalité et les discriminations

A

La définition des discriminations

Si tous les hommes sont égaux, il arrive que les différences entraînent une mise à l'écart ou un traitement différent de certaines personnes: on parle alors de discrimination. Ces discriminations ne respectent pas l'égalité et peuvent avoir de graves conséquences pour les personnes concernées. C'est pour cela que cela constitue un délit punit par la loi. Il existe différents types de discriminations :

  • Le racisme ou toute discrimination basée sur l'origine ethnique.
  • Le sexisme ou toute discrimination basée sur l'identité ou l'orientation sexuelles.
  • Les discriminations contre les handicapés, contre les personnes perçues comme grosses, etc.

Il existe cependant des cas de discrimination positive c'est-à-dire que l'on s'appuie sur les différences pour favoriser certaines personnes. C'est le cas à l'école où l'on va adapter l'aide aux difficultés de certains élèves.

Racisme

Le racisme est une discrimination fondée sur la croyance qu'il existe une hiérarchie entre les hommes, les races.

Penser que les personnes de couleur blanche seraient supérieures aux personnes d'autres couleurs est du racisme.

Sexisme

Le sexisme est une discrimination fondée sur le sexe.

Considérer que les femmes sont plus faibles que les hommes est du sexisme.

Le Code pénal définit les discriminations

Code Pénal. Article 225−1

Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

B

Lutter contre les inégalités et les discriminations

La discrimination s'oppose à l'égalité et est contraire à la loi. La justice condamne les responsables de discriminations que ce soit des personnes ou même des entreprises. Différents éléments et acteurs participent à la lutte contre les discriminations :

  • Des lois condamnent les discriminations sous toutes leurs formes
  • Un organisme public, la Halde, Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité.
  • Des associations comme la LICRA (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme), SOS racisme, le CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France), La Ligue des Droits de l'Homme, etc. Elles permettent aux victimes de se défendre, de recevoir de l'aide et des conseils.
Document 1

Extraits du Code pénal sur les discriminations

Code pénal. Art 225−2

2018

La discrimination (...) est punie de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 Euros d'amende lorsqu'elle consiste :

  • À refuser la fourniture d'un bien ou d'un service.
  • À entraver l'exercice normal d'une activité économique quelconque.
  • À refuser d'embaucher, à sanctionner ou à licencier une personne.
  • À subordonner la fourniture d'un bien ou d'un service à une condition fondée sur l'un des éléments visés à l'article 225−1
  • À subordonner une offre d'emploi, une demande de stage ou une période de formation en entreprise à une condition fondée sur l'un des éléments visés à l'article 225−1 ; (...)

Lorsque le refus discriminatoire est commis dans un lieu accueillant du public ou aux fins d'en interdire l'accès, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 75 000 Euros d'amende.

Document 2

Loi Pleven relative à la lutte contre le racisme

www.legifrance.gouv.fr

1er juillet 1972

Article 1 : Ceux qui […] auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée seront punis d'une peine d'emprisonnement d'un mois à un an et d'une amende de 300 à 45 000 € ou de l'une de ces deux peines seulement.

-

Affiche de l'association SOS racisme pour l'organisation d'un concert

Flickr.com

Antisémitisme

Discrimination et hostilité dirigée contre les personnes de religion juive.