Devenir Premium
Se connecter
ou

Responsabilité et engagement face aux risques Cours

Le territoire français est menacé par de nombreux risques. Ils sont soit d'origine naturelle ou humaine (risques industriels et technologiques). Face à ces risques, des moyens de formation et d'information sont mis en place pour que chaque citoyen connaisse les gestes et attitudes à adopter en cas de catastrophe.

I

Les principaux risques

Risque

Un risque est la probabilité qu'un aléa naturel ou technologique touche un espace peuplé. L'exposition d'une population à un aléa détermine sa vulnérabilité.

Les inondations sont le risque naturel qui menace le plus le territoire français. Elles sont provoquées par de fortes précipitations et peuvent être aggravées par de fortes marées.

A

Les risques naturels

Catastrophe

Une catastrophe est la réalisation d'un risque.

La tempête Xynthia qui a touché le littoral atlantique français en 2010 fut une catastrophe. Elle a provoqué la mort de 47 personnes et plus de 1,5 milliard d'euros de dégâts.

Les risques naturels sont, par définition, ceux causés par des aléas d'origine naturelle. Ils touchent le territoire dans des proportions différentes et sont plus ou moins marqués selon les climats et reliefs présents. On peut citer dans l'ordre d'importance des espaces concernés :

  • le risque d'inondation, concernant plus de 30 % du territoire au niveau des vallées fluviales
  • le risque de submersion-tempête sur tous les littoraux
  • le risque sismique
  • le risque d'éboulement, de glissement de terrain, d'avalanche dans les espaces à falaise et montagneux
  • le risque volcanique et cyclonique dans les territoires ultra-marins
-

Inondation à Saint-Rémy-lès-Chevreuses (Yvelines) en 2016

Lionel Allorge via Wikimedia Commons

Territoires ultra-marins

Les territoires ultra-marins appelés aussi d'outre-mer sont les territoires français qui ne sont situés ni en métropole ni en Corse : il s'agit de la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, La Réunion, Mayotte, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, Saint-Barthélemy, Saint-Martin, Saint-Pierre-et-Miquelon, les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) et les îles de Wallis-et-Futuna.

B

Les risques technologiques

Les risques industriels et technologiques sont induits par l'activité humaine. Ils concernent essentiellement les espaces urbains et les grandes infrastructures de transport. On peut citer par exemple :

  • les activités industrielles, chimiques et nucléaires
  • les transports de matières dangereuses sur terre ou sur mer
  • la pollution agricole et urbaine
-

Naufrage de l'Amoco Cadiz en mars 1978 au large des côtes bretonnes

NOAA via Wikimedia Commons

II

S'engager individuellement et collectivement face aux risques

A

S'informer face aux risques

C'est d'abord à l'échelle de sa commune que chaque citoyen peut s'informer sur les risques qui le concerne. Si un risque est présent, les informations disponibles concernent :

  • le ou les risques concernant le territoire de la commune
  • l'existence ou l'état d'avancement de documents d'informations

Ces documents d'information diffèrent selon les types de risques. On trouve :

  • le document communal synthétique des risques majeurs (DCS)
  • le document communal d'information sur les risques majeurs (Dicrim)
  • le plan de prévention des risques naturels (PPRN) ou technologiques (PPRT)

Les régions et les préfectures mettent aussi à disposition sur leurs sites Internet des informations sur l'ensemble des risques. Tous ces documents identifient les territoires concernés, les aménagements pour y faire face ainsi que les procédures de secours en cas de catastrophe.
Enfin, les entreprises classées Seveso doivent mettre en place des règles de sécurité strictes.

SEVESO

La directive Seveso est une directive qui impose aux États européens d'identifier les sites industriels qui représentent des risques pour la population. Ces sites sont alors classés "sites Seveso". Il y a 1224 Seveso en France.

Les industries fabriquant des produits chimiques figurent au classement Seveso.

10 juillet 1976

Un nuage contenant de la dioxine, un gaz très dangereux, s'échappe de l'usine de produits chimiques de Méda en Italie.

La surchauffe d'un réacteur fabricant des produits chimiques provoque la libération d'un nuage toxique de dioxine autour de l'usine. Quatre communes sont touchées, dont Seveso, sans que la population ne soit informée malgré la toxicité et dangerosité du nuage. Cet événement a amené les gouvernements à classer les usines selon leur dangerosité et les risques qu'elles représentent pour les populations, la faune et la flore.

-

Carte des zones inondables issue du PPRN de la commune de Saint-Firmin-sur-Loire (Loiret)

Roland45 via Wikimedia Commons

B

Se former aux risques

Bien que toutes ces informations soient mises à disposition des populations, beaucoup de citoyens ignorent les risques auxquels ils sont exposés :

  • Les démarches de formation concernent d'abord et essentiellement les services des collectivités territoriales (communes, départements, régions).
  • Des exercices sont alors régulièrement effectués pour mettre en situation les responsables politiques, les administration et les moyens de secours en cas de catastrophe.

Pour les citoyens, ce sont des associations comme la Protection civile ou la Croix-Rouge qui proposent des formations de secourisme pour apprendre à réagir en cas de catastrophe ou d'accident. Ces formations concernent essentiellement les gestes de premier secours.

Dans les établissements scolaires, il existe un PPMS (Plan particulier de mise en sûreté face aux risques majeurs). Il s'agit d'une série de procédures à connaître et à effectuer en cas d'accident majeur en attendant les secours.

-

Ambulance et personnel de la Sécurité civile de Paris

Alf Van Beem via Wikimedia Commons

Extraits du bulletin officiel de l'Éducation nationale concernant la mise en place des PPMS dans les établissements scolaires

education.gouv.fr

2018

Les écoles et les établissements scolaires peuvent être confrontés à des accidents majeurs, qu'ils soient d'origine naturelle (tempête, inondation, submersion marine, séisme, mouvement de terrain...), technologique (nuage toxique, explosion, radioactivité...), ou à des situations d'urgence particulières (intrusion de personnes étrangères, attentats...) susceptibles de causer de graves dommages aux personnes et aux biens. En conséquence, chacun doit s'y préparer, notamment pour le cas où leur ampleur retarderait l'intervention des services de secours et où l'école ou l'établissement se trouveraient momentanément isolés. Tel est l'objectif du plan particulier de mise en sûreté (PPMS) face aux risques majeurs, adapté à la situation précise de chaque école et de chaque établissement, qui doit permettre la mise en œuvre des mesures de sauvegarde des élèves et des personnels en attendant l'arrivée des secours ou le retour à une situation normale.
Le code de la sécurité intérieure dispose en son article L.721−1 que "toute personne concourt par son comportement à la sécurité civile" et que "en fonction des situations auxquelles elle est confrontée et dans la mesure de ses possibilités, elle veille à prévenir les services de secours et à prendre les premières dispositions nécessaires".

D'abord mis en place pour savoir comment réagir en cas de catastrophe naturelle ou industrielle, les PPMS concernent aujourd'hui aussi les risques d'attentat et les mesures de confinement à respecter.