L'absurde Cours

Sommaire

ILe contexte historique et les origines de l'absurdeIILes principes majeurs de l'absurdeIIIŒuvres littéraires et auteurs essentiels
-
I

Le contexte historique et les origines de l'absurde

Après la Seconde Guerre mondiale, les intellectuels remettent en cause les philosophies idéalistes et s'interrogent sur leur propre rôle. Les héritiers de l'humanisme et des Lumières qui pensaient que le XXe siècle serait celui de la civilisation constatent qu'il est celui de la barbarie dans sa forme la plus insoutenable. Cette prise de conscience se traduit par des œuvres de révolte et par la naissance de philosophies de la condition humaine. 

Le monde moderne, avec ses progrès techniques et scientifiques, son économie croissante mais instable, ses divergences idéologiques, apparaît comme un univers menaçant où la paix semble bien fragile. La guerre froide (1945−1989) et l'invention de l'arme nucléaire accentuent ce climat d'inquiétude.

II

Les principes majeurs de l'absurde

L'absurdité de l'existence

Pour les auteurs de l'absurde, l'existence est dépourvue de sens et l'homme est condamné à répéter incessamment les mêmes gestes, à accomplir les mêmes actions. Pour montrer concrètement l'absurdité de l'existence, les auteurs proposent des intrigues qui manquent de cohérence, des situations qui parfois n'évoluent pas. Ils inventent des personnages impuissants dont les propos et les comportements sont illogiques. 

Les formes littéraires de l'absurde

Pour rendre compte de l'état de conscience de leurs personnages et du dégoût qu'ils éprouvent face à cette existence dépourvue de sens, les auteurs exploitent les ressources du roman comme la technique de la focalisation interne ou du monologue intérieur. Le théâtre leur offre aussi l'occasion de remettre en question la logique même du langage et de représenter symboliquement l'errance désespérée des hommes et leur incapacité à communiquer.

De l'absurdité à la révolte ou à la dérision

Une angoisse existentielle s'empare de l'homme quand il ne se décide pas à agir mais se laisse porter par le cours des choses sans donner de sens à sa vie. Pour certains auteurs, comme Sartre ou Camus, l'action et l'engagement sont donc essentiels si l'homme veut dépasser cette angoisse. Pour d'autres, comme Ionesco ou Beckett, la seule échappatoire reste l'humour ou la dérision. 

III

Œuvres littéraires et auteurs essentiels 

  • Jean-Paul Sartre : La Nausée, 1938 (roman)
  • Albert Camus : L'Étranger, 1942 (roman)
  • Jean-Paul Sartre : Huis clos, 1944 (pièce de théâtre)
  • Eugène Ionesco : La Cantatrice chauve, 1950 (pièce de théâtre)
  • Samuel Beckett : En attendant Godot, 1952 (pièce de théâtre)