Le ParnasseCours

-
I

Le contexte historique et les origines du Parnasse

Le XIXe siècle voit l'avènement difficile de la démocratie : après la chute de Napoléon en 1815, la monarchie constitutionnelle de Louis XVIII se met en place. Charles X, qui lui succède, accorde quelques droits démocratiques. En 1830, une révolution populaire porte Louis-Philippe au pouvoir. En 1848, une autre révolution instaure la IIe République. Mais en 1851, Louis-Napoléon Bonaparte s'empare du pouvoir et impose par la force le Second Empire. 

Cette instabilité politique entraîne une réaction de rejet et un profond désintérêt chez les poètes parnassiens qui se réfugient dans l'art. Le Parnasse est un mouvement poétique qui naît au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle. Le nom de ce mouvement vient du mont Parnasse en Grèce, considéré comme un lieu sacré par les poètes parce qu'il accueillait Apollon et ses neuf Muses. Les poètes du Parnasse éprouvent une profonde aversion pour les valeurs bourgeoises matérialistes et mercantiles qu'ils jugent vulgaires et prônent « l'art pour l'art ». 

II

Les principes majeurs du Parnasse

L'opposition au romantisme 

Contrairement aux auteurs romantiques, les parnassiens considèrent que l'art ne doit pas être le support d'une contestation sociale ou politique. Ils jugent ridicules les épanchements mélancoliques et les confidences autobiographiques. Théophile Gautier écrit qu'« Il n'y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid [...]. » (Mademoiselle de Maupin, 1835). Il fonde ainsi le principe d'un mouvement qui s'intéresse à « l'art pour l'art ». 

Un idéal de beauté et de perfection formelle 

Selon les auteurs parnassiens, l'art est réservé à une élite intellectuelle, seule à même de comprendre le sens de leurs poèmes. Ils accordent à l'esthétique une place fondamentale. Ils cultivent donc un lyrisme impersonnel, s'attachent à la richesse du vers et de la rime et exploitent les formes anciennes du Moyen Âge et celle du sonnet. 

Un intérêt accru pour les mythes et les légendes 

Les poètes parnassiens puisent leur inspiration dans les mythes antiques et exotiques, dans l'histoire des civilisations anciennes ou encore dans les paysages lointains. Ces sujets sont propices à une méditation philosophique. Ils louent la beauté à travers des figures mythiques comme les déesses de l'Antiquité ou les héroïnes célèbres comme celles de Shakespeare. 

III

Œuvres littéraires et auteurs essentiels 

  • Théophile Gautier : Émaux et Camées, 1852 (recueil poétique)
  • Théodore de Banville : Odes funambulesques, 1857 (recueil poétique)
  • Leconte de Lisle : Poèmes barbares, 1862 (recueil poétique)
  • José Maria de Heredia : Les Trophées, 1893 (recueil poétique)