Reconnaître les figures de style Exercice fondamental

Dans chacun des extraits suivants, quelle est la figure de style utilisée ?

Cet homme marchait pur loin des sentiers obliques,
Vêtu de probité candide et de lin blanc.

(Victor Hugo, "Booz Endormi")

Se regardant de leurs yeux noirs et symétriques,
Par la banlieue, à l'infini.
Ronflent le jour, la nuit,
Les usines et les fabriques.

(Émile Verhaeren, "Les Usines")

Jeune homme on te maudit, on t'adore vieillard.

(Victor Hugo, "Tristesse d'Olympio")

Si je mourais là-bas sur le front de l'armée
Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée
Et puis mon souvenir s'éteindrait comme meurt
Un obus éclatant sur le front de l'armée
Un bel obus semblable aux mimosas en fleur.

(Guillaume Apollinaire, "Si je mourais là-bas")

Et toutefois j'aime, j'adore et prise
Ce qui m'étreint, qui me brûle et entame.

(Joachim Du Bellay, "Les Cheveux d'or")

Et rose elle a vécu, ce que vivent les roses

(François de Malherbe, "Consolation à M. Du Perrier sur la mort de sa fille")

Ils savent compter l'heure, et que leur terre est ronde

(Alfred de Musset, "Premières poésies")

Horloge ! dieu sinistre, effrayant, impassible,
Dont le doigt nous menace et nous dit : " Souviens-toi !
Les vibrantes Douleurs dans ton cœur plein d'effroi
Se planteront bientôt comme dans une cible."

(Charles Baudelaire, "L'Horloge")

Peindre d'abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d'utile

(Jacques Prévert, "Pour faire le portrait d'un oiseau")

Je suis le Ténébreux, le Veuf, l'Inconsolé,
Le Prince d'Aquitaine à la Tour abolie :
Ma seule Étoile est morte, et mon luth constellé
Porte le Soleil noir de la Mélancolie.

(Gérard de Nerval, "El Desdichado")