L’entre-deux-guerres (1919-1939) : des pays en crise Cours

-

Le 28 juin 1919, un traité pour garantir la paix est signé dans la galerie des Glaces du château de Versailles : c'est le traité de Versailles.

Des sanctions sont retenues contre les pays vaincus, l'Allemagne et ses alliés.

L'Allemagne, reconnue responsable de la guerre, doit rendre l'Alsace et la Lorraine à la France et verser des millions pour payer les réparations.

-

La signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919

I

La montée au pouvoir des extrémistes

Les conséquences de la Première Guerre mondiale ont fragilisé certains pays. Endettés, ils vivent une situation économique difficile. Cette fragilisation facilite la montée au pouvoir de partis extrémistes. Des pays basculent de la démocratie vers les dictatures, aussi appelées "États totalitaires".

L'extrémisme caractérise des actions politiques appuyées sur des méthodes souvent violentes pour défendre une position ou une doctrine.

Une dictature est un régime politique dans lequel une personne ou un petit groupe détient tous les pouvoirs.

-

Hitler, à la tête du parti nazi, parvient à séduire le peuple allemand et prend le pouvoir. Il joue sur le sentiment d'injustice et de revanche des Allemands, humiliés suite à la défaite de la Première Guerre mondiale et aux difficultés économiques que subit le pays.

Hitler dit vouloir rendre à l'Allemagne sa supériorité et sa puissance. Il développe une théorie faisant de la "race allemande" une race "supérieure" à d'autres races, qui lui seraient donc "inférieures". Il les accuse d'être responsables de l'affaiblissement de son pays.

-

Hitler monte au pouvoir

© Wikipédia

Ses propos véhiculent une immense haine raciale, notamment contre les Juifs : c'est ce que l'on appelle l'antisémitisme.

II

La France et la crise de l'entre-deux-guerres

Dans les années 1930, la France traverse une crise économique importante. Des entreprises font faillite, le chômage augmente et la misère se répand au sein de la société.

Des mouvements extrémistes, qui cherchent à renverser la démocratie, séduisent une partie de la population inquiète et vulnérable. Les Français sont divisés.

Face au danger de la montée de l'extrême droite, les partis de gauche (syndicats, socialistes et communistes) s'unissent : ce mouvement constitue le Front populaire. Il remporte les élections en 1936 et Léon Blum prend la tête du gouvernement.

-

Léon Blum (1872−1950)

© Wikipédia

Face à d'importants mouvements de grèves, des lois sociales sont votées :

  • augmentation des salaires
  • 2 semaines de congés payés
  • semaine de 40 heures (au lieu de 48 heures à l'époque)

Les mouvements de grèves diminuent mais le chômage ne baisse pas et le gouvernement du Front populaire chute en 1939.

Sommaire

ILa montée au pouvoir des extrémistesIILa France et la crise de l'entre-deux-guerres