Première L 2016-2017

En vous inscrivant, vous autorisez Kartable à vous envoyer ses communications par email.

ou
Se connecter
Mot de passe oublié ?
ou

Fables, "L'Huître et les Plaideurs" (IX, 9)

L'Huître et les plaideurs

Un jour deux pèlerins sur le sable rencontrent
Une huître, que le flot y venait d'apporter :
Ils l'avalent des yeux, du doigt ils se la montrent ;
À l'égard de la dent il fallut contester.
L'un se baissait déjà pour amasser la proie ;
L'autre le pousse et dit : "Il est bon de savoir
Qui de nous en aura la joie.
Celui qui le premier a pu l'apercevoir
En sera le gobeur ; l'autre le verra faire.
- Si par là l'on juge l'affaire,
Reprit son compagnon, j'ai l'œil bon, Dieu merci.
- Je ne l'ai pas mauvais aussi,
Dit l'autre ; et je l'ai vue avant vous, sur ma vie.
- Eh bien, vous l'avez vue ; et moi, je l'ai sentie."
Pendant tout ce bel incident,
Perrin Dandin arrive : ils le prennent pour juge.
Perrin, fort gravement, ouvre l'huître et la gruge,
Nos deux messieurs le regardant.
Ce repas fait, il dit d'un ton de président :
"Tenez, la cour vous donne à chacun une écaille
Sans dépens, et qu'en paix chacun chez soi s'en aille."

Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui ;
Comptez ce qu'il en reste à beaucoup de familles,
Vous verrez que Perrin tire l'argent à lui,
Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles.

Jean de La Fontaine

Fables

XVIIe siècle

I

La structure de la fable

  • La fable a la forme d'un récit. Ce récit est illustré par une moralité.
  • La morale de la fable est courte. Elle intervient en début ou fin de fable. Parfois elle est cachée. Ici, elle est à la fin : "Mettez ce qu'il en coûte à plaider aujourd'hui ; / Comptez ce qu'il en reste à beaucoup de familles, / Vous verrez que Perrin tire l'argent à lui, / Et ne laisse aux plaideurs que le sac et les quilles."
  • La morale sert de leçon. Le récit sert à divertir. Le but de La Fontaine est donc de divertir et d'instruire en même temps.
  • La Fontaine utilise le pronom "Vous" qui désigne le lecteur. Ce pronom permet de sous-entendre aussi la présence du fabuliste, qui s'adresse directement au lecteur-destinataire.
  • On peut remarquer l'utilisation du présent et du futur, La Fontaine propose de mettre en pratique une idée, il offre une expérience : "Mettez", "Comptez" (impératifs) mais aussi "Vous verrez".
  • La temporalité de la fable est indéfinie : "Un jour".
  • On peut relever trois moments dans la fable. Jusqu'au vers 4, c'est la présentation des personnages. Du vers 5 au vers 14, c'est la contestation. Du vers 15 au vers 21, c'est l'arrivée de Perrin Dandin et avec elle la fin de la contestation.
II

L'utilisation de différents discours

  • L'échange entre les deux pèlerins est au discours direct (guillemets et tirets). Il est central dans la fable. D'abord, il y a une menace, une forme de violence ("le pousse"). Finalement, la parole prend le dessus sur la violence physique.
  • Mais la parole n'a pas de fin, elle est longue. D'une certaine façon, la parole elle-même devient violente.
  • On peut noter la présence du pronom personnel "je", qui permet de répérer le discours direct. Les pronoms nominaux sont nombreux : "Je", "vous", "moi". Les hommes se disputent, ils tentent de justifier leur point de vue.
  • Les deux pèlerins ne sont pas nommés, ils sont désignés par les expressions "l'un", "l'autre", "son compagnon". Ils sont interchangeables.
  • Le discours direct crée un récit vivant. Le lecteur a l'impression d'assister à une saynète de théâtre.
III

Une argumentation ridicule

  • Les deux personnages se lancent dans un débat pour savoir lequel peut manger l'huître. Ils avancent chacun des arguments.
  • Le premier commence en estimant qu'il est juste que le premier qui a vu l'huître la mange. Le deuxième est d'accord.
  • S'ensuit une surenchère où les deux hommes essaient de prouver qui a vu l'huître le premier. L'un dit "j'ai l'œil bon", l'autre "moi aussi". Ce débat est donc inefficace.
  • L'un des plaideurs finit par exagérer. Il mérite l'huître car il l'a vue mais aussi "sentie". Cet argument n'est pas pertinent, cela donne un caractère ridicule du débat.
  • On peut remarquer l'utilisation de connecteurs logiques dans le discours : "si", "et".
  • Des formules générales sont sollicitées : "Il est bon de savoir".
  • Lorsqu'il arrive, Perrin Dandin met fin au débat en mangeant l'huître. L'argumentation a donc échoué.
IV

Le personnage de Perrin Dandin : satire de la justice

  • Perrin Dandin est issu de l'œuvre de Rabelais. Il est déjà présent dans la pièce Les Plaideurs de Racine.
  • Perrin Dandin est un magistrat. Le registre comique l'accompagne. C'est un personnage burlesque.
  • La Fontaine accentue les défauts de ce personnage, il lui attribue des traits satiriques et caricaturaux.
  • On peut remarquer la répétition de sonorités présentes dans le nom "Dandin" : "incident", "regardant", "président" et "dent".
  • Dandin est décrit comme un glouton. Il est vorace et symbolise la justice qui vit sur le dos des plaideurs.
  • On trouve le champ lexical de la gloutonnerie : "avaler", "dent", "gobeur".
  • On note le champ lexical de l'argent : "coûter", "argent".
  • On peut relever le champ lexical de la justice : "plaider", "juge", "président", "cour".
  • L'expression "fort gravement" introduit une pointe d'ironie, alors que la situation est ridicule.
  • La justice est un leurre. La Fontaine fait rimer le terme "juge" avec "gruge". La justice profite des hommes.

En quoi cette fable est-elle une satire de la justice ?

I. Un débat ridicule
II. Une caricature de Perrin Dandin
III. Une justice qui vole

Comment La Fontaine crée-t-il une scène animée ?

I. Le discours direct
II. Une fable courte
III. Perrin Dandin, personnage burlesque

En quoi ce texte est-il une fable ?

I. Le récit pour divertir
II. La morale pour instruire

Que dénonce La Fontaine dans cette fable ?

I. L'inefficacité de l'argumentation
II. Perrin Dandin, personnage burlesque
III. Une critique de la justice

Thème 4 L'argumentation
Ouvrir le menu

Exposés types bac

Essais, "De l'institution des enfants" (I, 26) Essais, "De l'amitié" (I, 28) Fables, "La Mort et le Bûcheron" Fables, "L'Huître et les Plaideurs" (IX, 9) Les Caractères, "Des jugements" (livre XII) Lettres persanes, Le théâtre (lettre 28) Lettres persanes, Les caprices de la mode (lettre 99) De l'Esprit des lois, De l'esclavage des nègres Candide, Le Nègre de Surinam (chapitre 19) Zadig, Le chien et le cheval Zadig, Le bûcher Zadig, L'ermite Zadig, Les énigmes Poème sur le désastre de Lisbonne, vers 1 à 30 Poème sur le désastre de Lisbonne, vers 197 à 219 Dictionnaire philosophique portatif, "Fanatisme" Dictionnaire philosophique portatif, "Guerre" Dictionnaire philosophique portatif, "Egalité" Dictionnaire philosophique portatif, "Torture" Traité sur la tolérance, La prière à Dieu Traité sur la tolérance, Lettre à Le Tellier De l'horrible danger de la lecture Supplément au voyage de Bougainville, Débat sur Bougainville (chapitre 1) Supplément au voyage de Bougainville, Discours du vieillard (chapitre II) Supplément au voyage de Bougainville, Dialogue en Ourou et l'aumônier (chapitre IV) Encyclopédie, Avertissement Encyclopédie, "Autorité politique" Encyclopédie, "Encyclopédie" Encyclopédie, "Philosophe" Encyclopédie, "Prêtres" Encyclopédie, "Paix" Le Bien public, "Du droit au travail et de l'organisation du travail" Les Châtiments, Derniers vers d'Ultima verba" Le Dernier jour d'un condamné, Incipit (chapitre 1) Le Dernier jour d'un condamné, Chapitre 6 Le Dernier jour d'un condamné, Dernier chapitre Lettre à la jeunesse L'Aurore, Fin de "J'accuse !" Robert Badinter, Discours à l'Assemblée nationale Aimé Césaire, "Discours sur la négritude" La Controverse de Valladolid, Chapitre 1 La Controverse de Valladolid, Chapitre 7 La Controverse de Valladolid, Chapitre 8