Les classes et les fonctions grammaticalesCours

I

Les classes grammaticales

La classe grammaticale (ou nature d'un mot) est la catégorie à laquelle un mot appartient. Il existe cinq classes grammaticales variables et cinq classes grammaticales invariables.

A

Les classes grammaticales ou natures de mots variables

1

Le nom

Le nom désigne un être, une chose ou une idée.

L'écrivain ne dit que par une habitude prise dans le langage insincère des préfaces et des dédicaces : « mon lecteur ».

Marcel Proust, Le Temps retrouvé, 1927

2

Le verbe

Verbe

Le verbe exprime une action ou un état.

Verbes Exemples
Verbe transitif direct (+ COD) Je lis un livre.
Verbe transitif indirect (+ COI) Je téléphone à Paul.
Je rêve de voyager.
Verbe intransitif (sans complément essentiel) Je dors.
Verbe d'état (+ attribut du sujet) Je suis impatient.

Les verbes d'état sont : être, paraître, sembler, demeurer, avoir l'air, passer pour, devenir, rester, mourir, naître.

3

L'adjectif qualificatif

Adjectif qualificatif

L'adjectif qualificatif enrichit le nom avec lequel il s'accorde, ou précise une propriété.

La véritable tragédie, c'est qu'il n'y a pas de diable pour vous acheter votre âme.

Romain Gary, La Promesse de l'aube, 1960

4

Le déterminant

Déterminant

Le déterminant précède le nom pour former un groupe nominal.

Déterminants Exemples
Article défini le, la, les
Article indéfini un, une, des
Article partitif du, de l', de la
Déterminant démonstratif ce, cette, cet, ces
Déterminant possessif mon, ton, son/ma, ta, sa/mes, tes, ses/notre, votre, leur(s)
Déterminant indéfini certains, chaque, tout(e), tous, aucun, etc.
Déterminant cardinal un, deux, trois, etc.
Déterminant ordinal premier, deuxième, etc.
Déterminant interrogatif/exclamatif quel, quelle, quels, quelles
5

Le pronom

Pronom

Le pronom tient la place d'un nom. Il le remplace, notamment pour éviter les répétitions.

Pronoms Exemples
Pronom personnel je, me, moi, etc.
Pronom adverbial en, y
Pronom indéfini on, tous, aucun, etc.
Pronom relatif qui, que, quoi, dont, où, lequel (et ses composés)
Pronom démonstratif celui, celle, ceux, celles, ce, celui-ci, celle-là, ceci, cela
Pronom possessif le mien, les miennes, le(s) nôtre(s), le(s) vôtre(s), le(s) leur(s), etc.
Pronom ordinal le premier, le deuxième, etc.
Pronom interrogatif qui, que, quoi, lequel (et ses composés)
B

Les classes grammaticales ou natures de mots invariables

Les classes grammaticales invariables sont : la préposition, l'adverbe, la conjonction de coordination, la conjonction de subordination et l'interjection.

1

La préposition

Préposition

La préposition est un mot de liaison qui introduit un complément indirect (COI, complément du nom, complément d'agent, complément circonstanciel). On ne peut pas la supprimer. Les mots suivants sont des prépositions : à, dans, sur, chez, par, pour, en, vers, avec, de, sans, sous, etc.

Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Guillaume Apollinaire, « Le Pont Mirabeau », Alcools, 1912

2

L'adverbe

Adverbe

L'adverbe est un mot qui modifie le sens d'un autre mot ou qui apporte une nuance. On peut généralement l'enlever, le remplacer par un autre ou le déplacer.

Adverbes Exemples
Adverbe de manière bien, mieux, vite, debout, ainsi, ensemble, exprès, lentement, gentiment, soudainement (tous les adverbes en –ment), etc.
Adverbe de lieu ici, là, ailleurs, dedans, dehors, dessus, dessous, partout, autour, devant, derrière, etc.
Adverbe de fréquence ou de temps hier, demain, aujourd'hui, enfin, déjà, après, depuis, longtemps, toujours, maintenant, jamais, souvent, etc.
Adverbe de quantité ou d'intensité peu, très, trop, si, assez, autant, beaucoup, davantage, environ, moins, fort, etc.
Adverbe d'affirmation oui, soit, volontiers, absolument, vraiment, etc.
Adverbe de négation non, ne, point, pas
Adverbe interrogatif

où, quand, comment, pourquoi, combien, etc.

Adverbe exclamatif quand, que, etc.
3

La conjonction de coordination

Conjonction de coordination

La conjonction de coordination est un mot qui relie deux éléments de même nature et de même fonction. Il en existe sept : mais, ou, et, donc, or, ni, car.

Mais Paris est un véritable océan. Jetez-y la sonde, vous n'en connaîtrez jamais la profondeur.

Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835

4

La conjonction de subordination

Conjonction de subordination

La conjonction de subordination est un mot qui introduit une proposition subordonnée. Les mots suivants sont des conjonctions de subordination : que, parce que, bien que, si, comme, pour que, avant que, etc.

La beauté on sait que ça meurt, et comme ça on sait que ça existe.

Louis-Ferdinand Céline, L'Église, 1933

5

L'interjection

Interjection

L'interjection est un mot qui rend compte d'un sentiment vif (plaisir, soulagement, déception, etc.), d'un ordre ou d'un appel. Les mots suivants sont des interjections : Ah ! Oh ! Hein ! Hélas ! Halte ! Hé ! Ouf !

Hélas ! Et qu'ai-je fait que de vous trop aimer ?

Jean Racine, Bérénice, 1670

II

Les fonctions grammaticales

La fonction grammaticale est le rôle que joue un mot ou un groupe de mots dans la phrase. Elle peut être en rapport avec le verbe, le nom, l'adjectif ou la phrase.

A

Les fonctions liées au verbe

Les sept fonctions grammaticales liées au verbe sont le sujet, le COD, le COI, le COS, l'attribut du sujet, l'attribut du COD et le complément d'agent. 

1

Le sujet

Sujet

Le sujet est un constituant obligatoire de la phrase (sauf quand le verbe est à l'impératif). Il régit le verbe qui s'accorde avec lui en personne, en genre et en nombre.

Tchen tenterait-il de lever la moustiquaire ?

André Malraux, La Condition humaine, 1933

Et le combat cessa faute de combattants.

Pierre Corneille, Le Cid, 1637

Depuis cinq ans entiers, chaque jour je la vois,
Et crois toujours la voir pour la première fois.

Jean Racine, Bérénice, 1670

Aimer est le grand point, qu'importe la maîtresse ?
Qu'importe le flacon pourvu qu'on ait l'ivresse.

Alfred de Musset, La Coupe et les Lèvres, 1831

2

Le complément d'objet direct

Complément d'objet direct

Le complément d'objet direct est le complément essentiel d'un verbe transitif direct, à la voix active :

  • Il désigne ce sur quoi porte l'action.
  • Il répond à la question : « Quoi ? »

Ô temps, suspends ton vol !

Alphonse de Lamartine, « Le Lac », Les Méditations poétiques, 1820

3

Le complément d'objet indirect

Complément d'objet indirect

Le complément d'objet indirect est le complément essentiel d'un verbe transitif indirect, à la voix active :

  • Il est introduit par une préposition.
  • Il désigne ce sur quoi porte l'action ou son destinataire.
  • Il répond à l'une de ces questions : « À qui/quoi ? », « De qui/quoi ? »

Et l'amour se rira de l'Enfer et du Ciel !

Charles Baudelaire, « Lesbos », Les Fleurs du Mal, 1857

4

Le complément d'objet second

Complément d'objet second

Le complément d'objet second est le deuxième complément essentiel d'un verbe transitif direct, à la voix active :

  • Il est donc toujours associé à un COD et il est introduit par une préposition.
  • Il désigne le destinataire de l'action.

Le matin, Mme de Tourvel, en partant, a remis une lettre au Concierge du Château.

Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses, 1782

5

L'attribut du sujet

Attribut du sujet

L'attribut du sujet se trouve après un verbe d'état, il exprime une qualité ou une propriété du sujet.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !

Charles Baudelaire, « L'Albatros », Les Fleurs du Mal, 1857

6

L'attribut du COD

Attribut du COD

L'attribut du COD exprime une qualité ou une propriété du COD. On le trouve après les verbes exprimant le jugement, l'appréciation, le changement d'état ou permettant de nommer.

Selon que vous serez puissant ou misérable,
Les jugements de Cour vous rendront blanc ou noir.

Jean de La Fontaine, « Les Animaux malades de la peste », Fables, 1678

7

Le complément d'agent

Complément d'agent

Dans une phrase passive, le complément d'agent désigne celui qui fait l'action, l'agent de l'action.

Il est introduit par les prépositions par ou de et exprime une qualité ou une propriété du COD. On le trouve après les verbes exprimant le jugement, l'appréciation, le changement d'état ou permettant de nommer.

M. de Nemours fut tellement surpris de sa beauté que, lorsqu'il fut proche d'elle, et qu'elle lui fit la révérence, il ne put s'empêcher de donner des marques de son admiration.

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678

Certains compléments peuvent être essentiels au groupe verbal. Ils ne peuvent être ni supprimés ni déplacés. C'est le cas pour :

  • le complément essentiel de lieu
  • le complément essentiel de temps
  • le complément essentiel de mesure (poids, distance)

… elle regarda tout autour d'elle, lentement, comme quelqu'un qui se réveille d'un songe.

Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1857

Le complément de lieu « tout autour d'elle » est essentiel à la compréhension de la phrase et ne peut pas être supprimé ou déplacé. 

B

Les fonctions liées au nom

Les trois fonctions grammaticales liées au nom sont l'épithète liée ou détachée, le complément du nom et l'apposition.

1

L'épithète liée ou détachée

Épithète liée

L'épithète liée est un adjectif qui exprime une qualité ou une propriété du nom. Elle est collée au nom.

Il lança sur cette ruche bourdonnant un regard qui semblait par avance en pomper le miel, et dit ces mots grandioses : « À nous deux maintenant ! »

Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835

Épithète détachée

L'épithète détachée est un adjectif qui exprime une qualité ou une propriété du nom. Elle est séparée du nom par une virgule.

Je m'en irai bientôt, au milieu de la fête,
Sans que rien manque au monde, immense et radieux !

Victor Hugo, « Les Feuilles d'automne », 1831

2

Le complément du nom

Complément du nom

Le complément du nom peut être un nom ou un équivalent du nom (groupe nominal, pronom, infinitif, etc.). Il se construit le plus souvent avec les prépositions à ou de.

Et il en venait à penser qu'il payait pour les autres, les pères, les grands-pères, qui avaient bu, les générations d'ivrognes dont il était le sang gâté, un lent empoisonnement, une sauvagerie qui le ramenait avec les loups mangeurs de femmes, au fond des bois.

Émile Zola, La Bête humaine, 1890

3

L'apposition

Apposition

L'apposition peut être un nom ou un équivalent du nom (groupe nominal, pronom, infinitif, etc.), qui apporte une précision sur le nom qu'il complète.

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers.

Charles Baudelaire, « L'Albatros », Les Fleurs du Mal, 1857

C

La fonction liée à l'adjectif : le complément de l'adjectif

Complément de l'adjectif

Le complément de l'adjectif apporte des précisions sur l'adjectif. Ce peut être un nom, un équivalent du nom (groupe nominal ; pronom ; infinitif ; etc.). Il est généralement introduit par une préposition.

Tous ces galants de cour, dont les femmes sont folles,
Sont bruyant dans leurs faits et vains dans leurs paroles.

Molière, Tartuffe, 1669

D

Les fonctions liées à la phrase : les compléments circonstanciels

Le complément circonstanciel enrichit la phrase et précise les circonstances d'une action ou d'un état. Il n'est pas essentiel à la phrase et peut être déplacé ou supprimé. Il existe un grand nombre de compléments circonstanciels.

Type de complément circonstanciel Exemples
Le complément circonstanciel de lieu

Je ne sens pas cette livrée infâme,
Car j'ai dans ma poitrine une hydre aux dents de flamme
Qui me serre le cœur dans ses replis ardents.

Victor Hugo, Ruy Blas, 1838

Le complément circonstanciel de temps

Longtemps, je me suis couché de bonne heure.

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913

Le complément circonstanciel d'accompagnement

Venez au bal avec mon frère, ajouta-t-elle d'un ton fort sec.

Stendhal, Le Rouge et le Noir, 1830

Le complément circonstanciel de moyen

Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,
D'un sang qu'elle poursuit, tourments inévitables.
Par des vœux assidus je crus les détourner.

Jean Racine, Phèdre, 1677

Le complément circonstanciel de manière

L'orchestre cessa de jouer. Une danse se terminait. La piste s'était vidée lentement.

Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V. Stein, 1964

Le complément circonstanciel d'opposition

Oui, Cinna, contre moi, moi-même je m'irrite
Quand je songe aux dangers où je te précipite.

Pierre Corneille, Cinna, 1641

Le complément circonstanciel de cause

J'étouffe de fureur.

Beaumarchais, Le Barbier de Séville, 1775

Le complément circonstanciel de conséquence

Moi qui frémissais
Toujours je ne sais
De quelle colère
Deux bras ont suffi
Pour faire à ma vie
Un grand collier d'air

Louis Aragon, Le Roman inachevé, 1956

Le complément circonstanciel de condition

Il ne sert à rien d'être jeune sans être belle, ni d'être belle sans être jeune.

François de La Rochefoucauld, Maximes, 1664

Le complément circonstanciel de comparaison 

… étrange exception à la règle éternelle qui veut que la force, comme la beauté, résulte de l'harmonie.

Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831

Le complément circonstanciel de concession

Comme à mon ennemi je t'ai donné la vie,
Et malgré la fureur de ton lâche dessein,
Je te la donne encore comme à mon assassin…

Pierre Corneille, Cinna, 1641

Le complément circonstanciel de but

Elle alla crier famine
Chez la fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle.

Jean de La Fontaine, « La Cigale et la Fourmi », Fables, 1668