Les subordonnés conjonctives complétivesCours

Proposition subordonnée conjonctive complétive

La proposition subordonnée conjonctive complétive fonctionne comme un nom. Elle occupe une fonction essentielle dans la phrase. Elle ne peut donc pas être supprimée ou déplacée

Pour trouver la fonction de la proposition subordonnée conjonctive complétive, il faut toujours l'analyser par rapport à la proposition principale.  

Nous avouerons que notre héros était fort peu héros en ce moment.

Stendhal, La Chartreuse de Parme, 1839

Ici, la proposition subordonnée est COD du verbe de la proposition principale « avouerons ». 

Pour ne pas confondre la proposition subordonnée conjonctive complétive (introduite par une conjonction de subordination) et une subordonnée relative (introduite par un pronom relatif), il faut se rappeler que la conjonction de subordination n'a qu'un rôle d'outil de liaison mais aucune fonction dans la proposition subordonnée contrairement au pronom relatif qui reprend l'antécédent et qui a une fonction dans la subordonnée. 

Pour d'injustes lois que vous pouvez changer,
En d'éternels chagrins vous-même vous plonger !

Jean Racine, Bérénice, 1670

Ici, la proposition subordonnée relative est introduite par un pronom relatif. Ce pronom reprend l'antécédent « d'injustes lois ». Dans la subordonnée relative, le pronom est COD du verbe « changer » = « vous pouvez changer d'injustes lois ». 

I

La proposition subordonnée conjonctive complétive introduite par que, à ce que ou de ce que

La proposition subordonnée conjonctive complétive est introduite par une conjonction de subordination : que et à ce que ou de ce que.

Elle peut avoir différentes fonctions par rapport à la proposition principale : 

Fonctions

Exemples

 

Sujet 

Que Serge ait acheté ce tableau me dépasse, m'inquiète et provoque en moi une angoisse indéfinie.

Yasmina Reza, "Art", 1994

 

COD 

Vois-tu, je sais que tu m'attends.

Victor Hugo, « Demain dès l'aube », Les Contemplations, 1856

 

COI 

Tu ne te doutes pas, mon ami, de ce que c'est que Venise.

George Sand, Lettres d'un voyageur, 1837 

 

Terme complétif d'un verbe impersonnel

Avec cela, il me semble que je ne me porte pas bien.

Marivaux, La Surprise de l'amour, 1722

 

Complément du nom 

Cette conviction que l'homme-en-tant-qu'espèce s'améliore avec le temps vient sans doute d'une confusion inconsciente avec l'homme-en-tant-qu'individu.

René Barjavel, La Nuit des temps, 1968

 

Complément de l'adjectif

il est probable qu'il avait la fièvre 

Victor Hugo, Les Misérables, 1862

 

Complément d'un présentatif

Je les ai fait combattre, et voilà qu'ils sont morts ! 

Victor Hugo, Hernani, 1830

II

La proposition subordonnée conjonctive complétive interrogative indirecte

La proposition subordonnée conjonctive complétive interrogative indirecte est introduite par un mot interrogatif : si, quel, qui, que, quoi, quel, ce que, comment, où, pourquoi. 

  • Elle est toujours COD ou COI du verbe de la proposition principale. 
  • Elle correspond à une interrogation mais est incluse dans une phrase affirmative donc elle ne s'achève pas par un point d'interrogation.

On lui demanda juridiquement ce qu'il aimait le mieux d'être fustigé trente-six fois par tout le régiment, ou de recevoir à la fois douze balles de plomb dans la cervelle.

Voltaire, Candide, 1759

III

 La proposition subordonnée conjonctive complétive infinitive

La proposition subordonnée conjonctive complétive infinitive se distingue des autres propositions parce que son verbe est à l'infinitif (contrairement aux autres propositions dont le verbe est conjugué à un mode personnel) :

  • Elle a toujours un sujet propre, différent du verbe de la proposition principale.
  • Elle n'est pas introduite par un outil de subordination. 
  • Elle fonctionne comme un complément du verbe
  • Elle est le plus souvent introduite par un verbe de perception : écouter, entendre, voir, regarder, etc.

Et le ciel regardait la carcasse superbe 
Comme une fleur s'épanouir
.

Charles Baudelaire, « Une charogne », Les Fleurs du Mal, 1857

Ici, la proposition subordonnée infinitive est COD du verbe de la proposition principale « regardait ».