Les espaces de production dans le monde : une diversité croissanteCours

\boldsymbol{\textcolor{dodgerblue}{\Rightarrow}}  Comment la mondialisation recompose-t-elle les espaces productifs dans le monde ?

I

Des espaces productifs diversifiés et hiérarchisés

A

Géographie de la production en recomposition  

La production de richesse totale dans le monde s'élève à 84 700 milliards $ en 2018. Elle a augmenté de 70 % depuis l'an 2000. Jusqu'en 2014, plus de la moitié de cette production provenait des pays riches et développés, anciennement industrialisés. Aujourd'hui, ils ne représentent plus que 45 %. 

Cette redistribution de la production a surtout profité aux pays émergents. Les BRICS assurent un quart de la production mondiale. Le secteur automobile, longtemps dominé par les firmes nord-américaines (Ford, General Motors), européennes (Volkswagen) et japonaises (Toyota), voit émerger de nouveaux acteurs en Chine (Dongfeng, Geely) ou en Inde (Tata). Pour l'instant, ces firmes s'attaquent aux marchés émergents en produisant des voitures à bas coûts, mais leurs investissements dans les grands groupes mondiaux témoigne de leur stratégie de montée en gamme. Dans le secteur textile, la Chine reste le premier exportateur mondial de vêtements, mais la production a commencé à être délocalisée vers les pays ateliers d'Asie (Bangladesh) ou d'Afrique (Éthiopie).

Montée en gamme

La montée en gamme est un processus qui consiste à produire des produits plus élaborés qui nécessitent davantage de technologies. Ce processus qui touche les pays en développement est permis soit par les transferts de technologie, soit par l'innovation.

La production mondiale reste concentrée. Dix États produisent encore les deux tiers du PIB mondial. La production de biens est concentrée à plus de 80 % dans 20 pays.

Des espaces productifs en recomposition

Des espaces productifs en recomposition

B

Des espaces productifs hiérarchisés et spécialisés  

Les fonctions de conception et de décision demeurent concentrées dans les pays riches : ils détiennent encore des capacités supérieures en matière d'innovation et de financement. Les deux tiers des dépenses de recherche sont concentrés dans cinq pays, dont un tiers aux États-Unis, devant la Chine, le Japon, l'Allemagne et la France.

De même, la production de services de haut niveau reste dominée par les pays du Nord qui concentrent encore plus de 60 % de la capitalisation boursière mondiale : Wall Street à New York, la City à Londres. Dans les métropoles mondiales émergentes comme Dubaï ou Sao Paulo, des bourses sont en pleine croissance. Ainsi, Shanghai est devenue la quatrième place financière mondiale.

-

Les fonctions productives et d'assemblage qui nécessitent de la main-d'œuvre sont davantage dispersées dans les pays en développement comme au Maghreb ou dans les pays-ateliers d'Asie (Malaisie, Thaïlande).

Certains territoires restent cantonnés à l'exportation de produits primaires, sans transformation. C'est les cas des pays exportateurs de matières premières comme la République Démocratique du Congo ou le Venezuela. C'est également le cas de pays exportateurs de produits agricoles. Ces productions ont toutefois une faible valeur ajoutée, et ces territoires sont très dépendants des fluctuations des prix du marché.

II

Le rôle des acteurs dans la recomposition des espaces productifs

A

Le rôle des firmes transnationales  

Une firme transnationale est une entreprise implantée dans plusieurs pays qui réalise la majeure partie de son chiffre d'affaires en dehors de son pays d'origine. Elle garde une base nationale forte pour ses fonctions stratégiques (siège social, recherche) et cela participe à son identité (Boeing à Chicago, Mercedes à Stuttgart). Dans le monde, on compte aujourd'hui 105 000 FTN qui contrôlent 900 000 filiales. Elles emploient 80 millions de salariés et sont responsables des deux tiers du commerce mondial. 

Nestlé est une firme suisse de l'agroalimentaire qui possède 442 usines et 34 centres de recherche dans 86 pays. 

Ces FTN sont présentes dans tous les secteurs économiques : 

  • énergie : Shell, Exxon, Total, GDF Suez ;
  • agroalimentaire : Nestlé, Coca-Cola ;
  • automobile : Toyota, GM ;
  • télécommunications : Apple, Samsung, Nokia ;
  • distribution : Walmart, Carrefour ;
  • finance… 

 

Les FTN ont une grande capacité à maîtriser l'espace mondial car elles savent profiter des différences entre les territoires en s'appuyant sur la DIPP. Leurs logiques sont :

  • continentales pour accéder à des marchés de consommation ; 
  • mondiales pour accéder à des matières premières ou profiter de bassins de main-d'œuvre en externalisant une partie de leur production à des sous-traitants. 

 

Les FTN savent aussi s'adapter aux cultures locales, aux réglementations nationales et doivent tenir compte des risques géopolitiques (conflits) et des résistances de certains États.

En Arabie saoudite, McDonald's adapte ses menus ainsi que la gestion de ses restaurants en y appliquant la séparation des hommes et des femmes.

Externaliser

Lorsqu'une entreprise transfère une partie de ses activités (fabrication, distribution, etc.) vers une autre entreprise, on dit qu'elle externalise (mais également de sous-traitance).

Les FTN sont de plus en plus globalisées en raison de la financiarisation. 

Le capital du groupe Nestlé est réparti entre des actionnaires de 10 nationalités différentes. 

La majeure partie des FTN est originaire d'un pays de la Triade. Depuis 2005, le nombre de FTN originaires de pays émergents a été multiplié par 4, comme en Inde (Tata, Mittal) ou en Chine. 

La firme chinoise Geely contrôle désormais la firme automobile suédoise Volvo. 

Certaines FTN sont très puissantes, au point que certaines d'entre elles sont plus riches que certains États. 

Walmart, une firme étatsunienne spécialisée dans la grande distribution, a un chiffre d'affaires supérieur au PIB de certains pays comme la Pologne, la Norvège ou l'Afrique du Sud.

Les FTN ont un grand pouvoir de pression et peuvent imposer leur volonté : 

  • exploitation de ressources naturelles : firmes pétrolières en Afrique ;
  • conditions salariales : exploitation de la paysannerie en Amérique latine ;
  • normes sanitaires et environnementales.
-
B

Le rôle des États

Les États jouent un rôle fondamental dans le processus de mondialisation et dans la différenciation des espaces productifs :

  • L'État garantit la stabilité recherchée par les entreprises et les investisseurs étrangers par ses fonctions régaliennes (défense, police, justice).
  • L'État contribue à rendre certains territoires attractifs en créant les conditions à leur intégration à la mondialisation. Il développe des infrastructures : axes de communication, ports, aéroports, etc. Il développe des zones franches où il accorde des avantages fiscaux pour attirer les IDE et ainsi développer l'activité économique. 
  • L'État investit dans la recherche et le développement (R&D) et la formation (écoles, universités).

Zone franche

Une zone franche est un territoire sur lequel les autorités accordent des avantages aux entreprises qui s'y installeraient principalement sous la forme d'avantages fiscaux.

IDE

IDE signifie Investissements directs à l'étranger et désigne les transferts financiers opérés par les FTN pour s'implanter dans un pays étranger soit par rachat d'une autre entreprise, soit par création d'une filiale.

L'État est un acteur économique. Il peut créer des emplois publics (64 millions d'emplois publics dans l'UE) ou semi-publics lorsqu'il contrôle certaines entreprises. 

Le gouvernement russe contrôle plusieurs entreprises d'État spécialisées dans les hydrocarbures : Gazprom, Rosneft, etc.

Certains États investissent directement sur les marchés financiers mondiaux, notamment par l'intermédiaire de fonds souverains. 

Le Qatar Invesment Authority a investi dans de nombreux groupes comme Volkswagen, Total, le groupe Lagardère, la chaîne de magasins Harrod's, l'équipe du Paris-Saint-Germain, la chaîne de télévision beIN Sports (filiale d'Al Jazeera), etc. 

Les États apportent leur soutien aux entreprises privées de leur pays, en faisant leur promotion à l'étranger. Les déplacements officiels des dirigeants s'accompagnent de signature de contrats opportuns par des chefs d'entreprise. Les États aident les FTN privées en collectant pour elles des informations stratégiques afin de les conseiller dans leurs investissements.

Fonds souverains

Les fonds souverains sont des masses financières accumulées et contrôlées par un État qu'il réinvestit afin d'accroître ses revenus.

III

Systèmes productifs et concurrence des territoires

A

L'émergence de systèmes productifs à l'échelle mondiale

La mondialisation s'appuie sur une différenciation des territoires qui sont valorisés en fonction de leurs atouts. Les territoires productifs sont mis en réseaux en fonction de leurs avantages comparatifs et deviennent interdépendants. Les entreprises exploitent les différentiels entre les pays en matière de coûts salariaux, de fiscalité, de droit du travail, de normes sociales ou environnementales, de marchés de consommation, etc. Cela favorise les délocalisations et les flux de toutes sortes entre :

  • des territoires de décision et de conception : recherche et développement, design, marketing, etc. ;
  • des territoires de production : fabrication de composants, assemblage du produit ;
  • des territoires de consommation.

 

On parle d'une Division internationale des processus productifs (DIPP). Celle-ci conduit à l'émergence de systèmes productifs à l'échelle mondiale.

Division internationale des processus productifs (DIPP)

La Division internationale des processus productifs (DIPP) désigne la décomposition d'un processus de production en plusieurs tâches (ou étapes) effectuées par une FTN, ses filiales et/ou des entreprises sous-traitantes, dans différents lieux sur la planète.

L'iPhone est un produit emblématique de la mondialisation et de la différenciation des territoires de production dans le cadre d'un système productif. Conçu en Californie, le produit est assemblé en Chine à partir de composants fabriqués dans plusieurs pays en Amérique, en Europe (Italie, Allemagne) ou en Asie (Japon, Corée du Sud). Ces composants sont eux-mêmes fabriqués à partir de matières premières provenant principalement d'Afrique. Enfin, le produit est distribué dans les pays développés et émergents.

Apple, une firme emblématique de la mondialisation
Apple, une firme emblématique de la mondialisation
B

Des systèmes productifs spécialisés

Certains territoires cherchent à tirer profit de leurs avantages en s'appuyant sur des systèmes productifs spécialisés.

À l'échelle des États, certains pays vont se spécialiser dans un secteur particulier, comme l'Inde, spécialisée dans les services informatiques.

À l'échelle locale, des systèmes productifs locaux cherchent à tirer parti de certains avantages et à être compétitifs à l'échelle mondiale.

La Glass Vallée est un système productif local situé entre Dieppe et Abbeville qui a décidé de mettre à profit son savoir-faire dans le domaine du verre pour se spécialiser dans le flaconnage de luxe pour la parfumerie, les spiritueux. Ce pôle a gagné en envergure mondiale puisqu'il assure 70 % de la production mondiale de flacons de luxe.

C

Les effets de la révolution numérique sur les systèmes productifs

La révolution numérique désigne la diffusion et la généralisation des nouvelles technologies d'information et de communication (TIC). Ces technologies bouleversent les systèmes productifs. De la conception à la distribution, en passant par la production et le transport, de plus en plus de tâches sont automatisées : 

  • La croissance des flux d'information a des conséquences sur l'organisation des systèmes productifs. Des territoires productifs éloignés peuvent communiquer instantanément et la production peut s'ajuster en temps réel.
  •  Le e-commerce pousse les entreprises à faire preuve de davantage de réactivité et à se tourner vers une production « juste à temps » pour satisfaire leurs clients. 
  • De nouveaux produits et de nouveaux services apparaissent pour les entreprises et les particuliers, comme le stockage de données informatiques.

E-commerce

Le e-commerce est le commerce de biens, de services et d'informations par le biais d'Internet.

Les bouleversements sont tels que certains dénoncent une « uberisation » de la société avec l'apparition de ces nouveaux services, pour qualifier le dumping social qui se joue désormais sur tous les espaces productifs, fragilisant certains secteurs d'activité. Ainsi, dans le tourisme, le secteur hôtelier doit s'adapter aux plateformes de réservation en ligne et trouver de nouvelles stratégies face à la concurrence de l'hébergement entre particuliers (Airbnb).

  • Même s'ils restent concentrés, les espaces productifs se recomposent à l'échelle mondiale avec l'émergence de certains pays.
  • Les FTN jouent un rôle majeur dans les systèmes productifs à l'échelle mondiale dont l'organisation est sélective.
  • Les États pèsent de tout leur poids pour développer les espaces productifs et attirer les IDE.
  • La Division internationale des processus productifs (DIPP) contribue à organiser les espaces productifs en réseau et à les spécialiser.
  • La révolution numérique bouleverse l'organisation des systèmes productifs et renforce la mise en réseau des espaces de production.