Analyser une situation de contre-jour Problème

Le budget public est constitué des dépenses et recettes publiques des :

  • Administrations publiques centrales (APUC), l'État et l'administration centrale, dont le budget est voté annuellement sous forme d'une loi des finances par le Parlement. C'est ce que l'on appelle le budget de l'État, au sens strict.
  • Administrations publiques locales (APUL), les communes, départements et régions, qui votent annuellement leur budget.
  • Administrations de sécurité sociale (ASSO), dont le budget (Projet de loi de financement de la Sécurité sociale) est voté annuellement par le Parlement.

Avec la décentralisation, une partie du budget des administrations centrales a été déplacée vers les administrations locales en même temps que les compétences étaient transférées de l'État central vers les collectivités locales. L'État pilote une partie des investissements réalisés par les APUL via les subventions.

Les dépenses des administrations publiques sont financées :

  • Par des recettes publiques, essentiellement constituées des impôts, taxes et cotisations sociales
  • Par des emprunts publics

En 2013, les dépenses publiques ont représenté 57 % du PIB, et les recettes publiques 53 % du PIB. Lorsque, sur une année, les dépenses publiques sont supérieures aux recettes publiques, l'État est en situation de déficit. En 2013, le déficit public a donc été d'environ 4 % du PIB. Pour compenser ce décalage, il s'endette : la France a ainsi accumulé une dette publique d'environ 2000 milliards d'euros, soit approximativement le montant du PIB annuel.

Au niveau européen, le Pacte de stabilité et de croissance (PSC) impose à terme aux États membres d'avoir des budgets proches de l'équilibre, voire excédentaires. Le PSC prévoit ainsi des "limites" : le déficit public ne devrait pas excéder 3 % du PIB. Face à la récurrence des déficits publics et aux difficultés conjoncturelles, l'Union européenne concède des dépassements, moyennant une discipline budgétaire et un objectif de réduction des déficits publics.

Voici une photo prise à contre-jour :

Les prélèvements obligatoires sont des recettes fiscales qui constituent la majeure partie des recettes publiques. Le taux de prélèvements obligatoires dépend surtout de la conjoncture économique.
Ces prélèvements sont sans contrepartie directe, c'est-à-dire que la consommation d'un service public ne dépend pas des montants versés. Les impôts, sauf exception, ne sont pas affectés à une dépense particulière. Les cotisations sociales, en revanche, ouvrent des droits à des prestations sociales et sont versées aux ASSO.

On distingue les impôts directs et indirects :

  • Les impôts directs sont ceux qui sont supportés et payés directement par la même personne.
  • Les impôts indirects sont payés à l'État par un agent, mais c'est un autre agent qui doit en supporter le coût.
-

Quelle est la source de lumière ?

Quelles sont les parties éclairées et non éclairées de la photo ?

Dans quelle partie se trouve le photographe ?

PrécédentSuivant