Les accordsCours

I

L'accord dans le groupe nominal

A

L'accord de l'adjectif qualificatif avec le nom : règle générale

L'adjectif qualificatif s'accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rapporte.

Le ciel si pâle et les arbres si grêles
Semblent sourire à nos costumes clairs

Paul Verlaine, Fêtes galantes, 1869

L'adjectif qualificatif s'accorde au masculin pluriel lorsqu'il se rapporte à deux noms, même si l'un d'entre eux est féminin.

Leurs idées et leurs principes communs

B

L'accord de l'adjectif de couleur

L'adjectif de couleur s'accorde avec le nom s'il est employé seul.

La terre est bleue comme une orange.

Paul Éluard, « La Terre est bleue comme une orange » L'Amour la poésie, 1929

L'adjectif de couleur reste invariable s'il est suivi d'un complément.

Et quand vous êtes en robe bleu pâlissant
Vous semblez Notre-Dame des fleurs ô voisine

Guillaume Apollinaire, « Poèmes à Yvonne », Œuvres poétiques, 1903

La plupart des adjectifs de couleur issus d'un nom sont invariables (marron, turquoise, orange).

Elles retrouvèrent un petit chapeau de peluche, à longs poils, couleur marron.

Gustave Flaubert, « Un cœur simple », Trois contes, 1877

C

L'accord de l'adjectif composé

Lorsque l'adjectif composé est formé de deux adjectifs, ceux-ci s'accordent avec le nom.

Les réprimandes, d'abord aigres-douces, devinrent vives et dures.

Honoré de Balzac, Pierrette, 1840

Lorsque l'adjectif composé est formé d'un adverbe ou d'une préposition et d'un adjectif, seul l'adjectif s'accorde avec le nom.

Les paupières entre-closes, elle se tordait la taille, balançait son ventre avec des ondulations de houle.

Gustave Flaubert, « Hérodias », Trois contes, 1877

II

L'accord entre le sujet et le verbe

A

L'accord du verbe avec le sujet : règle générale

Le verbe s'accorde en genre et en nombre avec son sujet.

B

L'accord du verbe avec plusieurs sujets

Lorsque le verbe a plusieurs sujets coordonnés ou juxtaposés, il s'accorde généralement au pluriel.

Et le regard de vos femmes, et le teint de vos filles sont les seuls qui ne suscitent en nous ni la brutalité ni le désir, mais cette angoisse du cœur et de la joie qui est l'horizon de la guerre.

Jean Giraudoux, La guerre de Troie n'aura pas lieu, 1935

C

L'accord du verbe avec le sujet : cas particuliers

Le verbe est toujours au singulier avec les indéfinis chacun(e), aucun(e), pas un(e), même lorsqu'ils sont suivis d'un nom au pluriel.

Chacun des trois hommes était enfoncé dans ses réflexions.

Émile Zola, Pot-Bouille, 1882

Le verbe est toujours au pluriel avec un sujet commençant par la plupart de.

La plupart des femmes n'ont guère de principes ; elles se conduisent par le cœur, et dépendent pour leurs mœurs de ceux qu'elles aiment.

Jean de La Bruyère, Les Caractères, 1688

Le verbe s'accorde généralement au pluriel (mais parfois au singulier) avec un sujet commençant par une foule de, un groupe de, un certain nombre de, une multitude de, etc.

Une foule d'écrivains, pendant dix ans, n'ont cessé de commenter les ouvrages de Kant.

Madame de Staël, De l'Allemagne, 1810

Les uns courent se jeter dans la rivière de Narva, et une foule de soldats y fut noyée.

Voltaire, Histoire de l'empire de Russie sous Pierre Le Grand, 1759−1763

III

L'accord du participe passé

A

L'accord du participe passé avec l'auxiliaire « être »

Lorsqu'il est employé avec l'auxiliaire « être », le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le sujet.

S'étaient-ils reconnus lorsqu'elle était passée près de lui ?

Marguerite Duras, Le Ravissement de Lol V. Stein, 1964

B

L'accord du participe passé avec l'auxiliaire « avoir »

Lorsqu'il est employé avec l'auxiliaire « avoir », le participe passé ne s'accorde jamais avec le sujet. En revanche, il s'accorde avec le COD lorsque celui-ci est placé avant le verbe.

Il n'aima pas comment elle était habillée. Une étoffe qu'il n'aurait pas choisie. Il avait des idées sur les étoffes.

Louis Aragon, Aurélien, 1944

Notre vie tu l'as faite elle est ensevelie

Paul Éluard, Le temps déborde, 1947

Récapitulatif

-
C

L'accord du participe passé avec un verbe pronominal

1

L'accord du participe passé avec un verbe essentiellement pronominal

Verbe essentiellement pronominal

Un verbe essentiellement pronominal est un verbe qui n'existe que sous la forme pronominale. Les verbes suivants sont pronominaux : se souvenir, s'évanouir, se méfier, etc.

La preuve que la liberté est l'idéal divin de l'homme, c'est qu'elle est le premier rêve de la jeunesse, et qu'elle ne s'évanouit dans notre âme que quand le cœur se flétrit et que l'esprit s'avilit ou se décourage.

Alphonse de Lamartine, Graziella, 1852

Lorsqu'il est employé avec un verbe essentiellement pronominal, le participe passé s'accorde toujours avec le sujet.

Et pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
L'inflexion des voix chères qui se sont tues.

Paul Verlaine, Poèmes saturniens, 1866

2

L'accord du participe passé avec un verbe occasionnellement pronominal

Verbe occasionnellement pronominal

Un verbe occasionnellement pronominal est un verbe qui existe sous la forme pronominale et sous la forme non pronominale. Les verbes suivants sont pronominaux : se rappeler, se demander, demander, etc.

Un jour Cosette se regarda par hasard dans son miroir et se dit : Tiens ! Il lui semblait presque qu'elle était jolie.

Victor Hugo, Les Misérables, 1862

Lorsque le participe passé est employé avec un verbe occasionnellement pronominal, il s'accorde avec le pronom réfléchi si celui-ci est un COD placé avant le verbe.

Dire juste ça, nous nous sommes détruits l'un l'autre, annulés, le mot que je cherche, annulés l'un l'autre, empêchés.

Jean-Luc Lagarce, Le Pays lointain, 1995

Le pronom réfléchi n'est pas toujours COD. Il peut être COI ou COS.

Ils se sont écrit des lettres pendant des années.

Le pronom réfléchi se est COI donc le participe passé reste au singulier.

Récapitulatif

-