Développement et inégalités en ChineCours

La Chine est aujourd'hui une très grande puissance mondiale, alors qu'elle était encore un pays très pauvre après la Seconde Guerre mondiale. Cette évolution spectaculaire s'explique par une croissance économique et un développement importants. Cela a conduit à l'amélioration des conditions de vie, mais des inégalités persistent.

Dans quelles mesures la croissance économique a-t-elle permis l'amélioration des conditions de vie de la population chinoise ?

I

La Chine, un pays émergent en plein développement

La Chine est un pays émergent, c'est-à-dire un ancien pays pauvre qui se caractérise par une forte augmentation des richesses produites. Sa croissance économique est spectaculaire et a permis une amélioration des conditions de vie de sa population.

A

Une croissance économique spectaculaire

1

Une forte augmentation des richesses produites

L'augmentation des richesses produites en Chine est très forte, ce qui en fait aujourd'hui la deuxième puissance économique mondiale.

La Chine rattrape son retard de façon spectaculaire.

Les richesses produites par la Chine depuis 1960
Les richesses produites par la Chine depuis 1960

© Banque mondiale, 2019 et © Perspective monde, 2019

  • Depuis 1960, le PIB (Produit intérieur brut) chinois a été multiplié par 230 tandis que celui des États-Unis, première puissance économique mondiale, a été multiplié par 38. 
  • Depuis 2010, les richesses produites sur le territoire chinois ont doublé.
  • En 2018, le PIB de la Chine est équivalent à celui des États-Unis en 2010. 

On observe un ralentissement de la croissance chinoise en 2018, avec la plus faible hausse du PIB depuis les années 1990, qui s'explique essentiellement par une diminution des exportations chinoises.

La Chine est le pays le plus dynamique parmi les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), c'est-à-dire parmi les pays émergents les plus dynamiques.

Le poids économique de la Chine et des BRICS en 2016−2050
Le poids économique de la Chine et des BRICS en 2016−2050

© Banque mondiale, 2019

2

Un acteur économique international

La Chine est un pays qui attire des investisseurs étrangers et développe de nouvelles industries et technologies, tout en continuant à exporter de nombreux produits dans le monde : c'est un acteur économique international.

Les investissements en provenance de l'étranger, quasiment inexistants en 1980, représentent 203 milliards de dollars en 2018. Depuis 2002, la Chine est le deuxième pays au monde le plus attractif pour les IDE. La Chine a elle-même commencé à investir à l'étranger à partir des années 1980, jusqu'à dépenser 216 milliards de dollars hors de ses frontières en 2016, en priorité dans ses pays voisins d'Asie.

L'évolution des investissements directs de l'étranger en Chine
L'évolution des investissements directs de l'étranger en Chine

© Banque mondiale, 2019

La stratégie économique de la Chine a changé. Elle ne se contente plus d'être l'atelier du monde mais ambitionne d'en devenir le laboratoire. Les investissements étrangers permettent la création d'usines d'assemblage pour des multinationales étrangères mais aussi de centres de Recherche-Développement en Chine. La Chine a ainsi développé sa capacité de recherche. Des industries chinoises progressent dans le domaine de la haute technologie.

L'entreprise chinoise TCL a racheté les mobiles Alcatel, et l'entreprise chinoise Lenovo a racheté les ordinateurs IBM.

Si les résultats de la Recherche-Développement restent inférieurs à ceux de l'Europe, des États-Unis et du Japon, la Chine compte désormais parmi les pays dont les dépenses pour la Recherche-Développement occupent une part importante du PIB. De plus, le plan « made in China 2025 » annoncé en 2015 est un programme d'investissement dans les nouvelles technologies qui vise à faire de la Chine le leader mondial des industries du numérique et de la robotisation.

Les dépenses pour la Recherche-Développement dans le monde
Les dépenses pour la Recherche-Développement dans le monde

© Banque mondiale, 2019 et © Unesco

Enfin, la Chine continue de produire de nombreux produits qu'elle exporte vers les marchés mondiaux. Elle importe en effet des pièces et des composants qu'elle transforme et assemble. Elle exporte ensuite les produits fabriqués vers Hong Kong, les États-Unis, l'Union européenne et le Japon, et de plus en plus vers l'Afrique.

B

Une amélioration du niveau de développement

Le niveau de développement permet de mesurer la qualité des conditions de vie des habitants d'un pays. Son amélioration en Chine a permis la diminution de la pauvreté et l'émergence d'une classe moyenne.

1

La diminution de la pauvreté

La pauvreté a considérablement diminué en Chine : plus de 600 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté depuis la fin des années 1950.

Il y a 30 ans, en Chine,  \dfrac{2}{3} de la population vivait dans l'extrême pauvreté (avec moins de 1 dollar par jour). Aujourd'hui, moins de 1 % de la population est soumise à l'extrême pauvreté.

L'amélioration des conditions de vie se traduit par une augmentation de l'espérance de vie à la naissance, qui a augmenté de plus de 30 ans depuis 1960. L'IDH (Indice de développement humain) de la Chine est ainsi passé de « faible » à « moyen ».

Indicateurs sur les conditions de vie de la population chinoise
Indicateurs sur les conditions de vie de la population chinoise

© Banque mondiale, 2019 et © Perspective monde, 2019

2

L'émergence d'une classe moyenne et de la société de consommation

L'amélioration des conditions de vie a permis l'émergence d'une classe moyenne chinoise, et donc d'une société de consommation.

Les dépenses des ménages ont été multipliées par plus de 150 depuis 1960, et par 8 depuis 2000. Cette très forte augmentation des dépenses de consommation traduit l'amélioration globale des conditions de vie.

La consommation des ménages chinois depuis 1960
La consommation des ménages chinois depuis 1960

© Perspective monde, 2019

La part de budget des ménages allouée à l'alimentation a baissé, ce qui est le signe d'une population plus aisée. La classe moyenne chinoise augmente ses dépenses de loisirs. Cette évolution a été encouragée par l'État :

  • En 1995, la durée du travail hebdomadaire est passée de 44 à 40 heures.
  • En 1999, des jours de congés payés ont été instaurés. 

 

L'essor de la société de consommation est aussi visible dans l'évolution des paysages urbains. Dans les villes, les rues commerçantes piétonnes se multiplient. On y trouve des enseignes de vêtements, des cafés et des restaurants avec leur terrasse, des centres commerciaux, etc. Pour les habitants qui n'ont pas de voiture, des navettes sont proposées depuis des stations de métro ou de bus.

Nankin, une rue piétonne de Shanghai
Nankin, une rue piétonne de Shanghai

© Wikimedia Commons

II

Des inégalités de plus en plus importantes

Toutefois, l'élévation globale du niveau de vie ne profite pas à tous. Les prix ont été multipliés par 6 depuis les années 1980. Les écarts se creusent entre ceux qui profitent des progrès et ceux qui n'y ont pas accès.

A

Un développement confronté au défi du nombre

La Chine est le pays le plus peuplé au monde avec 1,4 milliard d'habitants en 2019 et sa croissance démographique se poursuit. C'est un défi important qui entraîne des inégalités.

1

Une population nombreuse et déséquilibrée

Pour ralentir la forte croissance démographique de la population, la politique de l'enfant unique a été imposée en 1979. Cela a créé un déséquilibre dans la population.

Les ménages qui n'ont qu'un enfant obtiennent un « certificat d'enfant unique ». Ce certificat donne droit à des avantages matériels (accès à un logement en ville, à une parcelle de terre à la campagne). Les familles perdent ces droits s'ils ont un deuxième enfant.

L'évolution de la population chinoise (en nombre d'habitants)
L'évolution de la population chinoise (en nombre d'habitants)

Cette politique est aujourd'hui plus souple :

  • En 1984, dans les campagnes, les ménages peuvent avoir un deuxième enfant si le premier enfant est une fille. 
  • En 2009, l'État permet aux parents eux-mêmes enfants uniques d'avoir deux enfants. 
  • En 2013, cet assouplissement est élargi aux couples qui ne comptent qu'un seul parent enfant unique.

 

La politique de l'enfant unique a provoqué une forte hausse des infanticides dont ont été victimes les filles. Il en résulte aujourd'hui un déséquilibre important de la société chinoise : il manquerait 34 millions de femmes en Chine. Le déficit de femmes entraîne un déficit des naissances.

2

Le défi du vieillissement

De plus, la population chinoise est confrontée au vieillissement. Cela a des conséquences économiques négatives, comme par exemple l'augmentation du coût des retraites.

La population née du boom démographique des années 1950−1960 est aujourd'hui âgée. Les progrès du développement ont permis l'amélioration de l'espérance de vie à la naissance, il y a donc plus de personnes âgées. De plus, la politique de l'enfant unique a empêché le renouvellement d'une jeune génération.

On compte aujourd'hui près de 250 millions de personnes (17,3 % de la population chinoise) qui ont plus de 60 ans. Les perspectives sont de près de 500 millions de personnes en 2050 (35 % de la population chinoise).

Les conséquences de ce vieillissement sont économiques :

  • La population ne cesse de baisser depuis 2010 et n'est pas renouvelée.
  • Le coût des retraites est en augmentation.
  • Le coût des dépenses pour la santé est également en augmentation.

Le pourcentage de population active est passé de 73,2 % en 2010 à 71 % en 2017.

B

Des inégalités socio-spatiales plus fortes

1

Des inégalités de conditions de vie

La répartition des richesses au sein de la population est très inégale, tous les Chinois n'ont pas les mêmes conditions de vie.

En 1980, les Chinois les plus aisés (1 % de la population) détenaient 6,4 % de la richesse nationale tandis que 26,7 % des revenus étaient détenus par les 50 % les plus pauvres. En 2015, la part des plus aisés s'établissait à 13,9 % des richesses contre 14,8 % pour les plus pauvres.

Les inégalités de revenus en Chine selon l'indice de Gini
Les inégalités de revenus en Chine selon l'indice de Gini

© Perspective monde, 2019

2

Des contrastes territoriaux importants

Les contrastes sont forts entre les régions littorales et celles de l'Ouest : 45 % de la population vit sur les littoraux, qui ne représentent que 14 % du territoire, tandis que 15 % seulement de la population vit dans l'Ouest qui représente 56 % du territoire.

Les écarts de dynamisme entre les régions
Les écarts de dynamisme entre les régions

La stratégie de développement de la Chine a été favorable aux régions littorales, qui ont le plus bénéficié de l'ouverture du pays aux échanges extérieurs et aux IDE. Les littoraux concentrent plus de 80 % des Investissements directs étrangers et 86 % des exportations, tandis que les régions du centre du pays reçoivent 15 % des IDE et produisent 12 % des produits exportés. Les régions de l'ouest bénéficient de 2 % des IDE et contribuent à hauteur de 3 % des exportations de la Chine.

Les contrastes sont également forts entre les villes et les campagnes. Le revenu disponible par habitant dans les villes est 3 fois supérieur au revenu disponible par habitant dans les campagnes. Cet écart s'explique par le fait que les urbains bénéficient plus souvent de logements sociaux et d'une couverture sociale plus étendue. Les plus pauvres se trouvent à l'inverse parmi les agriculteurs et les retraités des zones rurales, mais également chez les travailleurs migrants qui fuient les campagnes pour chercher un emploi dans les métropoles.

C

Des politiques d'aménagement du territoire pour réduire les inégalités

Le gouvernement a lancé plusieurs grandes politiques d'aménagement depuis 1990 pour réduire les inégalités. La construction du barrage des Trois-Gorges et le projet de création de nouvelles routes de la soie en sont deux exemples emblématiques.

La construction du barrage des Trois-Gorges a été achevée en 2006. Long de 6 300 km, le fleuve Yangzi constitue un axe de peuplement majeur du pays : près de 40 % de la population chinoise occupe le bassin de la province du Sichuan, les régions des lacs et le delta du fleuve. Ce barrage a permis l'amélioration de la navigabilité fluviale et l'accès aux terres intérieures depuis le littoral. La croissance de l'activité industrialo-portuaire de Shanghai stimule ainsi les activités industrielles sur les plaines fluviales.

Le barrage des Trois-Gorges

Le barrage des Trois-Gorges

© Wikimedia Commons

Le projet de création de nouvelles routes de la soie lancé en 2013 comporte :

  • la construction d'une ligne ferroviaire transcontinentale allant du littoral pour rejoindre Anvers (en passant par le Kazakhstan, la Russie, la Pologne et l'Allemagne, Rotterdam) ;
  • la création d'une liaison LGV joignant Pékin à Moscou en deux jours (plutôt qu'une semaine avec le Transsibérien) ;
  • le développement de liaisons maritimes via l'océan Indien et la mer Rouge jusqu'à la mer Méditerranée (projet qui concernerait des pays en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient et en Europe), avec la construction de nouveaux grands ports de commerce (projets de construction puis d'exploitation par des entreprises chinoises), en Asie et en Afrique notamment.