Une nouvelle donne géopolitique : bipolarisation et émergence du tiers-mondePersonnages

-

Joseph Staline

1879 − 1953

Joseph Staline est né en 1879. Il est issu d'une famille pauvre de Géorgie. Après la révolution de Février, il adhère aux Thèses d'avril de Lénine. Il ne joue qu'un rôle modeste durant la révolution d'Octobre, mais devient commissaire aux Nationalités dans le gouvernement de Lénine. En 1922, il accède au poste de premier secrétaire du parti communiste. Il élimine progressivement ses rivaux (Trotski, par exemple) et devient le véritable maître de l'URSS en 1928. Il met en place une politique de collectivisation, d'industrialisation à outrance et de terreur. À l'extérieur, il se rapproche de l'Allemagne hitlérienne en signant le pacte germano-soviétique en août 1939. Staline étend l'influence de l'URSS sur l'Europe de l'Est après 1945. À sa mort en 1953, le pays est devenu une superpuissance mais au prix d'un bilan humain désastreux.

-

Jawaharlal Nehru

1889 – 1964

Jawaharlal Nehru naît en 1889. Issu d'une famille de brahmanes hindous, il reçoit une éducation occidentale. Avocat, il s'inscrit dès son retour en Inde au Parti du Congrès et participe à la lutte pour l'indépendance. Nehru souhaite une modernisation rapide de l'Inde, qui deviendrait un acteur important sur la scène internationale. Chef du gouvernement intérimaire chargé de préparer l'indépendance en 1946, il ne peut empêcher le conflit avec le futur Pakistan. Il devient Premier ministre à partir d'août 1947. Après l'assassinat de Gandhi en 1948, il est le chef incontesté du nationalisme indien. Il est, avec Nasser et Tito, à l'origine du mouvement des non-alignés. Il lance la « révolution verte » et permet ainsi au pays d‘éviter des famines catastrophiques. Il meurt en 1964.

-

Hô Chi Minh

1890 – 1969

Hô Chi Minh est né en 1890. Il rejoint le Parti communiste lors du congrès de Tours en 1920. Il crée en 1930 le Parti communiste indochinois (PCI) pour combattre le colonisateur (la France), puis l'occupant (le Japon) durant la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la guerre, Hô Chi Minh devient chef d'un gouvernement provisoire. Il proclame le 2 septembre la République démocratique du Vietnam, jour de la reddition japonaise. Un conflit s'engage alors avec l'ancienne métropole française : la guerre d'Indochine (1946−1954). En 1954, les accords de Genève divisent le Vietnam en deux États, séparés par le 17e parallèle. Hô Chi Minh œuvre alors à la réunification du Vietnam : c'est la guerre du Vietnam (1963–1975). Il meurt en 1969.

-

Mao Zedong

1893 – 1976

Mao Zedong est né en 1893. En 1935, il prend la tête du parti communiste chinois. Le 1er octobre 1949, Mao proclame l'avènement de la République populaire de Chine et s'allie avec Staline. Souhaitant axer le développement de la Chine sur les paysans, il lance la politique du « Grand Bond en avant » en 1958. C'est un échec. Contesté à l'extérieur comme à l'intérieur, il lance la « Révolution culturelle » (1966−1976) qui lui permet de reprendre le pouvoir en montant violemment la jeunesse contre les élites. C'est un nouvel échec. Instaurant un culte de la personnalité et prônant la ligne dure contre le capitalisme, il finit néanmoins par être un acteur de la détente en rencontrant Nixon en 1972. Il meurt en septembre 1976.

-

Nikita Khrouchtchev

1894 − 1971

Nikita Khrouchtchev est né en 1894. C'est un homme d'État soviétique, membre du Parti communiste et successeur de Staline en 1953. Il lance une politique de réformes économiques, en développant notamment les industries de consommation. Il dénonce publiquement le culte de la personnalité et les crimes commis par Staline. Il est favorable à un dialogue avec les Occidentaux et développe l'idée de la « coexistence pacifique ». Il doit quitter le pouvoir en 1964. On lui reproche un bilan en demi-teinte à l'extérieur, avec plusieurs crises importantes et des résultats économiques peu concluants à l'intérieur. Il décède en 1971.

-

Soekarno ou Sukarno, né Koesno Sosrodihardjo

1901 – 1970

Né en 1901, figure de l'indépendance indonésienne, Soekarno est à la fois moderniste et nationaliste. En 1927, il crée le Parti national indonésien. Il proclame l'indépendance de l'Indonésie au moment de la capitulation japonaise en 1945 et en devient le président. Après quatre années de guérilla avec les Pays-Bas, l'Indonésie est définitivement indépendante en 1949. Soekarno organise la conférence de Bandung en 1955, à l'origine du mouvement des non-alignés. Élu président à vie, il développe sur le modèle soviétique le culte de la personnalité et l'économie planifiée. Les dissensions internes et les mauvais résultats économiques sapent progressivement son prestige. Il cède le pouvoir au général Soeharto en mars 1966. Placé en maison d'arrêt, Soekarno meurt en 1970.