Comment les entreprises sont-elles organisées et gouvernées ?Cours

I

Le fonctionnement interne de l'entreprise

A

Les différentes catégories d'entreprises

Les entreprises sont très nombreuses et diverses. Ces formes d'organisation de l'économie de marché contribuent à une part considérable de l'activité économique. On peut distinguer les entreprises en fonction de plusieurs critères : taille, secteur d'activité, statut juridique.

Entreprise

L'entreprise est une organisation qui produit des biens et services marchands destinés à être vendus sur le marché.

En France en 2018, l'Insee comptabilise 3,8 millions d'entreprises de tailles diverses.

1

Les différentes tailles d'entreprises 

Il existe plusieurs catégories d'entreprises en fonction du nombre d'employés et/ou du chiffre d'affaire. En France, l'Insee distingue  : 

  • les grandes entreprises : elles ont plus de 5 000 employés et/ou un chiffre d'affaire supérieur à 1,5 milliards d'euros
  • les entreprises de taille intermédiaire (ETI) : elles ont entre 250 et 5 000 employés et/ou un chiffre d'affaire inférieur à 1,5 milliards d'euros
  • les petites et moyennes entreprises (PME) : elles ont entre 10 et 250 employés et/ou un chiffre d'affaire inférieur à 50 millions d'euros
  • les micro-entreprises : elles ont moins de 10 employés et/ou un chiffre d'affaire inférieur à 2 millions d'euros

Les grandes entreprises internationales (par exemple les GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) sont les plus médiatisées, mais la plupart des entreprises sont en réalité des micro-entreprises (souvent des artisans et des professions libérales).

Selon leur mode de gestion et le secteur dans lequel elles se développent, les entreprises peuvent être regroupées sous d'autres dénominations moins statistiques. C'est par exemple le cas des « start-ups », entreprises spécialisées dans le domaine des nouvelles technologies et d'Internet proposant des produits ou des services innovants (Uber, Deliveroo, Deezer, Blablacar, etc.).

90% : c'est le pourcentage des entreprises qui ont moins de 10 salariés. 

0,3% : c'est le pourcentage des entreprises qui ont plus de 200 salariés.

2

Les secteurs d'activité

Les entreprises se classent selon le secteur d'activité. On distingue trois secteurs principaux.

  • Le secteur primaire correspond à l'exploitation des ressources naturelles.
-

© Wikipedia

  • Le secteur secondaire regroupe les entreprises du domaine de l'industrie et de la construction.
-

© Pxhere

  • Le secteur tertiaire est celui des services.
-

© Pixnio

3

Les différents statuts juridiques 

Il existe un grand nombre de statuts différents en fonction des capitaux apportés et de la responsabilité juridique des gérants et propriétaires : 

  • EI (entreprise individuelle) 
  • SARL (Société à responsabilité limitée)
  • SA (Société anonyme)
  • SAS (société par actions simplifiée) 
B

Les différentes parties prenantes de l'entreprise

1

Les parties prenantes internes

Les parties prenantes internes sont les acteurs qui interviennent dans le cycle de production de l'entreprise :

  • L'entrepreneur est le créateur de l'entreprise. Il établit son projet, définit son marché et son public cible, choisit son statut juridique et son mode d'organisation. L'ensemble figure souvent dans ce que l'on nomme aujourd'hui un « business plan ». 
  • Les différents employés se répartissent dans les différents départements ou services de l'entreprise.
  • Les actionnaires constituent une partie prenante interne de l'entreprise dans une entreprise par actions.
Entrepreneur

L'entrepreneur est une personne qui dirige l'entreprise ou en porte le projet, il peut avoir plusieurs statuts légaux et peut-être le propriétaire ou non de celle-ci.

L'entrepreneur et l'innovation ont un rôle important dans le fonctionnement de l'économie capitaliste et le développement économique.

Joseph Schumpeter (économiste)

Théorie de l'évolution économique

1926

2

Les parties prenantes externes 

Les parties prenantes externes sont les partenaires de l'entreprise sans lesquels l'entreprise ne peut pas produire ou vendre. Ces partenaires sont eux-mêmes des entreprises :

  • les fournisseurs 
  • les distributeurs 
  • les prestataires de services (par exemple, une agence de publicité)
C

Les fonctions de l'entreprise

Le but de l'entreprise est de produire des biens et services de façon à générer un profit maximum. Les entreprises doivent coordonner différentes fonctions : 

  • la fonction de production : une partie de l'entreprise élabore la production et les techniques de production, notamment le choix de la combinaison productive, c'est-à-dire des facteurs de production (employés, machines, équipements) à utiliser.
  • la fonction de conception : une partie de l'entreprise élabore les produits ou services que l'entreprise va commercialiser.
  • la fonction de commercialisation : une partie assure la vente ou la distribution des produits et des services produits.

D'autres fonctions, correspondant à différents départements (ou services), sont également souvent nécessaires au bon fonctionnement d'une entreprise :

  • le service des ressources humaines qui prend en charge le recrutement et veille aux conditions de travail dans l'entreprise 
  • le service comptable qui établit les capacités ou les besoins de financement 
  • les services logistique, marketing, etc.

Les stratégies des entreprises sont variées : elles peuvent concentrer leur production sur un seul bien ou service ou fournir une gamme de biens et services. Lorsqu'une entreprise fournit plusieurs biens et services, le plus important sera appelé le « cœur de métier » et il constitue l'élément central du savoir-faire technique ou scientifique de l'entreprise.

Cœur de métier

Le cœur de métier est l'activité principale d'une entreprise dans laquelle s'exerce son savoir-faire singulier.

Chaque entreprise dispose d'un cœur de métier qui fait sa singularité, et les entreprises constituent un réseau (on parle aussi de tissu) qui fonctionne en interdépendance les unes avec les autres dans le cadre de la division sociale du travail.

II

La gouvernance de l'entreprise 

A

La tête de l'entreprise

À la tête de l'entreprise, on peut distinguer plusieurs fonctions : propriétaire/actionnaire et manager.

Dans les entreprises par actions, les actionnaires apportent les capitaux. En tant que propriétaires, ils ont un pouvoir de décision au sein de l'entreprise, notamment celui de désigner le PDG (président directeur général) qui dirige au nom de leur intérêt.

Actionnaire

L'actionnaire est le propriétaire de tout ou d'une partie du capital social de l'entreprise, il possède une ou plusieurs actions. Une action peut être achetée ou vendue sur les marchés financiers.

Les petites entreprises n'appartiennent souvent qu'à un seul propriétaire ou actionnaire.

Les actionnaires n'assurent pas la fonction de direction de l'entreprise : cette fonction est exercée par un « manager ».

Manager

Le manager est un salarié qui est chargé de prendre des décisions dans l'entreprise voire de la diriger.

Dans les grandes entreprises, ces acteurs forment un conseil d'administration qui se réunit régulièrement pour prendre les décisions stratégiques.

Conseil d'administration

Le conseil d'administration est l'organe de décision principal dans une grande entreprise, il est en général composé de l'ensemble des grands actionnaires et des principaux directeurs de l'entreprise.

Dans les petites entreprises, ces différentes fonctions peuvent être réunies chez une seule personne qui est alors à la fois propriétaire/actionnaire et manager.

B

La structure hiérarchique

Les entreprises sont des organisations hiérarchiques.

Hiérarchie

Dans une entreprise, la hiérarchie est une forme d'organisation du pouvoir dans laquelle chaque élément de l'entreprise est subordonné à un supérieur, jusqu'à la tête de l'entreprise.

À l'intérieur de l'entreprise, les différentes hiérarchies prennent des décisions variées :

  • dans la hiérarchie la plus haute, on décide des stratégies d'entreprises
  • à tous les niveaux, on décide des produits à fabriquer, des matières à utiliser, des fournisseurs à choisir, des employés à recruter, des marchés à investir, etc.

Dans les entreprises complexes en taille ou fonctionnement, l'organigramme d'entreprise permet de visualiser à la fois le mode d'organisation de l'entreprise et son fonctionnement hiérarchique.

-
C

Les modes de gouvernance

Les entreprises peuvent être plus ou moins hiérarchiques, et il existe une multitude de façons d'organiser les chaînes de décisions qui permettent la production. On parle de gouvernance d'entreprise pour évoquer ces différentes façons d'exercer l'autorité et de prendre les décisions. La gouvernance d'entreprise a un impact particulièrement important sur le fonctionnement de l'entreprise. 

Gouvernance d'entreprise

La gouvernance d'entreprise est l'ensemble des processus, réglementations, lois et institutions destinés à définir la manière dont l'entreprise est dirigée et administrée, notamment la façon dont les décisions sont prises et les relations de pouvoir organisées.

On distingue en général deux grands types de gouvernance :

  • La gouvernance centralisée : dans cette forme d'organisation, la hiérarchie décisionnelle entre les services généraux et les sous-services est très forte. Les décisions sont prises au niveau le plus haut de la hiérarchie d'entreprise, par le conseil d'administration, et l'autonomie des autres services est faible.
  • La gouvernance décentralisée : dans cette forme d'organisation, la hiérarchie est plus souple, les services (achat, logistique, marketing par exemple) disposent d'une certaine autonomie et les décisions sont prises par chaque service en fonction d'objectifs particuliers à chacun. Cette forme de gouvernance nécessite davantage de procédés de mise en relation qui prennent souvent la forme de réunions interservices.
-

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la société industrielle dite de modèle « fordiste » était basée sur des entreprises très hiérarchiques. Les « cadres » émergent en tant que catégorie professionnelle caractérisée par des tâches de direction et de décisions tandis que les employés sont affectés à des tâches d'exécution.

La gouvernance d'entreprise a profondément évolué depuis un demi-siècle avec les transformations des entreprises et leur adaptation au système productif mondialisé. Aujourd'hui, la gouvernance d'entreprise s'étend à l'ensemble des relations sociales à l'intérieur de l'entreprise en définissant des principes et des chartes éthiques qui permettent une bonne coopération dans l'entreprise et une bonne intégration de celle-ci dans la société.

D

Organisation et régulation du travail

Les entreprises sont des organisations contractuelles. Les employés et l'entreprise sont liés par des contrats qui doivent respecter les lois du code du travail. Selon les pays, le poids des syndicats, le niveau des négociations collectives et les codes de travail en vigueur, l'organisation du travail dans l'entreprise et les modes de gouvernance peuvent varier fortement. 

En France, le droit du travail impose une durée hebdomadaire maximum de travail (les 35h) ainsi qu'un salaire minimum (le SMIC) dans le but de protéger les travailleurs et d'empêcher l'exploitation des plus faibles.

Au XIXe siècle, alors que les législations du travail n'étaient pas encore établies, certaines entreprises assuraient une protection minimale à leurs travailleurs (logement, santé) : on appelle ce courant le paternalisme industriel et il a donné naissance à des villes industrielles.

III

L'entreprise : un lieu social

© Svg Sihl

© Svg Sihl

L'entreprise est non seulement une organisation productive mais aussi un lieu de relations sociales. La vie d'entreprise correspond à une part importante de l'activité sociale des individus : le travail forge des liens sociaux et constitue l'une des modalités de l'intégration dans la société. La socialisation secondaire des individus s'élabore souvent au cours d'une carrière professionnelle : les collègues de travail peuvent constituer un groupe de pairs influençant la transmission des normes et des comportements dans la société. De nombreux individus se définissent ainsi par leur appartenance à telle ou telle entreprise.

Liens sociaux

Les liens sociaux sont les relations qui unissent les individus à l'intérieur d'un même groupe social ou entre plusieurs groupes sociaux.

La carrière et les relations de travail procurent non seulement à l'individu une partie de son réseau de sociabilité mais elles lui confèrent aussi en partie son statut social.

Statut social

Le statut social est un ensemble de caractéristiques sociales (genre, âge, métier) qui positionnent l'individu au sein de l'organisation d'une société.

En raison de ce rôle intégrateur de l'entreprise, la perte d'emploi ou le licenciement peuvent être ressenties comme un échec d'intégration.

A

La coopération en entreprise

La coopération dans l'entreprise est particulièrement importante dans la mesure où l'entreprise est composée de différents services dont les intérêts s'opposent parfois.

Coopération

La coopération est une forme d'organisation collective qui repose sur la volonté d'unir les différents acteurs de la production au service d'objectifs communs partagés.

La théorie des « coûts de transaction » montre que les individus, malgré leurs intérêts divergents, ont intérêt à se réunir en entreprise pour maximiser les productions et subvenir ainsi aux besoins de la société.

Ronald Coase

« The Nature of the Firm »

1937

La coopération entre les employés d'une entreprise est souvent encouragée par l'entreprise elle-même dans le but de renforcer la cohésion entre les salariés pour améliorer la qualité du travail d'équipe.

De nombreuses entreprises créent des comités d'entreprise qui fournissent à leurs employés des services (chèques vacances, uniformes, stages de cohésion, séminaires) qui contribuent à renforcer le caractère intégrateur de l'entreprise.

B

Les conflits en entreprise

L'entreprise peut être un lieu de conflit social. Le plus souvent, le conflit émerge entre les employeurs et les salariés car leurs intérêts respectifs ne coïncident pas. Les conflits portent souvent sur le partage des richesses produites, les conditions de travail ou encore le droit des travailleurs.

Conflit

Le conflit est un affrontement entre plusieurs personnes ou groupes sociaux qui ne parviennent pas à coopérer.

Dans le cas de conflits employeurs/salariés, le rapport de force joue en défaveur du salarié car celui-ci dépend de l'employeur pour obtenir de quoi vivre. Cependant, des salariés mobilisés collectivement peuvent faire pression sur les employeurs pour faire valoir leurs intérêts, par exemple à travers des stratégies de grèves, qui nuisent à la rentabilité de l'entreprise. Pour permettre le dialogue entre salariés et employeurs, des organisations salariales et patronales se sont mises en place : ce sont les partenaires sociaux.

Partenaires sociaux

Les partenaires sociaux désignent l'ensemble des syndicats patronaux et de salariés. Ils permettent le dialogue social, c'est-à-dire une discussion entre les différents acteurs de l'entreprise, afin de gérer pacifiquement les différends et d'établir des compromis.

Syndicat

Un syndicat est une organisation chargée de défendre les intérêts d'un groupe professionnel. Les syndicats font partie des partenaires sociaux qui négocient les conventions collectives s'appliquant aux branches professionnelles ou aux salariés d'une entreprise.

En France, le MEDEF est un syndicat d'employeur (ou patronal) tandis que La CGT est un syndicat de salariés.

Dans toutes les entreprises où des sections syndicales sont constituées, l'employeur doit obligatoirement convoquer tous les ans les délégués syndicaux pour négocier sur les salaires et le temps de travail, l'insertion professionnelle des travailleurs handicapés, l'égalité professionnelle et salariale entre hommes et femmes.

C

Négociations salariales et conventions collectives

La plupart des États ont rendu obligatoires les négociations collectives à différents niveaux. Lors de négociations collectives, entreprises, État et syndicats signent des conventions collectives, qui encadrent et définissent le niveau des salaires. 

Négociations collectives

Les négociations collectives sont l'ensemble des concertations entre les syndicats représentant les salariés et ceux représentant les employeurs qui ont pour but de trouver un accord commun sur les salaires et les conditions de travail (horaires, objectifs, etc.) dans les entreprises.

Conventions collectives

Les conventions collectives sont des accords signés entre les partenaires sociaux d'une branche d'activité et concernent principalement l'évolution des salaires et les conditions de travail.

Les conventions collectives peuvent être établies à plusieurs niveaux :

  • niveau national interprofessionnel : négociations par les syndicats représentatifs au niveau national, pour toutes les branches d'activité à la fois
  • niveau de la branche d'activité : négociations entre les syndicats représentatifs d'une branche d'activité et les employeurs de cette branche
  • niveau de l'entreprise ou de l'établissement : négociations entre les délégués syndicaux, désignés par les syndicats représentatifs dans l'entreprise, et les représentants de la direction de l'entreprise