Représenter un réseau d’interactions de l’espèce humaine avec un écosystème à l'aide de documentsQuestions sur documents types bac

Le maïs est l'une des plantes cultivées les plus utilisées à la surface du globe. Un parasite du maïs, la pyrale, entraîne une perte considérable dans les récoltes. 

La lutte la plus classique contre ce ravageur des cultures passe par l'utilisation de pesticides, mais ces derniers peuvent avoir des effets nocifs sur la biodiversité et une réflexion est engagée vers la mise au point de moyens de défense plus respectueux de l'environnement. Cette lutte biologique dite « intégrée », suppose l'utilisation d'un autre insecte, auxiliaire des cultures dans ce cas : le trichogramme.

À l'aide des documents suivants, présenter la nouvelle méthode de lutte en l'accompagnant d'un schéma présentant les diverses relations entre l'être humain et les espèces présentées ici.

Document 1

La production du maïs

La France est le 1er pays producteur européen avec 3 millions d'hectares cultivés. Le maïs est la 2e production végétale française après le blé. En France, 15 millions de tonnes de maïs en grains sont produites chaque année.

Le maïs est utilisé pour l'alimentation animale (volaille, bovins), mais une partie est également directement consommée (en grains ou en farines). Une partie est également utilisée en « chimie verte », par exemple pour la fabrication de sacs pouvant se substituer aux sacs plastiques ou encore pour la production d'éthanol.

Un champ de maïs cultivé

Un champ de maïs cultivé

© Wikipédia

Document 2

Les dégâts liés au développement de la pyrale du maïs

La pyrale du maïs (Ostrinia nubilalis) est un lépidoptère dont la femelle pond ses œufs dans les pieds de maïs en croissance. L'infestation par la larve de pyrale conduit à des perforations des feuilles, ainsi qu'à une cassure de la tige conduisant à la « verse », c'est-à-dire que les pieds de maïs se couchent, ce qui empêche la récolte et conduit au pourrissement.

Les pertes engendrées par la pyrale du maïs peuvent atteindre des valeurs considérables : jusqu'à 20 ou 30 % de perte de rendement. La perte moyenne est telle que, sur une production de 15 tonnes de matière sèche par hectare, environ 750 kg peuvent être détruits.

Une pyrale du maïs

Une pyrale du maïs

© Wikipédia

Document 3

Le trichogramme

Le trichogramme (Trichogramma ostriniae) est une petite guêpe (un hyménoptère). Dans le cycle de reproduction de cet insecte, une phase larvaire se déroule sous forme parasitaire : la femelle pond ses œufs dans des œufs de pyrale. La larve de trichogramme se développe en dévorant l'embryon de pyrale.

Le gros avantage du trichogramme, c'est qu'il est spécifique de la pyrale, il ne détruit pas les autres insectes présents dans la parcelle traitée. Par ailleurs, il respecte l'environnement et il ne pose pas de problème de dérive (pas de risque de diffusion dans un champ limitrophe).

D'après le document 2, quel est le pourcentage moyen annuel en masse de la récolte qui est détruit par la pyrale ?

Dans la chaîne alimentaire Maïs → Bovin → Homme, quel est le niveau trophique de l'homme ?

Dans les deux chaînes alimentaires suivantes : Maïs → Homme et Maïs → Pyrale, quel est le niveau de l'homme et de la pyrale ?

Que représente le trichogramme par rapport à la pyrale ?

En tenant compte de l'ensemble des documents fournis, quel est l'intérêt d'utiliser les trichogrammes dans une culture de maïs ?