Se connecter
ou

Sonnets, "O beaux yeux bruns, ô regards détournés"

"Ô beaux yeux bruns, ô regards détournés"

Ô beaux yeux bruns, ô regards détournés,
Ô chauds soupirs, ô larmes épandues,
Ô noires nuits vainement attendues,
Ô jours luisants vainement retournée !

Ô tristes plaints, ô désirs obstinés,
Ô temps perdu, ô peines dépendues,
Ô milles morts en mille rets tendues,
Ô pires maux contre moi destiné !

Ô ris, ô front, cheveux bras mains et doigts !
Ô luth plaintif, viole, archet et voix !
Tant de flambeaux pour ardre une femelle !

De toi me plains, que tant de feux portant,
En tant d'endroits d'iceux mon cœur tâtant,
N'en ait sur toi volé quelque étincelle.

Louise Labé

Sonnets

1555

I

L'énonciation du sonnet

  • Il s'agit d'un sonnet italien avec rimes en abba / cddc / eef / ggf.
  • Ce sonnet est composé en décasyllabes.
  • On peut remarquer l'anaphore de "Ô".
  • La présence de la poétesse est perceptible par le biais de "moi", "me", "mon".
  • La poétesse apostrophe l'homme aimé. Il est désigné par une métonymie : "yeux bruns", "chauds soupirs".
  • On peut noter l'emploi du pronom personnel "toi".
  • Le lecteur peut s'identifier à l'homme aimé. En effet, aucun nom ou prénom n'est donné, ce qui renvoie à l'universalité du poème.
II

La forme du blason

  • Un blason est un poème au XVIe siècle décrivant un être ou un objet.
  • Plusieurs parties du corps sont évoquées : "beaux yeux bruns", "front, cheveux bras mains et doigts".
  • On peut remarquer l'emploi d'adjectifs mélioratifs pour parler de l'être aimé : "beaux", "chauds".
  • La beauté de l'homme est associée au feu : "Tant de flambeaux".
  • Ce poème peint un portrait élogieux de l'homme aimé.
III

La passion amoureuse

  • L'amour paraît dans le portrait élogieux fait de l'être aimé.
  • C'est la beauté de l'homme qui déclenche l'amour. Il faut noter l'importance du regard dans le poème, dès le premier vers.
  • La passion est désignée par une métaphore : "désirs obstinés".
  • Le champ lexical du feu est utilisé, c'est un lieu commun de la passion : "flambeaux ", "ardre", "feu", "étincelle".
IV

Un amour malheureux

  • L'amour n'est pas réciproque.
  • On peut remarquer la répétition de l'adverbe "vainement" aux vers 3 et 4. La répétition se fait à l'hémistiche, ce qui souligne l'importance de l'adverbe.
  • Le temps passé à aimer est inutile, puisque l'homme n'aime pas en retour : "temps perdu".
  • La poétesse attend toujours que l'homme l'aime : "Nuits et jours".
  • Il faut noter le chiasme qui souligne cette idée de l'attente : "noires nuits" / "jours luisants".
  • La poétesse attend en vain "quelque étincelle".
V

Un poème lyrique

  • La poétesse exprime ses sentiments. Le lyrisme est donc très présent.
  • L'anaphore du "Ô" lyrique est remarquable : il est repris quatorze fois dans le poème.
    On perçoit le sentiment de désespoir, souvent à l'hémistiche.
  • L'idée d'une plainte est perceptible : "soupirs", "larmes", "luth plaintif", "tristes plaints".
  • L'idée de souffrance est aussi évidente avec le terme "maux" mis en valeur par sa position finale au deuxième quatrain.
  • On peut repérer de nombreuses phrases exclamatives.
  • Ce sonnet est donc élégiaque, il exprime la tristesse.

Quelle forme prend le poème ?

I. Un sonnet italien
II. Un blason
III. Une élégie

Quels sentiments exprime la poétesse ?

I. La passion amoureuse
II. Un amour malheureux
III. La tristesse

Comment la passion amoureuse s'exprime-t-elle ?

I. L'énonciation du blason
II. Le champ lexical de la passion
III. La souffrance de la poétesse

Identifie-toi pour voir plus de contenu

Pour avoir accès à l'intégralité des contenus de Kartable et pouvoir naviguer en toute tranquillité, connecte-toi à ton compte.
Et si tu n'es toujours pas inscrit, il est grand temps d'y remédier (30 secondes max).