Devenir Premium
Se connecter
ou

Le Parti pris des choses, "Le Cageot" Exposé type bac

Le Cageot

À mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot, simple caissette à claire-voie vouée au transport de ces fruits qui de la moindre suffocation font à coup sûr une maladie.

Agencé de façon qu'au terme de son usage il puisse être brisé sans effort, il ne sert pas deux fois. Ainsi dure-t-il moins encore que les denrées fondantes ou nuageuses qu'il enferme.
À tous les coins de rues qui aboutissent aux halles, il luit alors de l'éclat sans vanité du bois blanc. Tout neuf encore, et légèrement ahuri d'être dans une pose maladroite à la voirie jeté sans retour, cet objet est en somme des plus sympathiques, − sur le sort duquel il convient toutefois de ne s'appesantir longuement.

Francis Ponge

Le Parti pris des choses

1942

Texte

I

L'originalité de la poésie de Francis Ponge

  • Dans Le Parti pris des choses, Francis Ponge rompt avec la tradition poétique de son époque. Le "je" n'est plus au centre de la poésie, s'éloignant d'un lyrisme renouvelé par les Surréalistes.
  • Francis Ponge n'est pas non plus un poète engagé en cette période de Seconde Guerre mondiale mais va s'attacher à la matérialité des objets, comme a pu le faire Rimbaud avant lui avec "Le Buffet", en le décrivant de la façon la plus objective possible.
II

Un objet familier

  • Il s'agit de définir, sous forme d'un poème en prose, un objet du quotidien : un emballage léger, à claire-voie, qui sert à transporter des denrées périssables. Ici, l'article défini "Le" insiste sur l'essence de l'objet et en fournira une définition, à la manière d'un dictionnaire : "À mi-chemin de la cage au cachot la langue française a cageot". Il existe bien sûr d'autres mots entre "cage" et "cachot" et l'ordre alphabétique n'est pas respecté, par ironie, mais cela permet à l'auteur de jouer sur les sonorités : l'allitération en [k], pour mimer le bruit du cageot que l'on casse après usage et les assonances en [a] et en [o], comme des exclamations.
  • Le poète insiste sur sa sobriété : "simple", "À tous les coins de rues", "sans vanité", montrant par là une certaine ironie, à nouveau, envers la poésie lyrique en renouvelant le genre poétique tant par sa forme que par son sujet.
III

Un objet poétique

  • Le cageot est fascinant car il est éphémère, ce qui rejoint le thème lyrique de la fuite du temps : "il ne sert pas deux fois".
  • Il est personnifié à deux reprises : "légèrement ahuri", "des plus sympathiques", le superlatif renforçant l'idée de préciosité poétique du cageot alors que le participe passé "voué" le rendait passif au départ. Il devient un personnage à part entière, actif dans la création poétique.
  • Le champ lexical de la lumière le définit : "à claire-voie", "nuageuses", "il luit alors de l'éclat", "blanc", "neuf" le rendant ainsi fascinant alors qu'il est prosaïque.
  • Par ailleurs, on retrouve des vers libres dans ce poème en prose, ce qui le rend musical comme une poésie en vers classique : "À mi-chemin de la cage au cachot" est un décasyllabe et "la langue française a cageot" est l'octosyllabe qui suit.
IV

Un objet tragique

  • Le cageot est voué à disparaître à travers le champ lexical de la morbidité : "suffocation", "maladie", "brisé sans effort", "jeté sans retour". De même que les denrées qu'il transporte sont périssables.
  • Ce poème en prose est une hypotypose, celle d'une nature morte puisque des fruits et une vanité sont représentés, soit la vie brève du fruit, tout comme celle du cageot "il ne sert pas deux fois" et le crâne, signifié du mot "vanité".
  • Cette nature morte est quasi inquiétante à travers la paronomase cage/cachot, symbole d'enfermement et de torture. D'ailleurs, le cageot, comme un héros tragique, est soumis au "sort" et est prisonnier de son destin.
  • Les mots de la fin cependant reviennent sur la légèreté du sujet : "sur le sort duquel il convient toutefois de ne s'appesantir longuement." Le cageot ne méritant probablement pas d'être un parti pris sérieux.

Un sujet trivial peut-il être poétique ?

  • Un objet éphémère mimant la fuite du temps
  • Un objet personnifié
  • La transformation de la réalité vers un objet poétique

En quoi le regard poétique de Francis Ponge est-il nouveau ?

  • Un objet du quotidien
  • Une transformation poétique
  • La musicalité des mots

En quoi ce poème en prose est-il tragique ?

  • Le destin de l'objet
  • La vanité de toute chose
  • La beauté tragique