Devenir Premium
Se connecter
ou

Sonnets pour Hélène, "Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle" Exposé type bac

Sonnet à Hélène

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
"Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle !"

Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de Ronsard ne s'aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serais sous la terre, et, fantôme sans os,
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos ;
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie.

Pierre de Ronsard

Sonnets pour Hélène

1578

I

Un sonnet classique

  • Le sonnet vient de l'italien sonare qui signifie "sonner". Il a été créé par Pétrarque en Italie et a été introduit en France par Marot.
  • Ce poème respecte la forme marotique : il présente 14 vers composés de rimes embrassées, plates puis embrassées et utilise l'alexandrin.
  • Ce sonnet est structuré en miroir : les deux quatrains et les deux tercets se répondent.
  • La pointe est présente au dernier vers qui constitue la leçon à tirer du poème : carpe diem, il faut profiter du temps présent.
  • Le thème du poème est classique, il s'agit d'un poème d'amour visant à courtiser une femme.
II

Une déclaration d'amour

  • Ce poème appartient à la littérature courtoise, il est adressé à une femme, Hélène, qui n'est autre qu'une des maîtresses de Ronsard.
  • La jeune femme n'est pas nommée précisément : "vous", "votre nom".
  • Le poète ne propose que de vagues allusions portant sur sa beauté et sa jeunesse mais en insistant bien sur le fait que celles-ci vont disparaître : "quand vous serez bien vieille" (v.1) : on peut remarquer l'emploi du futur et de l'adverbe "bien" qui a valeur d'insistance.
  • Ce poème ne donne pas une image positive de la femme courtisée : "fier dédain", "vieille accroupie", "bien vieille" et sa beauté n'est mentionnée qu'à l'imparfait : " j'étais belle" (v.4).
III

Un poème d'amour nostalgique

A

L'amour passé

  • L'amour n'est présent qu'au passé et une certaine nostalgie imprègne le poème : "Ronsard me célébrait" (v.4), "regrettant mon amour" (v.12).
  • L'utilisation du participe présent montre qu'il est trop tard : "dévidant", "filant", "émerveillant", "sommeillant", "éveillant", "regrettant".
  • Il y a une urgence à profiter du temps présent, c'est le carpe diem auquel renvoie le dernier vers.
B

Un futur réaliste

  • La femme est la muse du poète. Pour la faire réfléchir, ce dernier propose d'elle une projection dans le futur. Il y a donc une opposition entre le passé et le futur, perceptible à travers les nombreuses antithèses.
  • On peut relever la présence de verbes au futur ayant une valeur hypothétique : "serez", "aurez", "serai", "serez" qui projettent les deux personnages dans un avenir lointain.
  • La description en action de la vieille femme évoque une vanité littéraire car elle est montrée en train de filer, ce qui est une activité ordinaire pour les femmes de l'époque. Elle n'est accompagnée que d'une servante endormie, elle est seule et tournée vers le passé symbolisant une époque heureuse révolue.
  • Le lexique employé fait penser à un tableau hollandais de la même époque : "soir", "chandelle", "assise", "feu", "dévidant", "filant", "au foyer". Cette image précise est créée par le procédé de l'ut pictura poesis signifiant littéralement "comme la peinture, la poésie". Ce procédé est présent dans l'Art Poétique d'Horace qui soulignait déjà les points communs existant entre le poète et le peintre.
IV

Un poème sur Ronsard

  • Contrairement à la destinataire du poème qui n'est pas nommée, le nom de Ronsard apparaît quant à lui dans le poème aux vers 4 et 7.
  • Ronsard est donc au centre du poème, il est question de sa mort mais l'image qui est donnée est positive : "fantôme sans os". Contrairement aux humbles mortes, le poète lui aura une place privilégiée auprès des "ombres myrteux" (v.6).
  • Le fait d'écrire le rend d'ailleurs immortel puisque même après sa mort, on continue à dire ses vers : "direz chantant mes vers". La seule mention du nom de Ronsard réveille le souvenir et l'associe à des "louanges immortelles" (v.8).
  • Ainsi, si Hélène profite du temps présent en compagnie de Ronsard, il lui offrira une part de son immortalité car pour Ronsard, seule l'écriture permet de conserver le souvenir et donc d'immortaliser l'amour.
V

Un poème délivrant une morale

  • Le champ lexical de la vieillesse est très présent concernant la jeune femme : " vieille", "soir", "vieille accroupie".
  • La mort est présente concernant Ronsard mais elle est atténuée grâce aux euphémismes : "serai sous la terre", "fantôme sans os", "je prendrai mon repos". Cela oppose les deux personnages qui ne connaîtront pas le même destin.
  • Ce poème est en partie argumentatif car Ronsard tente de persuader Hélène de profiter du temps présent en sa compagnie. Il prend des allures d'apologue (récit et morale).
  • Cette urgence est renforcée par la métaphore finale "les roses de la vie" qui renvoie aux plaisirs de la vie. Ronsard utilise d'ailleurs l'impératif "cueillez", c'est-à-dire "profitez avant qu'il ne soit trop tard". C'est une morale épicurienne.

Comment est illustrée la notion du carpe diem dans ce sonnet ?

I. Le portrait d'une vieille femme
II. Accéder à l'immortalité grâce à la poésie
III. La fonction morale du dernier tercet

En quoi cette déclaration d'amour est-elle ambiguë ?

I. Un portrait négatif
II. La femme éclipsée par le poète
III. Au service d'une morale

En quoi ce poème célèbre-t-il la poésie ?

I. Un sonnet rigoureusement construit
II. Un portrait positif du poète
III. L'écriture poétique pour accéder à l'immortalité

Quels objets sont célébrés par Ronsard dans ce poème ?

I. La jeunesse de la femme aimée
II. La poésie et l'écriture poétique