L'expression de la négationCours

I

La négation lexicale

Au niveau du mot, la négation peut être exprimée par :

  • Un préfixe négatif (a-, dé(s)-, il-, im-, in-, ir-, mal-)

La première fois qu'Aurélien vit Bérénice, il la trouva franchement laide. Elle lui déplut, enfin. 

Louis Aragon, Aurélien, 1944

  • L'adverbe « non »

— Ton cœur bat-il toujours à mon seul nom ?
Toujours vois-tu mon âme en rêve ? — Non.

Paul Verlaine, « Colloque sentimental », Fêtes galantes, 1869

  • La préposition « sans »

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre. 

Louis Aragon, Le Roman inachevé, 1956

  • Les antonymes

J'ai dit le bien et le mal avec la même franchise. 

Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions, 1782

II

La négation syntaxique

Au niveau syntaxique, la négation s'exprime dans une phrase négative

La négation peut être combinée avec tous les types de phrases (assertive, interrogative, injonctive).

Types de phrases

Exemples

Phrase interrogative

Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ? 

Charles Baudelaire, « À une passante », Les Fleurs du Mal, 1857

Phrase injonctive

N'écris pas. Je suis triste, et je voudrais m'éteindre. 

Marceline Desbordes-Valmore, « Les Séparés », Poésies inédites, 1860

A

La négation totale

Négation totale

La négation est totale lorsqu'elle porte sur l'ensemble de la phrase. Elle est exprimée par « ne… pas » (ou « ne… point » dans le langage littéraire).

L'homme n'point de port, le temps n'point de rive [...].

Alphonse de Lamartine, « Le Lac », Méditations poétiques, 1820

Dans la langue littéraire, « ne » peut suffire à exprimer la négation.

Je ne sais ce que j'éprouve ; il me semble que mes mains sont couvertes de sang. 

Alfred de Musset, On ne badine pas avec l'amour, 1834

Lorsque deux éléments sont coordonnés dans une négation totale, la conjonction de coordination « ni » est employée en lien avec « ne ».

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur [...].

Victor Hugo, « Demain, dès l'aube… », Les Contemplations, 1856

B

La négation partielle

Négation partielle

La négation est partielle lorsqu'elle porte sur une partie de la phrase.

Elle peut être exprimée par :

  • « ne… rien »

Ce sont des rivales qui ne se pardonnent rien

Montesquieu, Lettres persanes, 1721

  • « ne… jamais »

Savez-vous, Vicomte, pourquoi je ne me suis jamais mariée ? 

Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses, 1782

  • « ne… plus »

Je vous perds, mes enfants ; mais Jason vous perdra ; 
Il ne vous verra plus... 

Pierre Corneille, Médée, 1635

  • « ne… aucun(e) »

Il ne laissait échapper aucune occasion de voir Mme de Clèves [...].

Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678

  •  « ne… nul(le) »

Je n'y ai eu nulle considération de ton service, ni de ma gloire. 

Michel de Montaigne, « Au lecteur », Essais, 1580−1595

III

Les cas particuliers

Négation restrictive

La négation restrictive, exprimée par « ne… que », n'est pas réellement une négation : elle excepte de la négation l'élément qui suit le mot « que ».

Tu n'aimes pas les hommes, Hugo. Tu n'aimes que les principes. 

Jean-Paul Sartre, Les Mains sales, 1948

Le mot « principes » est exclu de la négation par « ne… que ».

Le mot « ne » peut être utilisé hors de la négation : c'est le « ne » explétif. Il est employé après certains verbes (craindre que, attendre que) et après certaines locutions (de peur que, à moins que, avant que etc.).

La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté [...].

Marcel Proust, Du côté de chez Swann, 1913