L'accélaration mémorielle à partir des années 1980 Questions sur documents

Document 1

La stratégie judiciaire des Klarsfeld

Dossier de l'exposition "Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire (1968−1978)", memorialdelashoah.org

2017

Alors que leur opposition envers Kiesinger [chancelier allemand de 1966 à 1969 et ancien responsable nazi] débouche sur la recherche et l'engagement de poursuites contre d'anciens responsables de la persécution des Juifs en Allemagne et bientôt en France, elle s'enrichit de nouveaux aspects liés à la défense des Juifs à travers le monde.
Les méthodes employées demeurent : recherches historiques pour constituer de solides dossiers, gestes spectaculaires pour frapper l'opinion [comme la gifle donnée au chancelier Kiesinger], mobilisation des médias, pression permanente sur la justice régulièrement alimentée par de nouvelles preuves.

Document 2

La reconnaissance officielle de la France dans la déportation des Juifs

Discours de Jacques Chirac au Vél' d'Hiv

1995

Il est, dans la vie d'une nation, des moments qui blessent la mémoire, et l'idée que l'on se fait de son pays. […] Il est difficile de les évoquer, aussi, parce que ces heures noires souillent à jamais notre histoire, et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'État français.
Il y a cinquante-trois ans, le 16 juillet 1942, 450 policiers et gendarmes français, sous l'autorité de leurs chefs, répondaient aux exigences des nazis.
Ce jour-là, dans la capitale et en région parisienne, près de dix mille hommes, femmes et enfants juifs, furent arrêtés à leur domicile, au petit matin, et rassemblés dans les commissariats de police.
On verra des scènes atroces : les familles déchirées, les mères séparées de leurs enfants, les vieillards − dont certains, anciens combattants de la Grande Guerre, avaient versé leur sang pour la France − jetés sans ménagement dans les bus parisiens et les fourgons de la préfecture de Police.
La France, patrie des Lumières et des Droits de l'Homme, terre d'accueil et d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable.

Sélectionner les deux éléments permettant de présenter le document 2.

D'après le document 1, quels exemples permettent d'illustrer les différents aspects de l'action des époux Klarsfeld ?

"Gifle donnée au chancelier Kiesinger".

"Gestes spectaculaires pour frapper l'opinion".

"Mobilisation des médias".

"Engagement de poursuites contre d'anciens responsables de la persécution des Juifs".

"Recherches historiques pour constituer de solides dossiers"

"Pression permanente sur la justice régulièrement alimentée par de nouvelles preuves".

Quels sont les exemples qui illustrent les deux thèmes dominants du discours de Jacques Chirac en 1995 ?

"Près de dix mille hommes, femmes et enfants juifs, furent arrêtés à leur domicile, au petit matin"

"Des scènes atroces"

"Les familles déchirées, les mères séparées de leurs enfants"

"Les vieillards − dont certains, anciens combattants de la Grande Guerre, avaient versé leur sang pour la France"

"Oui, la folie criminelle de l'occupant a été secondée par des Français, par l'État français".

"Rassemblés dans les commissariats de police".

"Jetés sans ménagement dans les bus parisiens et les fourgons de la préfecture de Police"

"La France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable".

En quoi le discours qui constitue le document 2 est-il un tournant dans la mémoire de la Seconde Guerre mondiale ?

D'après le cours, quel événement, survenu en 1961, constitue le point de départ du réveil des mémoires de la Shoah ?