Éducation, transmission et émancipationAuteurs

-

Jean-Jacques Rousseau 

1712−1778

Jean-Jacques Rousseau naît en 1712. Il perd sa mère alors qu'il est très jeune, puis il est abandonné par son père à l'âge de dix ans et est élevé par son oncle. Il vit une vie d'errance. Plus tard, il rencontre Madame de Warens, qui devient sa maîtresse et bienfaitrice. À trente ans, il devient précepteur dans une famille à Lyon. Puis il retourne à Paris, où il vit avec une servante, Thérèse Levasseur, avec qui il a cinq enfants qu'il abandonne.
Diderot, avec qui il se lie d'amitié, lui demande de participer à son vaste projet encyclopédique. Au sommet de sa gloire en 1750 grâce à son Discours sur les sciences et les arts, Rousseau abandonne Thérèse Levasseur pour revenir dans sa contrée natale. Il en profite pour y entreprendre la rédaction de ses œuvres les plus connues comme Émile ou De l'éducation. Après divers voyages à l'étranger, il retourne vivre en France pour terminer sa vie dans l'isolement. Il meurt en 1778.

Œuvres principales
Du contrat social
Discours sur les sciences et les arts
La Nouvelle Héloïse
Émile ou De l'éducation
Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes
Les Confessions
Les Rêveries du promeneur solitaire

-

Emmanuel Kant

1724−1804

Emmanuel Kant naît en Prusse-Orientale en 1724. Pétri de morale religieuse, il est attiré par les sciences, qu'il enseigne à partir de 1755 à l'université de Königsberg.
La philosophie kantienne répond à trois questions, dont l'une touche à la métaphysique (Que puis-je connaître ?), l'autre à la morale (Que dois-je faire ?) et la dernière à la religion (Que m'est-il permis d'espérer ?).
Kant meurt en 1804.

Œuvres principales
Critique de la raison pure
Fondements de la métaphysique des mœurs
Critique de la raison pratique
La Religion dans les limites de la simple raison
Projet de paix perpétuelle

-

Henri Beyle, dit Stendhal

1783−1842

Henri Beyle, dit Stendhal, est né à Grenoble en 1783. Son père est avocat et sa mère meurt lorsqu'il a sept ans. Très jeune, n'aimant pas son père, il passe beaucoup de temps à lire et se passionne pour la littérature. Pendant l'Empire, il travaille pour le ministère de la Guerre en Italie, pays qu'il visite de nombreuses fois ensuite. Au cours de ses voyages, il rédige de nombreux récits de « tourisme ». Ses livres lui permettent d'acquérir une certaine notoriété dans les années 1820, il est aussi consul sous la monarchie de Juillet à Venise. Il meurt d'une crise d'apoplexie en 1842 alors qu'Honoré de Balzac l'avait encensé l'année précédente. Il décède ainsi au sommet de sa gloire littéraire.

Œuvres principales
Histoire de la peinture en Italie 
Rome, Naples et Florence 
Promenades dans Rome 
Le Rouge et le Noir 
La Chartreuse de Parme 

-

Alexis de Tocqueville

1805−1859

Né en 1805 dans la noblesse normande, Alexis de Tocqueville suit des études de droit et devient magistrat. Il part alors aux États-Unis pour visiter le système pénitentiaire américain. C'est de ce voyage que découle son principal ouvrage, De la démocratie en Amérique. Il est élu à seulement 36 ans à l'Académie Française. Par la suite, il est député en Normandie sous la monarchie de Juillet, mais aussi lors de la Révolution de 1848. Éloigné de la vie politique sous le règne de Napoléon III, il écrit une seconde œuvre qui s'intéresse aux dynamiques politiques qui précèdent et qui suivent la fin du XVIIIe siècle dans L'Ancien Régime et la Révolution. Il aborde la Révolution comme une continuité d'évolution déjà en cours sous l'Ancien Régime. Il meurt en 1859 à Cannes de la tuberculose.

Œuvres principales 
De la démocratie en Amérique, partie I 
De la démocratie en Amérique, partie II 
L'Ancien Régime et la Révolution 

-

Jules Vallès

1832−1885

Jules Vallès est né au Puy-en-Velay en 1832. Il débute en tant qu'opposant aux royalistes lors des manifestations de 1848 qui ont eu lieu à Nantes, comme dans toute la France, à la suite de la Révolution. Il fonde un club républicain qui milite notamment pour l'abolition de l'esclavage. Il essaye alors de rentrer à l'École normale à Paris, et milite dans ses jeunesses opposées à l'Empire. Son père le rapatrie brièvement à Nantes et il séjourne dans un asile, mais sort rapidement. Il retourne à Paris, devient écrivain et journaliste. Opposant virulent, il est emprisonné pour avoir écrit des articles sur des exactions policières. Pendant la Commune, il lance le quotidien Le Cri du Peuple, symbole de la lutte pour la liberté de la presse. Après la Commune, il doit partir en exil. Il meurt du diabète en 1885. Sa principale œuvre est autobiographique et réunit trois tomes qui paraissent de 1879 à 1886. 

Œuvres principales
Le Testament d'un blagueur 
L'Enfant 
Le Bachelier 
L'Insurgé

-

Jules Ferry 

1832−1893

Jules Ferry est né dans la petite bourgeoisie vosgienne en 1832. Il suit des études de droit à Paris et devient avocat. C'est un opposant à l'Empire, il défend ainsi de nombreux républicains. Il est plusieurs fois ministre entre 1879 et 1883, président du Conseil des ministres entre 1880 et 1881, et 1883−1885. Déjà lors de la défaite face à la Prusse, il est brièvement maire de Paris avant de fuir l'insurrection de la Commune. Jules Ferry devient alors l'homme de deux combats : d'abord celui de la loi pour l'instruction obligatoire laïque et gratuite, mais aussi un ardent défenseur du colonialisme et artisan majeur de la conférence de Berlin en 1885. Au cours de ces années, il subit deux attentats dont l'un qui le voit recevoir une balle dans la poitrine. Il décède en 1893 d'une crise cardiaque.

-

Émile Durkheim

1858−1917

Né en 1858, Émile Durkheim est voué à devenir rabbin mais s'y refuse et intègre l'École normale supérieure, où il obtient l'agrégation de philosophie. Il s'installe ensuite à Bordeaux où il débute la rédaction de ses ouvrages sociologiques et devient par la suite formateur des futurs instituteurs. C'est à cette époque qu'il s'engage fortement pour faire reconnaître la sociologie comme discipline autonome, ce qu'il parvient à faire. Il décède en 1917.

Œuvres principales
De la division du travail social
Les Règles de la méthode sociologique

-

Jean-Paul Sartre

1905−1980

Né à Paris en 1905, Jean-Paul Sartre est élevé dans un milieu bourgeois et cultivé. Il entre à l'École normale en 1924 et est agrégé de philosophie en 1929. La même année, il rencontre Simone de Beauvoir. Ils entament une relation amoureuse, intellectuelle, jusqu'à la mort de Jean-Paul Sartre. Il rédige Les Mouches et La Nausée, œuvre dans laquelle il met en avant ses principes de la phénoménologie. En 1943, il publie son essai L'Être et le Néant, se retire de l'enseignement et se consacre à sa revue Les Temps modernes. En 1964, il rédige son récit autobiographique : Les Mots. La même année, on lui décerne le prix Nobel qu'il refuse. Il décède en 1980.

Œuvres principales
Les Mouches
La Nausée
Huis clos
L'Être et le Néant
Les Mots

-

Hannah Arendt

1906−1975

Née en 1906 et d'origine juive, Hannah Arendt est dans l'obligation de fuir l'Allemagne après la montée au pouvoir d'Hitler en 1933. Elle part alors aux États-Unis. Son enseignement philosophique la conduit à s'inspirer des auteurs antiques, et notamment de Socrate, pour mener ses propres pensées. Elle s'imprègne de la politique antique pour montrer que l'action politique est nécessaire et essentielle pour l'humanité et pour contrer les sociétés totalitaristes. Elle décède en 1975.

Œuvres principales
Les Origines du totalitarisme
Condition de l'homme moderne
La Crise de la culture

-

Simone de Beauvoir

1908−1986

Simone de Beauvoir est née à Paris en 1908. D'abord très croyante, elle devient plus tard athée. En 1829, elle termine deuxième de l'agrégation de philosophie derrière Jean-Paul Sartre. Simone de Beauvoir a d'ailleurs longtemps partagé la vie de Jean-Paul Sartre, ils sont tous les deux parmi les fondateurs de l'existentialisme. Elle devient célèbre en 1849 après avoir publié Le Deuxième Sexe, qui aborde la place de la femme dans l'histoire. Philosophe, elle écrit aussi des romans, parfois à caractère autobiographique. Elle obtient notamment le prix Goncourt pour Les Mandarins, en 1954. En 1977, elle préside à la fondation de la revue Questions féministes. Cette dernière période de sa vie est aussi marquée par divers engagements politiques, contre la guerre en Algérie tout d'abord, puis lors de l'émergence du mouvement féministe. Elle décède en 1986.

Œuvres principales
L'Invitée
Tous les hommes sont mortels 
Le Deuxième Sexe
Mémoires d'une jeune fille rangée 

-

Elena Gianini Belotti

1929-...

Née à Rome en 1929, Elena Gianini Belotti s'oriente très rapidement vers l'étude des phénomènes sociologiques en lien avec l'éducation. Elle devient la directrice du Centre Nascita Montessori (les écoles Montessori sont des écoles progressistes pour enfants, qui développent une forme d'enseignement différente de la méthode dite conventionnelle).

Œuvre principale 
Du côté des petites filles