La véritéDéfinitions

Discipline

Pour Foucault, la discipline est un ensemble d'objets et de méthodes. Une discipline repose sur un jeu de règles, de définitions, de techniques et d'instruments. Les discours disciplinaires se posent comme des discours vrais. Ils définissent le cadre du vrai. Autrement dit, tout ce qui est vrai doit être compris dans les objets et méthodes d'une discipline donnée.

Doute sceptique

Le doute sceptique est un doute permanent qui permet à l'homme d'éviter l'écueil du dogmatisme. De même, il permet une relance constante des questionnements. Le doute sceptique est à lui-même sa propre fin, c'est-à-dire que le sceptique ne sort jamais du doute. Une des objections que l'on peut faire est que le doute sceptique s'excepte lui-même du doute : l'homme doit douter de tout hormis de la nécessité qu'il doive douter de tout.

Erreur

L'erreur se distingue du mensonge en tant qu'elle est due à l'ignorance. Contrairement au mensonge, l'erreur n'est pas une dissimulation ou un travestissement de la vérité que l'on connaît. On peut ainsi dire quelque chose de faux sans mentir, car on est persuadé de la vérité de ce que l'on dit. La notion d'erreur ne comporte aucune connotation morale.

Fausseté

La fausseté désigne ce qui est faux. La fausseté relève du champ de la réalité : si ce que l'on dit d'un objet est conforme à la réalité, alors mon jugement est vrai ; s'il ne n'est pas, alors il est faux.

Faute

La faute, contrairement à l'erreur, comporte une lourde connotation morale. La faute indique un manquement volontaire à la morale.

Fiction

Pour Rousseau, faire une fiction c'est ne pas dire ce qui est vrai dans une situation où l'on n'est pas tenu de la dire, c'est-à-dire au sujet de choses indifférentes. On donne alors de la fausse monnaie à un homme auquel on ne doit rien. C'est pourquoi on n'éprouve pas de remords pour avoir fait une fiction.

Maïeutique

La maïeutique est l'art de faire accoucher les âmes de la vérité dont elles sont porteuses par le biais du dialogue.

Mensonge

Le mensonge se caractérise par l'intention du menteur, il est donc possible de ne pas mentir alors que l'on dit quelque chose de faux (on commet alors une erreur) ; ou de mentir en disant quelque chose de vrai (si le menteur tient cette vérité pour quelque chose de faux).

Sophistes

Les sophistes sont des professionnels du discours et des marchands de savoir. Ils ne se soucient pas de la véracité de leur discours, mais seulement de ce que ce dernier peut leur rapporter. Ainsi, ils font allègrement passer le vrai pour le faux et inversement si cela leur est profitable. Le discours sophistique maintient l'auditeur dans les chaînes de ses préjugés en prétendant délivrer un savoir qui n'en est pas un.

Taxinomie

La taxinomie est la science des lois et des principes de la classification.

Volonté de puissance

Pour Nietschze, la volonté de puissance, c'est la volonté qui recherche la puissance. Cette intensification de la puissance est source de plaisir. La volonté de puissance est liée à la vie, c'est-à-dire que tout être vivant recherche la maximisation de sa volonté de puissance. Plus largement, la volonté de puissance meut tout élément du monde.